Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Gérer ses émotions

J'ai remarqué que ma puce ne savait pas le faire.

Depuis quelques mois déjà. Mais cela s'accentue de plus en plus.

Si une personne autre que son père ou moi la dispute (les grands parents, les oncles et tantes) elle se met à hurler limite en se roulant par terre. Elle est vexée je le sais mais sa réaction me semble vraiment excessive.

Hier, dans le bain, alors que sa grand-mère lui disait au revoir et alors que je lui disais que celle ci partait en voyage, elle s'est mise d'abord à faire la tête (j'ai cru qu'elle allait pleurer), puis alors que je lui demandais ce qu'il se passait, elle est devenue hystérique (je vous assure que le mot n'est pas fort) en jetant de l'eau partout. Je l'ai sorti du bain en la disputant, elle hurlait... Aprés un retour au calme, je lui ai demandé une explication. Elle m'a dit qu'elle ne voulait pas partir avec mami en voyage. Certes elle avait mal compris. Certes elle a eu peur de partir sans nous. Mais cette réaction reste tout de même excessive.

Je lui ai dit qu'il fallait qu'elle explique ce qui n'allait pas avec des mots plutôt que de s'énerver.

Discussion hier avec chéri.

Je m'interroge sur l'intérêt (ou pas) de l'emmener voir un pédo psy. Explosion de colère de son père qui trouve que c'est une idée complètement débile. Que sa fille va bien, que c'est moi qui noircit le tableau.

Du coup je ne sais plus quoi en penser.

Il faut que j'en parle à la pédiatre.

2146898561.jpg

Commentaires

  • Fiston chéri a des difficultés à voir les gens partir, il fait la tête et il pleure beaucoup. C'est sans doute lié à notre situation familiale (2 maisons, grand-parents qu'il ne voit pas régulièrement à cause de la distance). Je pense que ce n'est qu'une phase mais si cela continue vraiment, nous consulterons.
    Je ne vois pas en quoi le fait de consulter est idiot. Ce qui est idiot, c'est de continuer de penser qu'aller voire un psy ou pédopsy signifie qu'on est fou/dérangé/pas stable... Je pensais vraiment que Dolto (et les autres) avaient davantage fait avancer les mentalités que ça. Je crois sincèrement que je n'aurais vraiment pas apprécier que mon mari me dise que mon idée est complètement débile, surtout sur un sujet sérieux comme le bien-être des enfants.
    Effectivement, parles-en au pédiatre qui pourra certainement te conseiller et t'orienter si besoin vers un spécialiste.

  • Petite, j'ai été voir un pédo psy avec ma mère, mon père était contre.
    Souvent les gens pensent en effet, psy=médecin pour les fous; on oublie que parler permet de faire sauter des bloquages, chez l'enfant et l'adulte.

    J'aurai voulu être psy, alors autant dire que je soutiens ce genre de profession et que je crois en le pouvoir de la parole.

    Le pédiatre te dirigera surement vers un CMPP, y en a sûrement un dans ton arrondissement.

  • Je relis et les bras m'en tombent en constatant le nombre de fautes d'orthographe que mon commentaire contient. J'apprends à écrire et je reviens!

  • En même temps elle est encore petite: elle comprends ou croix comprendre déjà beaucoup de chose mais a sans doute encore du mal à exprimer par des mots aussi vite qu'avec une colère toutes ses angoisses ou mécontentement. Elle me semble aussi encore bien jeune pour maitriser ses émotions, ce n'est pas parcequ'on nous a demandé (consciemment ou inconsciemment) d'intérioriser beaucoup de choses qu'il faut en faire autant avec nos enfants.

  • Parle en au pédiatre, mais de là à aller au pédopsy je ne pense pas.
    Ma fille aussi (6 ans) réagit vigoureusement (surtout quand elle est fatiguée) en s'énervant et pleurant pour rien (de notre point de vue)

  • J'ai le même souci avec L1 (4 ans). Entre 18 mois et 3 ans, on a eu des inquiétudes et souci car elle faisait de véritables crises de nerfs que nous n'arrivions absolument pas à maîtriser et une fois "partie dans sa colère", elle n'arrivait plus à s'arrêter. Les "crises" s'espacent en vieillissant, mais j'en venais même à avoir peur de la contrarier (donc de la punir) de peur qu'elle me fasse une crise! Aujourd'hui, elle se laisse souvent déborder par ses émotions (boude pour un rien, "s'énerve" d'excitation quand elle est contente) et encore plus quand elle est fatiguée, et elle est hyper sensible. Je pensais aussi consulter mais j'attends un peu de voir si ça lui porte "préjudice". Par ex, avant les dernières vacances, personne ne voulait plus jouer avec elle parce qu'elle s'était énervée contre une camarade de classe! Au fond, elle est gentille mais elle s'était laissée submerger! Là, je me suis dit, si ça se reproduit souvent faudra faire quelque chose!
    certainement que la pédiatre pourra "t'aiguiller", et souvent il/elle nous aide aussi à relativiser si besoin est! En même temps j'adhère aux propos de Cleanette ce ne sont encore que des enfants. Je crois que le signal d'alarme est à tirer quand eux-mêmes en souffrent?... Dur, dur le métier des parents des fois :-)!
    Au fait, je t'ai tagguée (cf ma dernière note: http://mereindigne2.blogs.psychologies.com/mi2_mereindigned2fillette/)

  • Rien de honteux à voir quelqu'un qui peut nous aider ou aider nos enfants à aller mieux. Ma puce faisait aussi bcp des crises, hystériques par moment. Je ne savais pas pourquoi, elle était trop petite pour parler. Mais je devenais impuissante à la calmer et elle redoublait de pleurs et se mettait dans un coin, en position fœtus. Impossible de l'approcher. J'ai vu un médecin qui m'a dit de la laisser et de ne pas y faire attention. Bref, il m'a détendu un peu. Depuis, pour calmer ses crises, je lui apprend à venir vers moi et à faire un câlin plutôt que de hurler. Elle parle, se met contre moi et se calme. Le miracle a eu lieu parce qu'une personne extérieur m'a écouté. J'ai relâché la pression et la culpabilité puis j'ai "trouvé" une méthode qui nous convenait à toutes les 2. Tout se passe à merveille même si elle fait souvent des crises car elle ne supporte pas qu'on lui dise "non". Mais au bout de 2 minutes, plus rien. Je ne cède pas mais remplace les cris par des bisous. Une oreille attentive est parfois très salutaire. Ce n'est pas le moment d'être borné, au contraire, il faut s'ouvrir à leurs cris d'alarme.

  • Nous avons eu jusqu'à très récemment des soucis d'endormissement avec ma fille de 3 ans et, comme cela avait été le cas il y a deux ans avec mon fils (du même âge à l'époque) qui pleurait chaque matin quand je le laissais à l'école, j'ai pris un RV au CMPP le jour où j'ai senti que ma colère devenait trop forte. Je crois beaucoup, plus qu'au psy vraiment, à un regard extérieur qui aide à dépasser un problème dans lequel on est ponctuellement englué... J'ai de la chance que leur papa soit complètement OK avec moi sur les médiations psy : elles aident souvent à sortir des impasses, dommage que ton homme en soit encore à les redouter...

  • J'ai obtenu une prise en charge par un pédopsychiatre dans un centre d'aide médico-psycho machin ... pour mon fils de 8 ans qui souffre d'angoisse , de "submergement" de sentiments , de refus du travail scolaire etc ...
    Je voulais juste t'avertir que si tu fais "suivre" ta fille , il te faudra aussi "déballer" ta propre vie , tes ressentis ... etc... Il faut te préparer à devoir parler de toi , de ton couple etc ...
    Moi je voulais que la psy se débrouille avec mon fils , en lui donnant bien sûr des pistes , mais qu'elle me foute la paix avec mes propres phobies etc ... c'était pas possible pour elle .
    Souvent l'enfant exprime physiquement le mal-être psychologique de son parent ...

    La psy met le doigt là ou cela fait mal .

    Mon fils va mieux mais il faudrait que je consulte pour qu'il aille encore mieux .


    Fais ce qui te semble nécessaire ! tout en sachant que tu devras aussi faire un travail sur toi-même .

  • @Ségolène: je vais en parler au pédiatre. Je la vois en juin.

    @Cha: d'un autre coté je comprends qu'il ne veuille pas donner de l'importance à ce genre de réaction, de peur de les augmenter.

    @cleanette: oui tu n'as pas tort

    @MèreIndigne2: j'ai vu le tag. J'essaye d'y répondre dans la semaine, mais en ce moment je sais pas si je vais en trouver 7!

    @Nath: j'essaye d'être attentive et aimante, mais il semble que parfois je sois trop dure.

    @Stéphanie: il les redoute peut être parce qu'il en a aussi besoin :-)

    @sandralou: oui je sais et c'est pas forcément ce qui me plait le plus

  • @Stéphanie: il les redoute peut être parce qu'il en a aussi besoin :-) : je n'osais pas oser te le dire, mais je le pense aussi en effet au vu de ce que tu racontes ici. Si le mien est devenu plus souple à ce sujet, c'est en partie parce qu'on a fait une thérapie de couple il y a quelques années, et qu'il a mesuré de vivo le pouvoir que peut parfois prendre la parole...

Les commentaires sont fermés.