Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Féministe? Franchement vous croyez que j'ai le temps!

Je viens de lire un article super intéressant sur le ELLE de cette semaine.

Comme quoi les personnes de ma génération (et encore plus de celle d'après) ont oublié que leurs grand-mères se sont battues pour avoir plus de liberté.

Je l'ai trouvé intéressant parce qu'il nous rappelait que grâce à elle nous avions le droit de vote, d'ouvrir un compte en banque sans l'autorisation de son mari, d'avorter, de prendre la pillule, de faire des études, de divorcer, ect....

C'est vrai que l'on oublie trop facilement que nous avons la vie grandement facilitée à ce niveau.

Par contre, l'article pointait aussi sur le fait que les femmes maintenant sont épuisées. Parce que elles enchaînent deux journées de travail. Et que même si les hommes participent de plus en plus aux tâches ménagères et à l'éducation des enfants, ce n'est pas le cas de tout le monde et les traditions ont quand même la peau dure. (et je parle autant pour les hommes qui refusent de faire certaines choses que pour les femmes qui refusent que eux le fassent, et j'en suis l'exemple parfait)

 

Parfois, je me dis qu'effectivement je ne vais pas me plaindre mais quand même avant tout cela il y a quelques petites choses qui n'étaient pas si mal:

  • Un mari pouvait nous tromper mais ne divorcait pas et nous assurer un confort matériel jusqu'à la fin de notre vie.
  • Aujourd'hui un mari peut nous tromper, nous quitter, nous laisser dans la merde avec les enfants. Au final on a gagné la liberté de faire la même chose. Mais est ce que l'on a vraiment gagné sur ce point là

 

La seule raison pour laquelle je travaille alors que j'ai deux enfants et que je rêve de m'arrêter, c'est pour être indépendante financièrement. Et pourquoi? Parce que je me dis que si il se casse je ne serais pas dans la merde.

Je sais super rétrograde comme réaction mais je ne peux pas m'en empêcher.

 

Une dernière chose pour dire que la liberté de la femme elle est pas encore totalement acquise:

Je me suis pris un scud de mon mari hier parce qu'il trouvait que j'étalais trop notre vie privée sur FaceBook.

Qu'est ce qu'il me dirait s'il savait que je le fais tous les jours sur ce blog...

 

dv1990124.jpg

Commentaires

  • (très belle note mummy) (et tellement pragmatique) (putain mais en fait t'es une vraie féministe toi !!)
    :p

  • la vache !!! mais attend tu REGRETTES vraiment le fait de ne pouvoir être certaine de continuer de coucher dans le même lit que ton mari qui te tromperais ?????????????

    parce que te laisser dans la merde avec les enfants, euh, y a la pension alimentaire ma chère, j'avoue je ne comprends pas du tout ce qu'il y a à regretter là dedans. L'indépendance financière ? Mais je la revendique justement pour pouvoir me dire que si je reste avec mon mari c'est bien pour autre chose que son blé ! argh ! (et au secours merci de ne pas tomber dans le cliché de la femme au foyer qui elle, n'est avec son mari que pour son pognon, c'est pas du tout mon propos)

    ce qu'on a gagné, c'est le choix...

  • Ma mère a bossé toute sa vie, a toujours été indépendante pour tout, et moi...je suis mère au foyer, à vivre comme ma grand-mère et encore, elle aussi a pas mal bossé ! J'ai fait un choix dur à assumer, les femmes ont le choix, certes : entre la galère ou l'ennui (je caricature à peine). Moi, franchement, en tant que femme, je ne sais plus trop ce que je veux, je me sens coupable tout le temps.

  • "Parfois, je me dis qu'effectivement je ne vais pas me plaindre mais quand même avant tout cela il y a quelques petites choses qui n'étaient pas si mal: * Un mari pouvait nous tromper mais ne divorcait pas et nous assurer un confort matériel jusqu'à la fin de notre vie." : ah oui, en effet, c'est regrettable, comme conception du couple perdue. Rester pour son fric avec un mari qui nous trompe, quelle belle image de l'amour et de la vie!! Je vais de ce pas dire à ma mère qui a fait partie des féministes qui se sont battues pour nos droits actuels qu'elle aurait mieux fait de ne pas se bouger trop et que c'était mieux avant, de profiter des thunes d'un mec qui nous méprisait... Tu me fais souvent flipper mais là, j'avoue que cela dépasse l'imaginable...

  • (j'ai l'impression que tu as mis le doigt sur quelque chose d'intéressant)

  • Le mari qui trompe et qui part ou part pas là...c'est de la provoc hein?
    C'est comme ça que je le prends moi, en tout cas.

  • @Charl': ouais ça plait pas à tout le monde en tout cas ;-)

    @opio & lectrice d'habitude muette: Ce que je sais c'est que un accident de la vie est très vite arrivé. Mon mari (et moi aussi) nous pouvons aller voir ailleurs. Parce que cela ne va, parce que c'est compliqué, pour plein de raisons. Ce n'est pas pour autant qu'un mariage doit être mis à la poubelle. Et de nos jours on a tendance à se dire, cela ne va pas, donc je me casse. Je suis persuadée que l'herbe n'est pas plus verte ailleurs. Quant au coté matériel... Désolée de vous faire flipper mais oui un mariage cela implique du matériel. Quand on s'unit, certes on s'aime mais on crée un contrat qui est "on fait tout à deux, on construit". Penser que du jour au lendemain, la personne puisse "reprendre ses billes" sans rien te laisser, je trouve cela dur. Et de nos jours c'est de plus en plus facile de le faire.
    Alors peut être que je choque mais je reste avec mon mari alors qu'il m'a trompée parce que je considère que cela peut arriver à tout le monde. Et avant on ne profitait pas de la thune d'un mec qui nous méprisait, on essayait juste de faire des efforts pour qu'un mariage dure.

  • ce que je ne saisis pas, c'est qu'il te fasse un flan de ce que tu dis sur le net...tu n'es pas libre???...j'ai l'impression que tu lui passes BEAUCOUP de ses 'travers' et lui rien à ton égard:-(...

  • et puis;o)

    un jour, tu verras, tout le matériel, tout ce que tu as peur de perdre sur le plan financier, ne comptera plus et tu te sentiras 'prête' pour vivre heureuse, autre chose, ailleurs;o) je te le souhaite;o)

  • "Un mari pouvait nous tromper mais ne divorcait pas et nous assurer un confort matériel jusqu'à la fin de notre vie."

    Il pouvait aussi dilapider tout l'argent du ménage pour entretenir sa maitresse, alors le confort matériel tu repasseras, il pouvait aussi "violer" sa femme aussi souvent qu'il le voulait. lui interdire de travailler, et donc de ramener ne serait-ce qu'un peu de beurre dans les épinards, lui interdire de sortir, de lire, bonjour la vie gaie et enrichissante.
    Et si toi tu allais voir ailleurs alors là, pour la peine divorce assuré et tu te retrouvais sans rien pas même les enfants!

    On peut tenir à ses convictions sur la valeur du mariage, sur ce que cela implique au niveau des concessions à faire qui semble halucinantes à d'autres aujourd'hui (mais moi là dessus je te rejoins assez). Mais il ne faut pas pour autant se faire un truc rétrograde idéaliste à la façon de ma grand mère!!!!

    Tu ferais bien de plonger à la bibliothèque et piquer 2 ou 3 bouquins sur la condition de la femme il y a un peu plus de 50 ans pour ne pas te faire huer à nouveau avec raison.
    Bon pour cette fois je te pardonnes parcequ'il met déjà arrivé à moi aussi de sortir des énormités de ce genre sur d'autres thèmes alors que je ne maitrisais pas du tout mon sujet.Mais maintenant j'essaye de faire gaffe.

  • @tara: ben si je suis libre, mais il m'a fait la morale en me disant que c'était déplacé...

    @cleanette: Je crois que tout le monde se méprends sur ce que je pense et se lance dans des grandes tirades féministes à souhait.
    Ce que j'essayais d'exprimer c'est que on a beaucoup gagné c'est évident (la première partie de mon post est claire) mais on a aussi un peu perdu (le droit de travailler encore plus et de devoir aller sur deux fronts le boulot et la famille). Vous ce que vous retenez c'est le fait que je considère l'adultère comme quelque chose qui arrive dans tous les couples (on peut aussi se voiler la face remarquez).
    On parle de choix, peut être. Mais pour certaines choses, non je pense que justement on a pas le choix et on ne l'aura jamais....

  • "On parle de choix, peut être. Mais pour certaines choses, non je pense que justement on a pas le choix et on ne l'aura jamais...." : c'est finalement le plus triste de ton histoire, cette conclusion : moi, je me bats chaque jour pour avoir justement le choix de vivre comme je l'entends ma vie de femme et de mère qui bosse, et du coup je ne me sens prisonnière de rien de ce que je vis : c'est à mon niveau à moi, ma façon d'être féministe en 2009... Mais bon, chacun sa vie, chacun ses... choix, pour le coup.

  • Je me permets (anonyme cette fois) de dire tout de même qu'effectivement c'est se voiler la face en pensant qu'on a le choix (sans vouloir prendre le parti de mummy qui pour le coup ne se voile pas du tout la face… elle)

    L'adultère est devenu monnaie courante (et ce, de façon vraiment affolante). Et penser qu'être la "mère de ses enfants" protège de tout est une illusion bien rétrograde…

    On peut tout perdre et plus vite qu'on ne le croit.

    Mummy, pour avoir été (presque) dans les deux rôles… Je comprends tout à fait ce que tu as voulu dire.

  • (et être trompée n'est pas une question de choix) (voilà j'ai fini)

  • c'était juste un ressenti que j'exprimais après lecture de ton post, mais il est clair que je ne te connais pas, encore moins ton chéri, ni votre histoire;o)

  • Et penser qu'être la "mère de ses enfants" protège de tout est une illusion bien rétrograde… : je n'ai en aucun cas cette illusion... Mon histoire perso est semée d'adultères parentaux autant que conjugaux qui m'ont largement fait perdre ce genre d'illusions...
    Et puis d'ailleurs, je ne sais même plus ce que je fais dans ce débat...
    La seule chose que je sais, c'est que mon homme n'oserait heureusement pas se permettre une quelconque remarque sur le contenu de mes blogs, pas plus que réciproquement, et que j'ai parfois un peu de mal à comprendre comment Mummy peut supporter la vie qu'elle mène sans avoir envie de tout planter... C'est tout...

  • "C'est quoi ce blog!?? Mais je rêve!
    Tu mérites quelques fessées..."


    de Ludo (come back):
    C'est dommage de construire une corrélation ou de faire une balance entre argent et désir de rester en couple.
    En plus dans la pratique en cas de séparation, l'homme n'a que très rarement la garde et se fait toujours ponctionner au motif que la femme a porté l'enfant, qu'on estime que l'amour maternel est plus important que l'amour paternel et de bien d'autres motifs que je trouve totalement imbuvables.

    Et puis les féministes... Pour en écouter attentivement quelques unes plus ou moins célèbres, elles ne cherchent pas l'égalité des sexes ou le respect mais le pouvoir, et dans une certaines mesures également plus d'avantages sans les inconvénients.


    Je vais m'attirer les foudres pour le second paragraphe mais peu m'importe, on n'a pas besoin d'elle pour diviser en 2 les tâches ménagères/vaisselle/lessive/course ou pour juger qu'une femme est efficace au travail pour mériter une promotion.

  • mais euh... justement ? ça t'est arrivé et malgré tout, vous êtes restés ensemble ? il s'est pas carapaté ? je pige pas ce qu'il y a à regretter, sincèrement ? tu veux dire s'il avait une maitresse régulière ? il se barrerait illico ? mais excuse moi mais y a des tas de couples qui vivent comme ça sans pour autant faire exploser le ménage, c'est leur choix, j'arrive toujours pas à comprendre ce que le "féminisme" aurait bien pu nous enlever dans cette histoire ? qu'est ce que nous garantissait l'époque ou on ne pouvait pas voter ou bosser ??????? je suis perplexe... les femmes au foyer ont toujours le choix d'être au foyer (certaines privliégiées oui je sais) je comprend décidemment pas.

    ça te fait chier d'aller taffer alors tu mets ça sur le dos des chiennes de garde :-D ?????

    beuh moi vendredi je joue à l'euromillions ce sera plus constructif je pense :-D

  • faire des efforts pour qu'un mariage dure... mouais. Je vois pas en quoi le féminisme a quelque chose à voir là dedans, on peut en faire aussi à notre époque, c'est juste une question de principe de vie, (et j'en sais quelquechose moi aussi je pense... )

  • personne n'y peut rien si ON culpabilise de bosser au lieu de s'occuper de nos mômes...

  • Pauvres féministes, quelques-unes doivent se retourner dans leurs tombes sur cette vision un peu réductrice du féminisme. je ne crois pas qu'elles aient eu (devrai-je dire nous ayons ?) comme objectif d'accaparer le pouvoir, tout au plus celui de partager les mêmes droits que ceux naturellement acquis aux hommes.
    Nous n'avons pas gagné le droit à une vie facile, mais celle des hommes l'est-elle ? Mais nous avons gagné le droit de faire nos choix : avoir un enfant ou pas, exercer un métier ou pas, voter, avoir des loisirs, exister en tant que nous et non pas juste en tant que mère ou épouse, se marier ou pas, divorcer ou pas...
    Quant à penser que les femmes d'aujourd'hui sont épuisées et que celles d'alors ne l'étaient pas... Les femmes participaient aux travaux des champs, étaient placées comme bonnes, tout en assurant enfants et tâches ménagères.
    Je crains que mon message ne soit mal perçu, je m'étais promis de ne pas réagir, mais... c'est plus fort que moi ;-)

  • Que ton message soit mal percu comme tu as mal percu le mien? ;-)
    Pas de soucis de mon coté.

    "tout au plus celui de partager les mêmes droits que ceux naturellement acquis aux hommes. "
    On est d'accord

  • Effectivement, j'enchaîne aussi les deux boulots et ça me dérange pas. Ca m'arrive même de débarquer chez mon mec avant qu'il rentre du boulot pour faire le ménage car il laisse tout traîner. Si un jour on doit vivre ensemble, je sais que je me taperais toutes les tâches de ménage mais je l'aurais bien cherché !

  • Il y a fort longtemps je me souviens maintenant avoir eu les même raisonnement que toi. (Je me souviens même du décors de l'entrée de ma chambre chez mes parents alors que j'évoquais ce sujet avec ma mère).

    J'aurais des tas chose à te dire mais pour faire bref:
    la vie n'a jamais été idéale ,ne l'est toujours pas et ne le sera sans doute jamais. Courage! Positive chaque jour comme tu l'as si bien fait aujourd'hui avec les photos de ta puce.

  • bon je vais en faire monter au cocotier (ou pas) mais les hommes ça s'éduque aussi !!! faut pas se plaindre qu'ils ne fassent rien si depuis le debut on ne leur laisse rien faire (je parle du repassage, du ménage sans pousser non plus, mais qu'ils sachent gérer aussi un peu !!) moi ça me fait bondir les mecs qui savent pas repasser une chemise !!
    bon mais on tourne un peu en rond là ;-))))
    et puis s'ils veulent rien faire, ils déposent au pressing et voilllllllllllllllllà
    (pour faire hurler je partage aussi les bibs la nuit etc et pourtant mon homme ya pas plus viril lol)

  • Les hommes ne "s'éduquent" que s'ils le veulent bien. Les hommes en général ne veulent rien faire à la maison (ou pas grand-chose), et les femmes ont "gagné" deux journées de travail en une. Pour souvent un "misérable" salaire. Et la frustration de ne pas voir assez leurs enfants petits, laissés à d'autres personnes. L'indépendance financière n'est pas réelle (salaire faible, pension alimentaire suffisante si séparation ?, niveau de vie certainement amoindri et difficile si séparation oui...). Alors on a peut-être beaucoup avancé depuis 50 ans, en terme de liberté et d'égalité certes, mais pour ma part je pense qu'en ce qui concerne la qualité de la vie on s'est drôlement "faites avoir".

  • Je suis ENTIEREMENT d'accord avec toi... :-)

  • Changez de gars alors...
    Je ne me reconnais pas du tout dans cette situation, et ma femme non plus.
    Et de facon générale dans mes amis celà ne se passe pas du tout comme ca non plus.

    Différence de génération?

Les commentaires sont fermés.