Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Toute ma vie (ou presque)

Je dis souvent que les enfants sont tout pour moi. C'est faux en fait.

Je ne pourrais pas vivre sans eux certes mais je me réjouis souvent d'aller travailler et de me séparer d'eux pour mener ma vie.

J'apprécie aussi le soir quand ils se couchent et que j'ai ma soirée pour moi

Je n'apprécie pas de les laisser plus de 2 jours (même les Maldives ont été un calvaire tellement ils me manquaient sur la fin)

J'apprécie quand chéri s'en occupe aussi. Que je me détache d'elles en quelques sortes.

 

J'essaye de ne pas trop les aimer. Pour ne pas être déçue (qu'elles ne m'aiment pas dans quelques années). J'y pense souvent à cela. Pourquoi mes filles auraient cette relation forte avec moi alors que moi je ne l'ai pas avec ma mère?

Mais j'en rêve évidemment. J'espère que je serais leur confidente, leur maman même quand elles seront adultes.

 

Pourquoi je vous parle de cela?

Parce hier j'ai appris qu'une amie avait des problèmes en ce moment. Un mari volage, un boulot stressant et des enfants difficiles à gérer. Et qu'elle a dit que le soir elle préférait rentrer tard après que la nounou ait couchée les enfants pour ne pas avoir à les affronter.

Et là je me suis dit que vu que quand cela va mal mes enfants sont ma seule raison de continuer, comment fait elle en ce moment?

(je ne peux pas lui demander, elle joue la comédie de la famille du bonheur devant nous)

200352530-001.jpg

 

Commentaires

  • J'en connais des "comme elle" qui même avec moins de problème préfère rentrer une fois les enfants couchés et prendre un autre jour que le mercredi comme RTT.
    ça m'a toujours choqué !

  • J'ai une relation épouvantable avec ma mère. Cordiale, uniquement, par un respect imposé par mon père même après leur divorce...

    Et j'ai avec mon fils une tendre relation, peut-être celle que j'aurais aimé avoir avec ma mère...

  • cherche pas... elle est sous anti depresseurs...

    la pauvre...

  • Faut pas être choquée Léocadie, on a besoin de toute son énergie pour élever des enfants alors quand on a des solutions pour se ressourcer tranquillement et mieux revenir après, tant mieux.Il faut le faire même.

  • mon docteur G te dirait que les seuls personnes dont on ne peut attendre l'amour ce sont nos enfants...
    moi je pense qu'on comprends comment nos parents nous aiment le jour où l'on devient parents...
    Un conseil, n'essaie pas de ne pas trop les aimer (cette formule peut choquer...), parce qu'ils t'en voudront plus tard de ne pas leur avoir donner l'amour dont ils avaient besoin.

  • Je me pose les mêmes questions / angoisses avec mes affreux. Et je me rends compte que déjà, le jeune coq du haut de ses dix ans a pas mal prit de distance avec moi et ... j'en suis malade. Alors je me ratrape avec la toute petite ;-) mais pour combien de temps ?
    Bizzz

  • @Léocadie: choqué n'est pas le mot que j'emploierais. Il faut savoir prendre du temps pour soi mais aussi effectivement s'occuper de ses enfants. Trouver le juste milieu quoi!

    @kaki: oui c'est pareil pour moi. Mais je me dis que l'on peut pas forcer un enfant à vous aimer.

    @opio: cela me déprime. Faut que je lui en parle

    @Cléa: d'accord avec toi

    @e-zabel: quand je leur disais de ne pas trop les aimer, c'était pour dire plus de ne rien attendre d'eux. Pour ne pas être déçue. Ma mère fait souvent des réflexions comme quoi je suis froide avec elle. En même temps, je n'ai aucun souvenir de calins avec elle. Je voudrais pas que mes filles deviennent comme moi.

    @cerysette: oulàlà cela ne me rassure pas ça :-)

Les commentaires sont fermés.