Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Enfin elle éclate de rire!

Ma fleur (6 mois) a eu ses 1ers vrais éclats de rire hier soir. Il était temps me direz-vous. C'est vrai qu'elle est beaucoup plus sérieuse que sa soeur. C'est d'ailleurs ma puce qui a réussi à la faire rire aux éclats pendant 1/4h. C'était incroyable cette complicité entre les deux qui se marraient comme des baleines pour une raison que moi adulte je ne comprenais pas :-)

Je suis heureuse de voir comme elles s'entendent bien. J'espère que cela continuera dans le futur. J'espère qu'elles sauront préserver cette relation entre soeurs que moi je n'ai jamais eu.

Bon c'est vrai que je n'ai que des frères (3, et oui famille nombreuse). C'est vrai que je dis souvent que je ne suis pas famille. Mais en fait je ne suis pas tout simplement pas MA famille.

J'aime voir des familles qui s'appellent tout le temps, sont proches, apprécient d'être ensemble. Mais avec la mienne, j'ai fait une coupure depuis longtemps. Ma mère me le reproche souvent. De ne jamais aller la voir (ou si peu), de ne pas appeller mes frères, de ne pas être obligatoirement là pour les anniversaires, de voir noël comme quelquechose d'accessoire et pas comme le grand moment de l'année.

Elle me le reproche mais si je suis comme cela c'est à cause d'eux. Nous n'avons jamais été une famille malgré les apparences fort trompeuses: une famille de 4 enfants, bien élevés (et oui ils m'auront au moins laissés cela), bonne situation, tous en école privé, jamais de clash, jamais d'histoire d'adolescents à bêtises...

La réalité était tout autre: jamais un calin, jamais un mot gentil, aucune tendresse. Et je crois que finalement je n'ai pour mes frères que de l'indifférence. Non c'est trop fort. Mais s'ils n'étaient pas mes frères, je m'en foutrais royalement.

Il y a trop de non dit, pas assez de tendresse entre nous. Le divorce de mes parents qui est une véritable épreuve ne nous rapproche pas.

Je suis dure ce matin, je ne sais pas pourquoi.

Peut être que lorsque je vois mes puces, j'espère que je ne gâcherais pas ces moments de complicité, comme mes parents finalement...

Désolé pour cette note décousue qui partait bien et finit sur un truc moins drôle!

Au moins ma fleur hier, elle a rit aux éclats :-)

Commentaires

  • Je comprends ce que tu veux dire par cette note, j'ai moi aussi 3 freres et des parents divorcés....Et deux filles, qui, les années passant, s'entendent toujours aussi bien malgres les tempetes que nous avons traversé et dont elles ont été les actrices involontaires.

  • Si cela peut te consoler un peu, je suis moi aussi assez amère sur ma relation actuelle avec mes frères et soeur. Et oui le fait d'avoir une soeur n'a pas tellement arranger les choses: nous n'avions que 2 ans d'écart et nous avons joué ensemble petites mais à l'adolescence nos caractéres et objectifs divergents nous ont fortement séparés et si nous sommes heureuses de nous retrouver à l'occasion cela ne va pas plus loin ( pas de coup de tél ou même de mail) pas mieux avec mes frères: pas de complicité, et une faculté aux démonstrations d'affection proche du néant.
    Bref mon coeur fond quand je vois mes loustics se faire un calin, un bisou pour consoler l'autre, leur relation est régulièrement aussi conflictuelle: les jalousies sont bien là mais ils savent s'accorder l'un avec l'autre, s'épauler et j'éspère vraiment pour eux que cela durera.

  • Et bien moi je suis fille unique, j'ai de très bonnes relations avec mes parents (j'habite toujours chez eux (j'ai 20ans)), par contre la famille........ j'ai de bons rapports avec eux, mais ce sont pour ma part des rapports forcés.... j'ai toujours vécue loin d'eux géographiquement, je ne ressens pas le lien amical, pour moi ce ne sont que des personnes... C'est triste à dire (et j'évite, devant mes parents, pour ne pas les blesser) mais ma 'famille' m'est étrangère, et puis je n'en ai pas besoin... quand je les appelle, j'ai l'impression d'accomplir une formalité, bref...
    Je pense que quand j'habiterai chez moi, je pourrai vraiment + m'en détacher (déjà j'ai 'esquivé' quelques séjours là-bas à cause du boulot ou des partiels (excuses vraies en plus))...
    Bref tout ça pour dire que la famille, on est pas obligé d'y être accroché, et ça m'énerve les gens qui disent "aaan mais ne parle pas comme ça, c'est ta famille !!", ben non, bof...

  • @la JD: j'espère que mes filles resteront comme les tiennes. Je découvre ton blog, très sympa!

    @Cleanette: Je ne suis pas la seule et effectivement cela me rassure. Pas facile d'avouer que sa famille n'a pas d'importance

    @Mélanie: Tu es attaché à ta famille très proche, c'est ce qui compte je pense. Moi j'ai été une très mauvaise fille, je suis partie dés la seconde où j'ai pu m'assumer...

  • je suis la derniere de 3 enfants et il n'y a aucune complicité entre nous. Je suis envieuse de voir mes enfants être si complices, ils ont pourtant un charactère si différent (c'est une girly, lui un casse-tout). Il y a un lien tres fort entre, et j'espère que cela durera. Je me rappelle du jour où j'ai emmené margot chez le docteur pour sa vaccination du ROR, elle n'était pas rassurée la petite , et c'est Ruben , juste 2 ans a l'époque qui a insisté pour lui tenir la main et la rassurer. C' etait touchant comme scène.

    Recemment j'ai constaté qu'il avait accepté leur petit frère dans leur petit cercle, il faut les voir s'éclater tous les 3, le dernier ne rit pas encore aux eclats, mais il sourit et pleins de "areu" , moi je regarde et ne me pose memeplus de savoir pourquoi ceci ou cela est si rigolo. Ouais je les envie..

  • eh bien on ne peut s obliger a aimer ses freres et soeurs, on ne les a pas choisi et ce n est pas parce qu ils sont du mm sang que nous qu on DOIT les aimer ... la c est un sujet ou ce n est pas la peine de culpabiliser pour rien ; la seule obligation morale que la vie nous donne c est d avoir du respect pour autrui qq qu il (elle ) soit et d assister nos parents durant leur vie si necessaire et si ils sont acceptables en tant qu etre humains, tout le reste, c est au choix de chacun en fontion de sa tolerance et sa sensibilite ... voila inutile de s embarrasser de tout le reste (je sais c est plus facile qu a faire surtout avec le langage culpabilisateur que tout un chacun peut developper ...) on peut au moins essayer non ?

Les commentaires sont fermés.