Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un seul être vous manque...

Ben je voulais vous parler d'un téléfilm (Retrouvez Sara) qui m'avait bouleversée hier sur France 2.
Un truc à la con. Une histoire de femmes battues et d'enfant enlevée (bon c'est pas à la con c'est même dramatique, mais normalement ce genre de films me souale, trop américain comme concept)

Et ben là je l'ai regardé. Jusqu'au bout (minuit c'est tard pour moi). Et j'ai pleuré comme une madeleine quand elle a retrouvé sa fille.

Tout le long je me suis dit que je ne pourrais pas supporter l'absence d'une de mes filles.

Entre ce film, le terrible accident de car, et le livre que je lis en ce moment (ici*), j'ai des pensées morbides qui m'effleurent de temps en temps. Et cette angoisse qu'il nous arrive quelquechose.

Alors le soir quand je rentre, je n'ai qu'une envie: les sentir. Même si je suis fatiguée et que leurs cris m'exaspèrent. Elles sont là. Et pourvu que cela dure toute ma vie. 

 1045403686.jpg

 

 

 

 

 

 

 

* Un livre que j'avais déjà acheté et lu. Que j'ai racheté car oublié que je l'avais lu et acheté. Que je relis avec grand plaisir (c'est dingue le nombre de livres que j'ai en double dans ma bibliothèque d'ailleurs) 

 

Commentaires

  • J'étais dans le même état que toi quand le film c'est terminé. Pourtant, je n'aime pas ce genre de conneries non plus. Là, je ne sais pas pourquoi, je l'ai regardé jusqu'au bout. J'ai eu des angoisses toute la nuit, je n'ai pas pu dormir. J'étais contente de voir mes deux petits bouts ce matin!

  • Je n'ai pas regardé ce film (nous n'avons pas la télé française) mais je lis les nouvelles françaises et récemment j'ai eu les mêmes pensées. Et comme toi, je suis ravie de retrouver ma fille le soir même si elle est à une période (presque 2 ans) qui n'est pas facile à vivre tous les jours.

  • J'avais lu la Nostalgie de l'Ange il y a quelques années, et ça m'avait remuée du début à la fin.

    Depuis toujours, j'ai peur de perdre accidentellement un de mes parents, même si nous ne sommes pas proches. Peut être que cela "partira" quand j'aurais ma propre famille. (Et que comme toi j'aurais peur pour mes enfants et mon mari ... un transfert quoi!).

  • @Coralie: oui parfois des choses nous touchent au delà de ce que l'on peut penser.

    @Carolette: Ce n'est pas toujours facile mais je ne regrette jamais qu'elles soient là :-)

    @Cha: ce livre est incroyable. Je le relis vraiment avec plaisir (si on peut dire ça, parce qu'il me fait presque pleurer à chaque page). Moi je n'ai jamais eu peur de perdre mes parents, je ne sais pas d'ailleurs comment je réagirais à leur mort, mais perdre mes enfants, ça je ne le supporterais pas.

Les commentaires sont fermés.