Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Aujourd'hui

Je suis un peu tristoune (comme dirait une amie d'enfance)

Sûrement cette soirée d'hier où j'ai eu le droit à un "tu fais chier", et "t'es qu'une connasse".

Sûrement le fait que nous avions du monde et que je n'ai pas pu y répondre pour ne pas envenimer la conversation (et donc passer pour la pauvre bonne femme qui ne réagit pas quand son mari l'insulte.)

Sûrement à cause de ses excuses faîtes une fois couchés après qu'il m'ait demandée pourquoi je faisais la gueule (!)

 

Je vis très mal cette violence verbale mais quitte t'on un homme, le père de ses enfants pour cela? (ce n'est pas tous les jours non plus)

 

Parfois je ne vois pas le bout du tunnel. Je lui explique que nous pouvons être en désaccord, qu'il peut me trouver exaspérante mais que rien, rien ne justifie de se faire insulter.

Il me dit toujours qu'il comprends... Et il recommence (comme un addict)

 

Aujourd'hui je suis un peu perdue.

Mais demain cela ira mieux

84429678.jpg

 

 

 

 

 

 

***

Il y a un an, j'entamais une longue pause

Il y a deux ans, ma puce me montrait qu'elle avait du caractère, c'était dur mais ce n'est que le début

Il y trois ans, rien

 

 

Commentaires

  • et PERSONNE N'A REAGI ?
    ah, ça me met en rogne ! Invite-moi ;) (mais je n'envennime aps, hein, je suis très posée dans ces cas-là)

  • En fait c'était mon beauf et ma belle soeur. Elle était aux toilettes et lui a préféré détendre l'atmosphère en faisant de l'humour sur le mot "connasse".

  • J'aimerais trouver les mots pour soulager, trouver les mots pour aider, avoir la baguette magique pour tout régler.
    Dans l'absolu, je suis convaincu que ça ne s'arrangera jamais, et ça risque même d'empirer avec le temps. Des insultes, des mots excessifs en privé me paraissent encore excusable quand cet accidentel mais là c'est quand même courant et en plus c'est en public. Pour ma part je trouve ça carrément écoeurant.
    Il faut que tu sois quand même déjà bien forte pour endurer ça sans souffrir de dépression carabiné.
    Il n'y a peut-être pas encore lieu de parler de divorce mais il faudrait peut-être songer à lui mettre la pression pour qu'il consulte. J'imagine bien que ça risque de pas être évident du tout mais c'est ta vie c'est à toi de choisir ce que tu veux en faire et puis surtout imagine dans quelques temps les dégats que cela peut faire sur tes filles. Même si il continue juste à te dévaloriser toi, elles risquent de se faire une mauvaise image de ce qu'il est normal d'attendre d'un homme.
    Mais de toute façon d'ici 2 ans quand ta plus grande comme la mienne commencera à devenir un mini-toi par moment les petites piques inutilement vexante risquent de commencer. ça serait au début peut-être tellement insignifiant que tu ne t'en rendras pas compte...

    Tu peux rendre ta vie plus belle, les clés sont etre tes mains, il faut juste trouver encore un petit peu de force, et puis ce n'est pas encore à décider dans l'urgence. Tu peux prendre ton temps pour choisir que faire mais n'en profite pas pour oublier.

  • oui tu soulèves encore le problème de mes filles et de l'image qu'elles vont avoir du couple et de moi. C'est ce qui me tracasse le plus dans cette histoire. Et c'est, j'en suis sûre, ce qui me fera partir un jour

  • Oh merde, c'est pas acceptable, mais qu'est-ce qu'il a ?!! Pourquoi ça déborde comme ça ?!!
    Il y a quelque chose qui le frustre, une colère qui gronde ...
    T'arrives à lui en parler?

  • Nous en parlons après coup. Il s'excuse toujours mais il recommence toujours aussi.

    Je crois qu'il a l'impression d'être rabaissé et c'est sa manière de montrer qu'il maîtrise. C'est con mais c'est comme ça.

  • Ha non, ce n'est pas cool ses mots et tes hormones...tu as toute les raisons d'être tristoune. je ne veux pas faire alarmiste, mais la donne change avec 3 enfants, la pression monte, autant clarifier l'air maintenant avec que tout s'accèlere...et que vous vous perdiez dans la routine (que ses mots fassent partie de la routine).

    Moi ce que je vis est different mais certe tout autant devolorisant: c'est un mur de silence, rien pas un mot....et malheureusement meme si cela n'arrive pas souvent, est devenu plus frequent

  • C'est clair que le troisième va rien arranger...
    le mur de silence c'est moi. (et dieu sait si cela l'énerve!!)

  • Je te lis depuis qq temps ...es-tu sûre que demain ca ira mieux? Es-tu sûre que tu souhaites que tes enfants grandissent dans un tel climat de violence? Es-tu sûre de ne pas mériter mieux? Désolée de réagir ainsi, mais rien que de te lire, j'en suis malade, alors je ne sais pas comment tu peux le supporter.

    Ah, et : mention spéciale à tes invités...

  • Les filles ne grandissent pas non plus en permanence dans ce climat. Ces épisodes sont sporadiques. La plupart du temps elles ne sont pas là d'ailleurs. Mais ce qui est sûre c'est qu'elles doivent sentir ma tristesse.

    Quant à mes invités, je ne sais pas comment j'aurais réagi à leur place. C'est toujours difficile de prendre partie.

  • Ne publie pas mon commentaire s'il te met mal à l'aise, mais sans parler de tes enfants : et toi? Es-tu heureuse? As-tu envie de passer encore 30 ou 40 ans dans ce climat?

    Sporadiques, peut-être, mais moi je trouve qu'une seule fois est de trop.

    Je suis allée voir le site du ministère de la famille consacré aux violences faites aux femmes pour voir si je sur-réagissais...

  • Comment oser traiter la mère de ses enfants et l'enfant qu'elle porte de la sorte.
    L'heure est grave pour vous et il y a lieu de réfléchir à quelle vie familiale et amoureuse vous voulez construire ?
    Il faut un respect mutuel de l'autre à vous de l'imposer et de l'exiger !!! attentioon à l'enchaînement sur les violences physiques.

  • je me retrouve dans ce que tu écrit et cette impression de mal être devant cette violence verbale qui pourrait devenir physique et moi aussi j'ai peur...

Les commentaires sont fermés.