Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ben oui et alors?

Ma vie de maman non active aujourd'hui me plait.

Je n'évoque pas ce sujet avec certaines de mes amies qui ne me comprennent pas du tout mais OUI j'aime m'occuper de la maison, de mon mari et de mes enfants et OUI je ne suis pas gênée (pour l'instant) d'être dépendante (enfin pas tout à fait puisque je touche encore le chomâge) de mon mari.

Je SAIS qu'il faut que je travaille. Parce que nos grands-mères se sont battues pour cela. Que je puisse être libre de partir (où?) si je le souhaite. Que je puisse acheter quelquechose sans que mon mari soit au courant (et éventuellement me le reproche).

Je suis entourée de personnes qui ne conçoivent pas que je ne veuille pas retravailler. Alors je mens, en disant que bien évidemment je vais recommencer. Que d'être à la maison ce n'est pas un fin en soi.

Et pourtant...

Malgré tout le peu d'estime que l'on accorde aux femmes non actives, je n'ai pas spécialement envie de travailler.

Pour quoi?:

Courir le matin et le soir pour s'occuper des enfants, faire les courses, ranger, préparer le dîner? (faire ma deuxième journée en sorte)

Stresser avec un boulot qui ne sera jamais 100% parfait?

M'engueuler avec mon boss, flipper d'un rendez-vous, d'une deadline ou je ne sais quoi encore?

Prendre le métro à 8H30 avec le tout Paris (et sa banlieue) serrée contre quelqu'un que je ne connais pas et avec qui je n'ai pas envie d'avoir cette intimité?

Manger de la merde dans une cantine Sodexho (si j'ai de la chance) ou dans une boulangerie?

Supporter les conversations de collègues et leurs blagues à la con?

Ne pas suivre les devoirs de ma puce et ne pas savoir si elle s'en sort?

Voir mon ange 1/2h avant qu'il se couche et en plus à l'heure où il est le plus fatigué et donc le plus chiant?

Mettre les trois quart de mon salaire dans les frais de nounous et de femme de ménage (et donc travailler presque pour la gloire?)

 

Evidemment que je passe des entretiens. J'ai la chance (mais plus pour longtemps) d'avoir un profil qui interpelle.

Evidemment que j'y vais la plus motivée en me disant que une fois que j'y serais l'envie reviendra.

Evidemment que tous les matins je regarde les annonces et active mon réseau.

 

Pour l'instant rien ne s'est concrétisé.

Mais le jour où cela arrive, je fais quoi moi?

86524208.jpg

 

 

 

 

 

****

Il y a un an, je vous parlais des micro évènements qui ponctuaient ma vie

Il y a deux ans, je répondais à un tag!

Il y a trois ans, un pervers dans le métro...

Il y a quatre ans, je faisais une note débile sur Béart et H&M

Il y a cinq ans, j'étais sereine sur ma vie avec chéri

 

 

 

 

 

Commentaires

  • oui, oui, oui... le + important c'est quand même l'indépendance. Mais sinon, moi aussi ça m'irait bien. (travailler à la maison ? un jour je serai illustratrice et jke travaillerai chez nous !)

  • Et si tu faisais ce que TOI tu veux et pas ce que la société ou les autres veulent ? Et les gens qui ont peu d'estime pour les mères aux foyers et bien... qu'ils aillent se faire... car ils ne savent pas ce que c'est...

  • Je te comprends quand tu parles de la 2ième journée, pas facile à gérer, en ce moment ce qui me manque le plus est une indépendance financière et c'est pour ça que je cherche à augmenter mes heures, je n'en Fais que 9 par semaine.

  • Comme tout le monde, je pense que le + important est l'independance financiere mais surtout la securite...
    Et si un jour, c'etait lui qui partait ?
    Ne pas se retrouver avec une moitie de rien a la retraite, ne pas dependre de quelqu'un d'autre tout simplement...

  • ça devient dur quand les assedics s'arrêtent. Tant qu'on touche quelque chose, on est encore dans le monde des actifs, on a encore un lien avec le monde du travail. Bien des années après, je suis toujours hyper mal avec cette question de l'indépendance, ma façon de consommer a complètement changé, je culpabilise quasiment pour chaque dépense et ne m'autorise pas grand chose et c'est pas pour autant que les autres pensent à toi. Je me renvoie moi-même des clichés au travers de la figure = il bosse, je dépense tout ... je papote avec les copines à la sortie de l'école alors que les autres mamans sont en plein stress ... je n'ai absolument le droit de me plaindre de rien ... je ne bosse pas donc je dois la fermer ... je ne gagne pas d'argent donc je ne me prononce pas sur les grosses dépenses ...
    En tout cas, le choix n'est pas facile et il faut le faire à 2 pour être bien en phase et éviter de se sentir rabaisser, consciemment ou pas.
    Pour moi, il n'est pas question de rebosser (ça me fait bien trop peur maintenant) mais j'assume pas du tout, il me manque quelque chose ....
    Bises

  • Je te comprends ! j'ai fait le choix de démissionner au bout d'un an après ma reprise (suite à un congé parental), j'avais pourtant réussi à obtenir un 4/5e (mercredi libéré) mais j'étais partie de 8h à 18h de la maison, toujours en train de courir, de réfléchir à la fois au boulot et à l'intendance de la maison tout en culpabilisant d'imposer autant de "collectivité" à mes enfants (et que dire des vacances où il faut aussi les lever tôt pour les emmener au centre de loisirs et se fader encore des grosses journées parce que maman n'a que 6 semaines de congés sur l'année), et puis de culpabiliser dès qu'il faut poser 1 jour "enfant malade" (et quand t'as 3 enfants, y a plein d'occasion d'être appelé par l'école).
    Je me dis qu'idéalement il me faudrait un mi-temps... mais déjà des plein-temps il n'y en a presque pas (et quand on est quadragénaire y en a encore moins) alors des mi-temps...

  • le pb c'est toujours le long terme... là dans l'immédiat je donnerai cher pour rester chez moi, enfin surtout parce que mes grandes sont à l'école et la petite à la crèche (sinon, NEVER) tout le monde aurait un rythme tout cool, personne ne crierait on mangerait des courgettes bio, ce serait le monde idéal. J'y ai gouté pendant à peine 10 jours, juste avant de reprendre le taff. MAlheureusement je ne suis pas rentière donc tant que j'ai pas gagné au loto ça ne le fait pas. Et surtout j'aurai peur du long terme... Quand les enfants sont grands... OK c'est dans longtemps mais bon... dans 10 ans il se passe quoi ?
    (bon si ça se trouve on sera mortes d'un cancer dans 10 ans et on aura été bien cons de ne pas profiter de l'instant présent)

  • Entièrement d'accord avec opio!
    Moi aussi je fantasme de rester à la maison tout ça, et pour les mêmes raisons que toutes.
    Mais hors de question de perdre mon indépendance. Juste impossible.
    Alors je râle. :)
    Mais j'ai autour de moi tellement de nanas qui ont ponctuellement stoppé leurs carrières et qui se retrouvent au choix:
    - quittées et obligées de prendre un boulot pourri pour se payer un T2.
    - seules chez elles avec les enfants grands qui leur reprochent de ne pas avoir été active (hélas véridique)
    - qui veulent quitter leur mec mais qui se trouvent bloquées.
    - qui subissent des réflexions odieuses de leur mec sur des histoires d'argent.

    Bref, pas pour moi merci! :)

  • que vous ayez envie de rester à la maison pourquoi pas ?mais impossible pour moi .je suis trop indépendante.le mari et les enfants ça va 5 minutes
    j'ai travaillé avec de horaires impossibles à l'hopital . mais quand vous voulez divorcer ou faire ce que vous voulez il vaut mieux avoir un salaire.et pensez à votre retraite, vous ne savez pas ce que vous réserve la vie..je pense que les hommes aussi des fois prèfèreraient rester à la maison plutôt que d'affronter un patron ou des clients agressifs .ça nous arrive à tous. un peu de courage

  • Je t'envie d'etre satisfaite de ton sort ... moi je suis à la maison mais je me sens un peu engluée, pas simple ! Et pourtant comme toi pas du tout envie de la 2eme journée, du speed, stress ... Alors je cherche un job mais plus comme avant, moins de responsabilité, moins de présence, etc
    C'est vrai ça fait peur pour le futur mais tant pis. Bon courage en tout cas

  • Perso dans l'idéal j'aimerai rester à la maison (j'aime çà aussi....je ne fais quasi pas de ménage et je fais des trucs sympas :-D) mais pour toutes les raisons évoquées plus haut (l'avenir notamment...et puis aussi pr une question de salaires: j'adore voyager et avec un seul salaire çà le ferait pas) je travaille ...mais à 60% (j'ai cette possibilité étant ds l'administration).
    Ce n'est pas l'idéal en ce moment car au boulot c'est vraiment terrible, mais sinon c'est chouette: cela permet d'avoir une solution de secours en cas de soucis et en même temps cela me laisse du temps pr mes enfants et un peu pr moi aussi ;-))

  • Je te comprends.
    Déjà qu'actuellement je cours partout (et j'ai pas d'enfants) avec mes 2h de transports quotidiens. Mais ayant connu des périodes d'inactivité, je sais aussi que j'ai besoin du contact social que procure le travail. Bref dans mon monde parfait, j'espère un jour mixer télétravail et entreprise, et pouvoir ainsi avoir le beurre et l'argent du beurre.

  • @Mamzelle Carneto: Oh oui je te le souhaite, le rêve absolu pour toi!!! (allez on bosse et on active le réseau)

    @Kisha: :-)

    @Koko: Je suis consciente que tant que je touche le chomage c'est simple et que je reverrais sûrement ma position si ce n'était pas le cas

    @Kaki: c'est vrai et c'est ce qui est triste. La femme a gagné en liberté mais aussi beaucoup perdu. Devoir travailler pourquoi pas mais au final les tâches ne sont pas partagées et nous avons des vies de dingue sans sécurité personnelle et professionnelle...

    @claire: oui je comprends le fait de sortir du circuit. C'est pour cela que je vais contre moi et passe des entretiens pour me donner une chance et de ne pas regretter. Mais quoi qu'il arrive je regretterais l'un ou l'autre.

    @lunapart: quand je passe des entretiens vu le niveau des postes, j'ose même pas évoquer un temps partiel. Et vu le niveau de responsabilité je sais que ce sera impossible de poser des journées enfants malades...L'horreur!!!

    @opio: tu as complètement raison. Je sais que quand les enfants seront grands je risque de me retrouver comme une conne. Comme tu dis faudrait que je gagne au loto ou que je devienne entrepreneuse... :-)

    @sophissime: Même avec un job, si je devais me séparer de mon mari je me retrouverais pas dans le même quartier ni dans le même appart c'est sûr! Mais bon je suis pas aussi catégorique que vous sur l'indépendance financière. Je suis utopique et crois en mon mariage (même si c'est pas tous les jours rose...)

    @margaux33: oh non les hommes préfèrent travailler plutôt que de rester à la maison gérer le quotidien et les enfants! :-)

    @clementine: difficile de vouloir baisser ses prétentions pour être plus cool. Moi je veux le beurre et l'argent du beurre!!! :-)

    @katell: 60% le rêve!!! Mais juste impossible dans mon métier...

    @Charlotte: Finalement on en rêve toute :-)

  • Moi j'y suis à la maison, et ma principale ambition est d'y rester, au moins jusqu'à ce que mes petits grandissent. L'avenir j'y pense bien sûr, mais le présent m'est si précieux que je suis prête à prendre le risque, et quand je vois mes petits et mes grands si heureux et si rarement malades, si rarement fatigués, parce qu'ils peuvent entre autres rentrer manger à la maison chaque jour et éviter garderie et autres centres de loisirs, quand je vois qu'au retour de Chéri je peux être toute à lui, toute avec lui, parce que les taches domestiques et autres obligations ont été gérées avant son retour, je me dis que pour moi en tout cas, cela en vaut la peine.

  • Ahlala complètement d'accord avec loreal je crois que tant qu'on peut rester à la maison faire pousser nos ptits bouts y a pas photos !! Je ne me sens absolument pas mise de côté par la société, (mais je n'habite pas Paris, donc rien à voir) et au contraire je sais très bien pour quoi je suis là : quand je vois ecris ces trucs du style "soit dependante pense au divorce à ta liberté"... quel confiance dans le couple et dans ce que les gens construisent !! Au contraire je pense que je ne serrai pas à l'ecoute de ma famille et je n'ai pas l'ambition d'être à l'ecoute de mes collegues de travail.. tant qu'ils sont petits je les aide à pousser même si ce n'est pas toujours facile et même si je ne fais pas du bio à manger tous les jours (c'est quoi ces vieux clichés !!) Continue comme tu fais mummy, dis aux autres ce qu'ils ont envie d'entendre et profite... je pense que tu seras toujours capable de retomber sur tes pattes si tu en étais vraiment obligée...

  • @Loréal: "le présent m'est si précieux que je suis prête à prendre le risque". Whaouh... Tu n'aurais pas pu mieux l'exprimer. Effectivement il faut penser à l'avenir, mais tu sais aussi bien que moi que le présent est important et qu'il faut être là pour ne rien regretter. Merci mais cela me soulage que tu ais pu écrire cela.

    @Funny Help: Merci pour ce petit mot. J'ai l'impression d'être mieux comprise et bizarrement aujourd'hui cela me soulage grandement. (et oui naïvement je crois aussi en ma capacité de retomber sur mes pattes)

  • moi ce n'est pas tant le divorce qui me fait peur mais d'autres choses bien plus imprévisibles :-(((

Les commentaires sont fermés.