Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quoi qu'il arrive tu vas encore payer

Pendant nos vacances (dans le sud ouest), nous nous sommes fait avec des amis un restaurant étoilé. Notre petit plaisir.

Les hommes ont payés, et je ne tenais pas spécialement connaître le montant de cette belle soirée. Ce ne fût pas l’avis des autres femmes (qui doivent faire compte commun pour réagir comme cela) qui se sont empressées de le demander à leur mari. J’ai ainsi connu le prix de cette parenthèse dans nos vacances perturbées.

Et aigrie méchante comme je suis, je n’ai pas pu m’empêcher de faire la comparaison avec ce qu’elle lui avait coûté (je vous l’ai dit, j’ai voulu tout savoir)

On était loin du compte (et oui c’est cher, je pensais pas autant) (je comprends que certaines fassent cela).

Et au bout du rouleau réaliste, je lui ai fait remarqué qu’il allait devoir m’offrir encore quelques restaurants avant de se rattraper.

 

Depuis la rentrée, nous sortons le mercredi. Nous appelons cela le japonais du mercredi. Il m’invite dans les bons japonais de la capital (si vous voulez des adresses). Officiellement parce que nous adorons cela et que nous en avons marre de manger les yakitoris/ shashimi chinois. Officieusement je le soupçonne de vouloir éponger sa « dette ».

 

Si troisième enfant il y a (pas encore de règles et d’après mes calculs hasardeux- je ne me souviens plus de la date exacte de mes dernières règles- j’ai trois jours de retard) il pourra dire qu’il est là à cause des écarts de son papa.

 

Et bien sûr cette histoire de nourriture et prostituée me fait penser à ce merveilleux film (Once Upon a Time in America) et la scène où le jeune homme préfère manger son choux à la crème plutôt que de le donner à la jeune fille qui lui offre ses faveurs en échange

 

Commentaires

  • Je ne sais pas pourquoi... j'ai mal pour toi. Parfois. Bon, ne m'en veux pas, hein ! On est différentes, c'est tout. Chacun son chemin.

  • Il ne faut pas être triste. Tu me rencontrerais tu aurais devant toi une personne pleine de vie, drôle (je crois) et heureuse. Un blog ne reflète pas à 100% la réalité. Je ne vous parle pas (ou très peu de mes moments de bonheur).
    Différente, sûrement mais c'est ce qui fait la beauté des échanges :-)

  • tiens nous au courant si un locataire se pointe ou non en tout cas.... pour le reste, je ne sais pas comment je réagirai.... franchement, je t'admire

  • - "un restaurant étoilé", sud-ouest...: à Eugénie-les-Bains ?
    Détail, mais la cuisine ça m'intéresse. Si c'est oui, effectivement, addition conséquente.

    - Synthétiser, concentrer, remettre en scène "Fucking seven" en le collant au montage avec une scène de resto, c'est génial ! Lu de loin.
    Mais comme tu le dis ci-dessus, un blog ne reflète pas etc., et donc lecteur, je consomme la version filtrée de l'histoire et je m'en tiens à mon rôle.
    N'empêche, la version masculine de l'histoire est assez simpliste (= Pouvoir, j'ai envie, je paie, très masculin tout ça), même si je n'ai que des références cinéphiles ou littéraires sur le sujet du délit.
    Et ça se confirme au resto, payer.

    La version féminine est autrement plus complexe et intéressante. Passifs, actifs, pardon, puis présenter l'ardoise... voilà que je te vois en Katherine Hepburn (sacrée pointure -Il n'a pas fini de payer) femme de tête (aussi).

    La chute -Si troisième enfant il y a- est géniale.
    Toujours garder la tête froide.
    Faut absolument que je voie "Once Upon a Time in America".

  • @e-zabel: tu ferais comme beaucoup de femmes, tu t'écrases et essaye de tout faire pour préserver ton couple. Parce que ce qui compte c'est de finir à deux heureux que tout seul triste. Et puis c'est quoi une histoire de cul dans une histoire d'amour finalement?

    @hellohlala: oui il faut absolument que tu le vois. Un véritable chef d'oeuvre. Un film culte chez moi.

  • @e-zabel: tu ferais comme moi, tu assumes et tu pardonnes. A partir du moment où tu sais que tu ne vas pas le quitter, tu n'as pas d'autres choix. Comment quitter un homme pour cela? Est ce que l'on juge 7 ans de vie commune sur 1h de sa vie? Moi je ne pense pas. Surtout que bon la fidélité... Mais c'est un choix certes. Que j'assume plus ou moins bien selon mes états de forme.

    @hellohlala: oui il faut absolument que tu le vois. Un véritable chef d'oeuvre. Un de mes films cultes. Pour le resto, nous étions coté St jean de luz. (mais honte à moi me souviens plus du nom du resto, je peux demander si tu veux)

  • Oulah, non ! ne remets pas le couvert, le resto restera où il est.

  • Donc vous faites pas compte commun?
    (Non je n'ai pas retenu que ça).
    Je comprends ta réaction, et dans un sens, je trouve ça "amusant" que vous avez transformé ça en sortie du mercredi. M'est avis que vous allez continuer même quand il aura épongé son solde.
    Et pour le bébé, wait and see.

Les commentaires sont fermés.