Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A la recherche du boulot (perdu)

(Ce matin j'ai écouté Florence Aubenas qui a écrit un livre sur le travail des précaires) (cette nana est passionnante)

Et moi alors mes recherches de boulot?

Car contrairement à ce que peuvent penser certaines de mes lectrices, je ne suis pas une femme entretenue qui payent la femme de ménage avec le salaire de son mari (je cite).

Après un long congé maternité pour mon troisième enfant (vous savez que l'on avait le droit à 6 mois? Whaouh!!!) (parce que pour les deux premières j'ai repris le travail lorsqu'elle avait deux mois et demi), je n'y suis pas retournée parce qu'on m'a annoncée que je serais licenciée un mois après mon retour (ils doivent attendre ce délai légalement).

Au début je me suis dit que ce serait l'occasion de m'occuper de mes enfants. Mais vu la pression sociale et maritale, vu le salaire que je toucherais du chômage, vu que mes neurones sont très fatiguées, vu que je m'ennuie quand même de ne pas voir plus de monde, je me dis qu'il faut que je travaille quoi qu'il arrive.

Je suis en recherche active (2 heures par jour en moyenne, mais entre deux siestes, ménage, rangement et cie) depuis janvier et j'ai eu UN entretien (qui n'a pas abouti)

Autant vous dire que c'est la loose.

Faut dire aussi que dans mon métier, je me rends compte que je vieillis et que je n'ai pas forcément les connaissances demandées.

Et puis je suis aussi en train de me poser des tas de questions: Absolument pas envie de continuer à travailler comme une dingue. Envie de faire un temps partiel (mais dans mon métier c'est quasi impossible, surtout quand on est en recherche). Et pas envie de gagner moins d'argent qu'avant.

Oui je veux le beurre et l'argent du beurre.

Alors je réfléchis à d'autres possibilités. Mais pour l'instant rien de concret.

Alors je continue à répondre à des annonces (sans réponse)

Alors je me dis que cela va être beaucoup beaucoup plus compliqué que ce que je pensais.

91988034.jpg

 

 

 

 

****

Il y a un an, rien

Il y a deux ans, c'était chaud au boulot (finalement j'ai trouvé autre chose et j'ai démissionné)

Il y a trois ans, rien

Il y a quatre ans, j'étais heureuse de me dire que chez les autres c'était pas le bonheur

 

 

Commentaires

  • A la recherche du fil rss perdu.
    Oui je sais, je ne ne commente que pour me plaindre, mais si tu voulais/pouvais trouver l'option "syndication en entier" ou un truc du genre, ce serait sympa.

  • Travailler, quand on l'a fait une fois ca deviens une necessite pour l'equilibre (enfin pour moi).
    T'as discute avec l'ANPE? Parfois ils proposent des aides a des formations histoire de se lancer dans une autre branche, ou alors de te reformer pour te mettre a jour...

  • @Jid: J'ai été farfouillé et je crois avoir trouvé. Râle encore un coup si cela ne marche pas :-)

    @Cécy: Je les ai pas encore vu. J'ai pas encore eu ma lettre de licenciement et ensuite je pourrais pas m'inscrire avant la fin de mes 3 mois de préavis (non effectués). On verra bien pour les formations mais financièrement je pourrais pas tenir longtemps sans travailler. Merci pour l'info :-)

  • mais tu disais ça aussi quand tu voulais changer de job et finalement tu avais parfaitement réussi, bon ensuite ça ne s'est pas passé comme tu l'avais imaginé, mais moi j'te fais confiance, t'es un ptit chat qui retombe toujours sur ses pattes... patience...

  • va falloir attendre que la crise passe, bienvenue au club...

  • merdoum...je savais pas que tu avais été licenciée..pr quel motif?? me dit pas "grossesse"!!!???

    Mais qui se permet ce genre de commentaire " je ne suis pas une femme entretenue qui payent la femme de ménage avec le salaire de son mari (je cite)."..j'hallucine, franchement!

    Je n'étais pas venue depuis qq tps, tu m'en vois désolée (et je n'en ai encore qu'une moi d'enfant!!), mais je tombe un peu des nues j'avoue..

    pour en revenir au sujet donc :
    je te rejoins à 200% sur le côté "vie sociale et indépendance salariale" que procure une activité.
    Mais en mm tps c'est la crise, la fameuse "excuse" de l'an 2010 pour n'avoir aucune perspectives d'embauche..ppfff lamentable..
    as-tu pensé à un bilan de compétences?
    pour éventuellement envisager une reconversion pourquoi pas?

    en tout cas, j'ai confiance en toi, tu sauras forcément te dépatouiller de la situation tôt ou tard!

Les commentaires sont fermés.