Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Savoir aider (ou les difficultés de l'amitié)

Une amie très chère m'a dit que je me plaignais tout le temps en ce moment et vu ses problèmes familiaux (un papa très malade), elle préfèrait s'éloigner pour conserver son énergie.

Une autre amie très chère vient de m'envoyer un email pour me dire qu'elle me remerciait de l'avoir écoutée et d'avoir passé du temps avec elle. Que je lui faisais du bien.

Avec l'une je suis restée en retrait de la maladie de son père. Je l'ai écouté au début puis elle n'en a plus parlé et j'ai préféré par pudeur ne pas la relancer. Parce que je pensais qu'elle ne souhaitait pas en parler, parce que nos conversations lui faisaient une bouffée d'air. Apparemment non.

Avec l'autre, j'ai l'impression au contraire de l'embrouiller en lui donnant mon avis sur sa situation personnelle. Je ne suis pas à sa place et c'est difficile de s'y mettre. J'ai l'impression de ne lui être d'aucune utilité. Apparemment non.

 

L'une s'éloigne, l'autre se rapproche.

Suis je une mauvaise copine?

Je me pose sans arrêt la question.

Je crois que je suis une bonne oreille. Je donne mon avis lorsqu'on me le demande.

Mais je ne suis pas pro active. Je ne demande pas toujours à quelqu'un comment il va. Parce que je sais que parfois je ne veux pas entendre la réponse. Ou que parce que j'aimerais pas à certains moments qu'on me la pose (vraiment)

 

Depuis quelques temps, justement je ne me plains plus. Il n'y a plus de débrief sur ma vie, mon couple, ect... comme avant.

Parce que finalement en parler donne de l'importance à ce que je veux minimiser.

Je pars du même principe pour mes amies. Si elles n'en parlent pas, c'est qu'elles ne le veulent pas.

Apparemment tout le monde ne fonctionne pas comme moi.

 

107883201.jpg

 

 

 

 

 

****

Il y a un an, je ne pouvais expliquer à chéri les raisons de mon malaise

Il y a deux, je cherchais ce que le panier bio avait bien pu me mettre

Il y a trois ans, nous n'avions que des merdes!

Il y a quatre ans, chéri et le mari de sa soeur s'engueulait à cause des enfants (le début d'une longue série)

Il y a cinq ans, j'étais bien

 

 

Commentaires

  • C'est compliqué l'amitié, encore plus compliqué que l'amour je trouve.
    Avec le temps les rangs pour moi se sont clairsemés, et c'est très bien ainsi finalement.

  • Voilà la plus grosse difficulté des relations humaines: comprendre que les autres ne fonctionnent pas tous comme nous et si c'est possible nous adapter au fonctionnement des autres.
    Mais il est clair que nos meilleurs amis seront souvent ceux qui ont le fonctionnement le plus proche du notre ou alors un fonctionnement complémentaire.

  • "S'éloigner" pour conserver son énergie... c'est sûrement dur pour toi mais je peux comprendre cela pour ton amie; j'ai dû soutenir ma mère mourrante pendant plus de 4 ans et à part sa maladie je trouvais les soucis des autres plutot grotesques !! Mais je ne disais rien je trouve que chacun a son echelle de douleur, je ne me serai jamais éloignée d'une amie pour ça. Les silences sont peut être parfois durs à interpreter : on a besoin que les gens nous parlent de la maladie et en meme temps juste au moment où on y pensait pas, voilà, on nous en parle. C'est très compliqué, il ne faut pas que tu lui en veuilles, elle viendra quand elle aura besoin de se ressourcer près de toi. Pour l'autre à mon avis oui tu es de très bons conseils, continue, on ne peut pas aider tout le monde... biz la mummy

  • Je fonctionne de la meme façon. J'attends que la personne parle plutôt que de poser des questions.
    Ça peut passer pour du désintérêt, c'est juste que je n'aime pas être indiscrète ou faire cracher le morceau.

    Du coup il y a pas mal de choses dont on me parle pas directement, mais que j'apprends par d'autres intermédiaires (de la même façon, je ne dis pas tout).

  • On ne peut pas toujours aider, parce que les problèmes des autres sont parfois complexes ou, et c'est le cas de la maladie, insolubles.
    Mais on peut être présent, écouter et tendre la main.
    Il y a tellement de gens qui tournent le dos aux problèmes comme s ils avaient peur que ce soit contagieux...
    Je crois qu il suffit de dire qu on est là, pour écouter, pour parler, pour rire, pour pleurer ou simplement se changer les idées...

Les commentaires sont fermés.