Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mes angoisses de précarité

Oui je sais certains vont encore se dire "pourquoi elle nous fait chier la bourgeoise?"

Ben la bourgeoise (encore que cela reste à prouver), elle est au chomage pour la première fois de sa vie (oh la pauvre chérie).

Elle cherche aussi depuis trois mois et pour l'instant RIEN.

 

La bourgeoise pour la première fois depuis longtemps, elle se sent perdue.

Parce que honnêtement en ce moment ma vie elle fonctionne pas super. Je ne m'épanouie pas dans mon rôle de mère au foyer. Je m'inquiète de voir qu'il va falloir que je vive avec la moitié de mon salaire jusqu'à ce que je retrouve du boulot. Je m'engueule sans arrêt avec chéri.

 

J'ai beau avoir une vie confortable, je ne suis pas une idiote. Je sais que tout peut basculer.

Je l'ai vu autours de moi.

Je vois aussi des amies plus ou moins proche qui galèrent grave. Qui sont prêtes à tout faire mais ne trouvent pas de travail (parce que trop qualifiée, ça fait peur)

Alors oui j'angoisse.

Et pour ne rien arranger cette émission dimanche soir sur M6 (mais pourquoi j'ai regardé cela aussi!!!!)

96417779.jpg

 

 

 

 

 

 

 

***********

Il y a un an, ma puce était une grande photographe

Il y a un deux je fêtais ma 500 ème note (je sais pas à combien je suis aujourd'hui)

Il y a trois ans j'étais au ski

Il y a quatre ans je pestais contre mon ancienne boite

 

 

 

Commentaires

  • Avec ton titre la petite phrase à gauche "Vous voulez me trouver dans le métro?" prends une toute autre dimension ;-) ...

    Quoi qu'il en soit pour la majorité d'entre nous la réduction de son train de vie est un évènement perturbant, quelque soit son train de vie de départ. Je l'évoquais moi-même récement sur mon blog: la crise est là et les emplois ne sont plus. Même si mari nous avons réussi à tenir à peu près sur notre lancée après le premier licenciement économique de z'hom, avec le second et à nouveau 1 an de recherche active n'ayant débouché que sur un contrat de 6 mois non renouvelable là on commence à réaliser qu'il va falloir lacher du lest.
    Heureusement, imbibée de l'esprit "petite maison dans la prairie", je me sens prête à faire des concessions, mais ça me fait suer pour les gosses: on veut toujours le meilleur pour eux. Mais on y arrivera: le meilleur c'est d'abords des parents soudés et qui savent passer de bon moment de rigolade avec leurs enfants et ça ça ne coute en général strictement rien.

  • je comprends bien tes angoisses, qui malheureusement concernent des milliers de français touchés par cette fameuse crise.

    Déjà j'ai une question : pourquoi dis-tu que tu n'es pas épanouie en tant que mère au foyer?
    Est-ce que votre foyer ne peut-il pas tenir la route juste avec le salaire de ton mari?
    ou bien est-ce surtout toi qui ressens le besoin de cette fameuse vie sociale, et accéssoirement du salaire, que l'on a seulement en travaillant?
    C'est clair que la situation économique actuelle n'est vraiment pas propice à l'emploi, c'est lamentable..
    tu n'as vraiment aucun feedback à tes candidatures?
    Je pensais que sur Paris c'était quand même un peu mieux qu'en Province..
    j'espère vraiment que cette putain de crise va enfin nous ouvrir des portes ds les mois à venir, car sinon..il va falloir fuir ce pays à toute jambe...
    quelle misère qd même...

  • Personne n'est a l'abri comme tu le dis. Pareil au chomage depuis 3 mois et les recherches de boulots n'ont pour l'instant abouti a rien. L'equivalent de l'anpe commence a me mettre la pression en me disant qu'il faut que pose ma candidature pour les annonces qu'ils me donnent, mais la Donne a change depuis 3 mois: je n'ai plus de voiture, je n'ai plus d'au-pair alors avoir un job de plus de 40 jeures a une vingtaines de kilometres de chez moi, je dis non. Et la ils ne comprennent pas a l'anpe car soit disant je peux avoir de l'aide. Mais en regardant bien je ne suis pas elligible, car bf gagne trop. Et c'est un cercle vicieux. Nous avons donc serre la ceinture: pas de vacances d'ete pour nous et on se demande 3 fois si ce que nous allons achete est bien utile. Pour l'instant ca va, bf a est tres supportif, moi je fais du volontariat a l'ecole. A efaut de job, j'ai une belle reference du directeur. Je reste positive mais jusqu'a quand cela va-t- il durer?

  • je comprends ce que tu ressens, je le comprends très bien. j'ai élevé ma fille, dans sa petite enfance, dans une extrême, réellement, une extrême précarité. je ne dis pas que c'est fini, mais je n'ai pas ton angoisse, en fait j'ai la certitude de toujours m'en sortir.
    tu postes beucoup en ce moment, je suis contente!tes sujets,a chaque fois, me font reflechir...

  • Quand je lis vos commentaires, je vois que je n'angoisse pas pour rien, puisque certaines sont dans des situations difficiles

    @cleanette: moi aussi esprit petite maison dans la prairie. Je n'achète que ce dont j'ai besoin et j'essaye de faire un maximum par moi même...

    @fofie: j'ai besoin de travailler pour voir des gens et m'occuper l'esprit. On pourrait vivre avec le salaire de mon mari (certains vivent avec beaucoup moins), mais j'ai besoin de gagner aussi ma vie pour que rien ne me soit reprochée

    @koko: c'est important déjà que bf soit compréhensif. Et puis tu as raison de t'occuper l'esprit... Moi avec le dernier sans garde, je suis bloquée à la maison...

    @Anne: Moi aussi j'espère que je m'en sortirais mais j'ai peur quand même. Et c'est sûre que pour les enfants, on est prêt à tout!

  • Je me reconnais énormément dans ton témoignage : non seulement mon train de vie avait dramatiquement chuté mais j'ai dû déménager à plusieurs centaines de kilomètres avec mes enfants pour un salaire au smic à temps partiel (comme de nombreuses femmes...). J'ai finalement obtenu un tout "petit" concours dans la fonction publique au bout de deux ans de chômage après avoir entendu d'une manière lancinante et récurrente "vous êtes trop diplomée" "vous avez des enfants" "votre âge pose problème" etc ... après avoir gravi quelques échelons en interne, je suis sorti du tunnel. Bon courage !

Les commentaires sont fermés.