Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le boulot donc...

Pour ceux qui suivent pas vraiment, petit rappel des faits:

J'ai un boulot en or dans une boite en or et tout le monde m'envie. Enfin ça c'est quand on ne travaille pas là où je travaille. Parce que en réalité:

- Aucune évolution depuis que je suis rentrée chez eux (5 ans maintenant) 

- Mise au placard depuis que j'ai eu ma puce

- Aucune stratégie, tout est fait en dépit du bon sens, à se demander comment nous sommes numéro 1 donc grosse grosse frustration à longueur de journée.

- Depuis le printemps j'essaye de m'imposer en leur proposant une nouvelle affectation, de nouveaux objectifs pour me permettre à défaut d'évoluer de pouvoir m'épanouir dans mon job.

- Aucune réponse claire de ma hiérarchie...

 

Vendredi dernier, je suis passée au bureau pour récupérer des DVD et déposer des papiers.

Ma boss m'a à peine dis bonjour et ne m'a même pas demandée comment j'allais.

La semaine dernière, un des mes collégues avait annoncé son départ, et j'avais envoyé un email à ma boss pour lui dire que je passais et que j'étais à sa disposition si elle souhaitait me parler de la nouvelle organisation.

Bien sûr aucune réponse de sa part et lorsqu'elle m'a vue comme je le disais, elle ne m'en a pas touchée un mot.

Bon alors?

Certes je suis en congé maternité mais je regarde mes emails de boulot et réponds quand c'est nécessaire

Certes je suis maman donc contrainte à des horaires plus strictes mais le boulot est fait et bien fait.

Et surtout c'est une femme avec deux enfants qui n'hésite pas à "sécher" sans prévenir lorsqu'elle doit les emmener à l'école ou faire une activité à la con...

 

Moi j'en viens à la conclusion qu'elle ne m'aime pas. Je sais cela peut parraître débile de penser cela mais je ne vois plus d'autres explications.

medium_57211041.jpg

Commentaires

  • fais comme moi dis leur merde et prends un congé parental d'éducation jusquau trois ans de ton petit bout. ça te laissera le temps de voir venir et de toute façon au pire dans1 ,2 ou 3 ans ils sont obligés de te reprendre.
    Si tu veux des details sur ce congé vois avec ta caf ou mets moi un mail.

  • AH la France n'est aps encore au top pour le travail des mères de famille ! Quand on voit comment ca se passe en Suède par exemple...
    Il y a bien des mentalités à changer ici !
    Bon courage à toi... Je compends ce que tu ressens...

  • Justement, moi je ne veux pas arrêter de travailler. Je ne m'épanouis pas comme mère au foyer. C'est ce qui m'embête dans cette histoire car j'aimerais pouvoir m'épanouir dans mon boulot.... Et je fais tout pour.

  • A mon avis elle est jalouse parce qu'elle en veut un troisieme!

  • ou peut être jalouse... jalouse de voir que toi, tu t'en sors très bien en étant mère ET bosseuse ; et qu'elle, ELLE n'assure pas un caramel......
    Sois fière ! tu arrives à être TOUT !
    ;-)

  • Tu sais, les gens heureux dérangent les imbéciles... alors un signe extérieur de bonheur comme la maternité, signe aussi que tu es aimée d'un homme, ça dérange doublement des gens qui sont aigres. L'amour et les sentiments c'est pas trop mon truc, mais je te le dis mummy : du boulot, faut pas attendre d'amour ;o) Ta décision, elle doit surtout pas être prise rapport à l'amour que l'on te donne à ton boulot, mais par rapport au respect que l'on te porte, par rapport à ce que tu tires de ton travail (intérêt ET surtout l'Argent). Les temps sont durs, et les boites se ressemblent alors...

    Je suis féministe donc je vais pas te faire un discours "retourne à la maison, bébé..." d'emblée. J'aurais jamais pu rester au foyer c'était pas mon truc, et toute mon enfance m'a appris à être prudente et indépendante. Pourtant les gamins et le boulot ça m'a parfois pesé évidemment, mais faut faire des choix enfin essayer, en fait rien n'est bien aménagé en France même s'il y a encore pire ailleurs !

    J'en avais même parlé à mon pédiatre à l'époque, sa femme était médecin aussi, et ils avaient 3 enfants. Je lui avais juste parlé "psychologie" (pas finances), comme ça juste pour y voir clair, mais je regrette pas d'avoir repris mon boulot. J'était tiraillée entre mon désir d'être présente auprès des enfants, et mon besoin vital d'indépendance (financière mais tu sais ça conditionne aussi un peu le reste).

    Justement, je suis en train de lire un bouquin, je bois du petit lait, c'est "Féminité, maternité, précarité" de Flore Mongin. Franchement je me reconnais dans son texte. Son dos de couv conclue avec "Une véritable réflexion sur la maternité, la parentalité et le rôle des politiques familiales s'impose d'urgence. Avoir un enfant, alors que L'Europe s'apprêtre à connaître un véritable crash démographique, doit être considéré autrement que comme un "problème de bonnes femmes". Faute de quoi, quelle société construisons-nous." Elle a un site-blog, si ça t'intéresse : http://www.floremongin.com
    courage ;o)

  • @Nina: c'est vrai qu'elle en veut un troisième (son mari mets le véto)! Mais j'aurais pas cru que cela pouvait influencer. Et je suis pas la seule à être enceinte 2 fois dans le service. Mais je suis la seule qu'elle n'accepte pas :-)

    @Vali: Merci! C'est pour cela que je suis frustrée car je sais que l'on peut très bien concilier les deux (famille et boulot). Mais les gens ne le comprennent vraiment pas...

    @Dominique: Je suis complètement d'accord avec toi. Mon épanouissement passe par mon travail car il me valorise. Pas que je dénigre les femmes au foyer mais pour moi ce n'est ni épanouissant ni valorisant. Je vais aller sur le blog que tu me conseilles. Je trouve cela incroyable que la société n'est pas encore compris la force des femmes qui travaillent. Ou plutôt je crois que cela leur fait peur. Regarde les réactions des hommes politiques face à des femmes: toujours à faire des blagues sexistes sur les enfants et la famille. Malheureusement l'homme n'a rien compris... Enfin sauf les notres! (car le mien est complètement d'accord sur le fait de ne pas m'arrêter de travailler)

Les commentaires sont fermés.