Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le malheur des autres

(Comment tourner cette note sans que vous ne soyez choqué)

Lorsque j'apprends une mauvaise nouvelle concernant une personne proche, un ami, un collègue de travail, je suis effondrée sur le moment. J'ai de la peine, je fais tout pour être présente, je suis là pour les soutenir.

Mais au fond de moi même (égoistement) lorsque j'apprends une mort, une maladie, une complication dans un accouchement, un enfant à qui l'on découvre différents troubles, un couple qui se sépare, un mari ou une femme qui trompe, je me dis: "thanks god, cela ne m'est pas arrivée".

Et égoistement je me dis que vu les statistiques, cela ne peut pas arriver tant de fois finalement et que cette fois ci encore ce n'est pas tombé sur moi...

Cette note parce que je viens d'apprendre un grand malheur. Cela m'a tenue éveiller une partie de la nuit. Et encore une fois j'ai mesuré la chance que mes accouchements se soient bien passés et que mes filles (et moi) soyons en bonne santé. La vie ne tient vraiment qu'à un fil...

Afficher les informations sur l'image

Commentaires

  • On ne peut pas non plus se rendre malade pour tous les malheurs de la terre... c'est plutôt humain et il faut se protéger. Car, sans être pessimiste, on ne sait jamais ce qui peut nous arriver...

  • J'ai beaucoup d'empathie et j'ai parfois tendance à penser de la même façon. C'est humain, non? Et ça aide surtout à relativiser.

  • Je crois aussi que c'est humain. Quand une collégue nous a appris qu'elle allait divorcer, j'étais triste car je trouve cela assez triste de voir un mariage qui a échoué. Mais je me suis aussi souvenue de ce qu'elle avait dit quand moi, j'ai divorcé "si vite". Oui, mon mariage n'aura pas tenu un an mais honnêtement quand je vois que le sien après 7 ans de vie commune aura tenu 1.5 ans, je me dis qu'il n'y avait pas de quoi me dire que j'aurais du réfléchir à deux fois avant de sauter le pas.

  • ;-) Réaction normale:
    J'ai hier appris que la gamine d'une collègue qui devait déjà digérer une tendance à être boulotte avec une mère narcissique au format brindille à 40 ans passé, un appareil dentaire complexant venait en plus de découvrir un problème d'oesophage nécessitant visiblement des médicaments à vie et une vigilence quand aux aliments consommés.
    Bref mes loustics ont bien quelques défauts de conceptions (fiston 1 oeuil qui ne verra jamais à 10/10, puce une pilosité héréditaire mais qui ne s'est malheureusement pas amoindri avec les générations au contraire) Mais finalement ce n'est rien par rapport aux nombreux problèmes de santé sérieux qui peuvent vous bouffer l'existence.

  • Je dirais même plus: le malheur est fait pour mieux apprécier le bonheur.

  • @Nath: oui c'est vrai

    @Cha: je pense que c'est humain mais pas toujours facile à avouer

    @Ségolène: il faut toujours regarder la poutre que l'on a dans son oeil plutôt que la paille dans celui de l'autre (ou quelque chose comme ça)

    @cleanette: ma puce (la grande) est aussi super poilue (alors que moi pas trop)... Dés qu'elle sera grande je l'emmène pour l'épilation définitive. Je veux pas qu'elle vive avec ça!

    @Cha: pas faux

  • oui c'est humain... mais en effet c'est dommage d'avoir besoin de ce genre d'evenements pour relativiser ses propres petits tracas (je parle pour moi)

  • Quand ma puce commencera à réaliser sa différence de pilosité avec les autres, je lui montrerais que ça n'est pas un handicap, que cela peut même être considéré comme estétique. Je ne veux surtout pas qu'elle vive avec l'idée que moi la première je considère cela comme anormal et complexant. Ses enfants et petit enfants risqueront aussi d'avoir la même pilosité je ne veux pas faire de cette différence génétique, une tare.

Les commentaires sont fermés.