Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Au ski

    Pour une semaine....

     

    103397074.jpg

  • Week end de bêtes

    • Samedi alors que je discutais avec une vieille du village de la campagne, elle me dit que son fils brûle la laine des moutons car ils ne savent plus quoi en faire.

    Avant ils s'en servaient pour faire des matelas mais maintenant l'artisan est mort et personne ne l'a remplacé.

    Qu'est ce que cela m'inspire? Un énorme gachis...

    La laine pourrait être utilisé pour des pulls ou autres. Mais on préfère faire du synthétique....

     

     

    • Samedi nous nous sommes enguelés toutes la journée comme des chiens. Pour un rien, pour tout.

    Parce que l'autre était là tout simplement.

    Parce que moi étant toute la semaine à Paris, je voulais aller à la campagne.

    Parce que lui travaillant toute la semaine voulait avoir une vie avoir une vie sociale et rester à Paris.

    Parce qu'il pleuvait.

     

    • Dimanche comme une louve je me suis occupée de mes enfants malades. Fièvre, toux et respiration mauvaise (pour le dernier). Les trois d'un coup. Parce que y'a un virus qui traîne sûrement...

     

    107669877.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a un an, celle qui se mêle de tout me racontait ses violentes disputes avec son mari

    Il y a deux ans, je faisais des rêves érotiques

    Il y a trois ans, je vous souhaitais une bonne saint valentin

    Il y a quatre ans, je n'étais pas en forme, je faisais une note girly, j'hallucinais sur mon job, et je fêtais la saint valentin à ma façon :-)

    Il y a cinq ans, le week end avait été calme

     

     

     

     

     

  • Je crois que Marrakech me ferait le plus grand bien :-)

    Je suis pas du genre concouriste. Mais pourquoi pas après tout.

    Et puis mon blog est différent des autres donc pas inintéressant.macaron.gif

     

     

    Si vous le trouvez aussi, alors n'hésitez pas à voter pour moi, cela me fera plaisir.

    (et j'ai conscience que je suis loin de pouvoir gagner)

     

    Un petit clic pour mon égo :-)))

     

    (et j'espère que cela sera l'occasion d'autres lecteurs et d'autres échanges)

     

     

  • No sex

    41YhX0qCULL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_AA300_SH20_OU08_.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    Avec la sortie de ce livre, on en parle beaucoup. De ces gens qui ont décidé que ne pas avoir envie de faire l'amour n'était pas une tare dans une société où le sexe est à chaque coin de rue.

    Je n'en suis pas là évidemment. Mais j'avoue que je ne suis pas en manque et très rarement demandeuse.

    Heureusement chéri l'est plus et nous avons donc une vie intime (presque) normale.

    Presque car notre façon de faire l'amour à changer. C'est devenu plus hygiénique. On va droit au but, il n'y a plus de fioritures et souvent aucun préliminaire.

    Cette nuit, alors que ma fleur m'avait réveillée à cause d'un cauchemard et que je n'arrivais pas à me rendormir, je me suis demandée depuis quand nos relations avaient changées.

    Et je crois sincérement que c'est depuis l'épisode de Londres. Il y a eu juste après l'euphorie des retrouvailles, puis cela s'est calmé et ensuite je crois que je me suis préservée. Comme si j'avais peur qu'il me compare à elle. Je restais passive pour ne pas qu'il pense à ce qu'elle a pu lui faire.

    Petit à petit il a du s'y habituer se faire une raison car il ne me demande rien.

    C'est triste je sais.

     

    ****

    Il y a un an, je vous interrogeais sur votre budget anniversaire

    Il y a deux ans, il y avait eu une tempête à Paris

    Il y a trois ans, rien

    Il y a quatre ans, encore à Londres

    Il y a cinq ans, je faisais ma vieille

     

     

     

  • Le marchand de sable

    Aujourd'hui si vous voulez profitez de ce temps bien merdique (alors qu'il était censé faire beau), je vous conseille vivement d'aller voir ce dessin animé allemand & danois (et oui!)

     Chaque nuit, comme tous les enfants du monde, Théo rejoint le Pays des Rêves grâce au sable magique dispersé par le Marchand de Sable.
    Mais une nuit, le vilain Tourni-Cauchemar vole le sable magique et prend le contrôle du Pays des rêves.
    Le Marchand de Sable et son fidèle mouton Philibert demandent à Théo de les aider à récupérer le précieux sable, et déjouer ainsi les plans du terrifiant Tourni-Cauchemar.
    Commence alors une grande aventure, dans un univers où tout est possible…

    19593598.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20101119_112216.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    Nous avons eu la chance les filles et moi d'aller le voir il y a quelques semaines en avant première.

    On a tout aimé: les dessins de toute beauté, l'histoire accessible pour les petits mais pas gnagnan pour les grands, ce tourni- cauchemar qui fait peur mais pas trop. Oui vraiment on a passé un bon moment.

    Un petit extrait pour vous convaincre:


     

    Il y a beaucoup de films qui sortent pour les enfants. Souvent on hésite entre plusieurs. Celui ci il est bon enfant et pas sorti d'un studio hollywoodien, et pour moi c'est un sacré critère!

     

     

    L'agence qui m'a gentiment invitée a même prévu un kit de coloriage pour les mercredi gris

    (Youpi!)

    ****

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, rien

    Il y a trois ans, rien

    Il y a quatre ans, chéri devait se mettre au régime

    Il y a cinq ans, une note sans aucun intérêt

     

     

  • La discussion de 5h du matin

    (qui ne sert à rien)

     

    Ma puce est malade (quand c'est pas l'un, c'est l'autre).

    Elle nous a réveillé à 5h du matin avec une très grosse fièvre.

    Evidemment j'étais en plein sommeil, donc le démarrage n'a pas été facile.

    Evidemment j'étais de super mauvais poil.

    Evidemment chéri se lève pour aller aux toilettes et pêter comme il en a le secret.

    Evidemment je ne supporte pas (il peut pêter mais comme moi, discrètement) (lui c'est un vrai plaisir de faire le plus fort possible).

    Evidemment je l'insulte.

    Il me réponds qu'il s'est levé pour faire cela aux toilettes.

    Je lui ai répondu que j'aurais préféré qu'il se casse (oui constructif la conversation de 5h du mat)

     

    Ce matin j'avais oublié mais pas lui.

    Il m'a redemandée pourquoi je voulais qu'il s'en aille.

    Parce que je ne supporte plus de t'entendre pêter à longueur de temps!!!!

     

    (il était inquiet c'est mignon)

    85470492.jpg

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, je faisais ma première écho et j'avais deviné que cela allait être un garçon

    Il y a trois ans, rien

    Il y a quatre ans, j'étais encore à Londres

    Il y a cinq ans, soirée de merde avec ma belle famille

     

     

  • Week end mitigé

    Nous sommes partis vendredi soir.

    Sur la route je reçois un email de ma belle soeur, me disant qu'ils ne partiront que demain matin. Le week end commence bien.

    Arrivés à 21H30, nous couchons les enfants et préparons le repas que nous allons prendre tranquillement dans le calme de cette maison au milieu de la campagne.

    Le lendemain matin c'est une autre histoire. Chéri est de mauvais poil. Il insiste pour venir faire les courses avec moi (et du coup les enfants). C'est fatigant car il me déconcentre totalement.

    Sa soeur, son mari et leurs enfants arrivent pour le déjeuner. Déjeuner sous tension. Ma fleur qui s'est fait taper par sa cousine et qui part en crise juste avant le déjeuner. Chéri qui déjà de mauvais poil s'énerve. Mon beau frère qui fait une réflexion.

    L'après midi, on ne les voit pas. Ils y passent une grosse partie dans leur chambre.

    Chéri part en forêt avec ma grande. Cela le calme...

    La soirée passe, la nuit aussi.

    Le lendemain ils repartent pour Paris.

    Nous nous retrouvons de nouveau seuls. Et là la tension redescends. Dejeuner tranquille. Devoirs pour la grande. Sieste pour le plus petit. Dessin pour la moyenne.

    Je vais dans la chambre pensant bouquiner. Je m'endors 1H30. Les filles sont parties avec leur père en forêt. Tout est calme.

     

    Chéri a juste montrer la pire face de notre famille à ceux qui se délectent de ce genre de situation.

    J'aurais tellement aimé qu'ils voient mes enfants jouant ensemble dans le jardin toute la matinée sans aucune dispute (ce qui n'est JAMAIS le cas quand leurs cousins sont là puisque le cousine refuse de jouer avec ma fleur, qui a le même âge qu'elle, et ne veut jouer qu'avec ma puce de deux ans plus agée) (du coup ma fleur se retrouve seule et le vit mal)

     

    Ce week end, les bourgeons commencaient à apparaitre sur les arbres et nous avons eu des perce neiges dans le jardin. Peut être que le printemps n'est plus très loin...

    84483443.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, j'écrivais une note que je voulais drôle sur ma femme de ménage qui avait déclenché des commentaires, mmmm, pas très sympatiques (mais c'est aussi ça le blog)

    Il y a deux ans, rien

    Il y a trois ans, rien

    Il y a quatre ans, j'étais à Londres pour le boulot

    Il y a cinq ans, je me disais que j'avais de la chance d'être du bon coté de la barrière

     

     

     

  • Moi je n'aurais jamais renoncé

    (c'est encore très frais donc peut être ne devrais-je pas écrire cette note) (mais j'en ai besoin)

    J'ai enfin pu voir et parler avec mon amie.

    Aprés notre échange difficile d'email début janvier, no news pendant quelques semaines.

    Je lui avais envoyé notre carte de voeux familiale et elle m'a renvoyée un email. Pour me dire ce qu'elle aurait attendu de moi.

    Quelques échanges ont suivi et après quelques incompréhensions encore (après un texto, un email et un message téléphonique, je n'avais aucune réponse pour un déjeuner que je lui avais proposé) (elle m'a dit attendre une réponse d'un déjeuner qu'elle essayait de décaler) nous avons réussi à nous voir pour un déjeuner près de son boulot.

    Nous avons parlé. Elle m'a expliquée. J'ai compris. Me suis excusée.

    Et plus la conversation avançait plus j'étais mal à l'aise parce que dans ce qu'elle me disait elle me laissait entendre qu'elle avait été prête à renoncer à notre amitié.

    Elle m'a aussi dit que lors du week end que nous avions passé chez eux en novembre, leurs amis m'avaient trouvée dépressive.

    Ce qui m'a le plus étonnée dans l'histoire de la dépression, c'est qu'elle en a parlé à d'autres amies et que personne n'a jugé bon de se rapprocher de moi. Au contraire j'étais la tricarde.

    Ce qui m'a blessée surtout c'est qu'elle est pu renoncer à nous.

    (l'amitié c'est finalement comme une histoire d'amour)

    Maladroitement elle m'a fait suivre un email qu'elle avait envoyé à celle qui se mêle de tout.

    Maladroitement car ce que j'y lis me blesse encore plus:

    Elle répète toutes les cinq lignes que je vais mal, et elle dit que notre amitié va sûrement prendre un tournant ou s'arrêter...

     

    Quelle conclusion apporter à cette note? Aucune je crois, je rumine depuis hier. 

    Je me dis aussi que décidemment personne ne comprends que je puisse aimer cuisiner, m'occuper de mes enfants, et ne pas travailler.

    (plusieurs fois elle m'a répêtée que vu ma situation et mes statuts FB où je ne parlais que de bouffe, elle avait bien vu que cela n'allait pas)

    Ben justement je parle de cuisine parce que j'aime cela.

    Et avant lorsque je bossais, j'avais des hauts et des bas aussi (vous le savez aussi bien que moi)

    Ma "dépression" n'est pas du à ma situation de femme au foyer.

     

    Elle m'a souvent répétée hier que nous n'étions pas (plus) sur la même longueur d'onde. Effectivement elle a pas tort.

    Mais c'est mon amie chère, la marraine d'une de mes filles et moi je n'aurais jamais renoncé...

    AA035316.jpg

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, j'étais pas la meilleure femme

    Il y a deux ans, rien

    Il y a trois ans, je faisais une pause

    Il y a quatre ans, je changeais de nounou

    Il y a cinq ans, j'avais passé un bon week end

     

     

  • No shopping month

    3765304997.jpg


     

     

     

     

     

     

     

    Je ne sais pas qui a lancé l'idée mais j'ai lu cela dans le blog de Manu et franchement je trouve que l'idée est géniale.

    Je me joins à la troupe de femmes avides de shopping et je m'y mets aussi.

    Les régles sont simples:

    Renoncer donc à tout ce qui est superflu : vêtements, cosmétiques, gadgets, déco, meubles, électroménager, appareils hi-fi et high tech pendant un mois.

    Ne comptent pas évidemment dans ce défi :

    • l'alimentation,
    • l'hygiène et la santé,
    • l'entretien,
    • le remplacement des cosmétiques d'usage courant (crême de jour habituelle terminée, mascara desséché),
    • et la catastrophe technologique imprévue : télé, frigo ou SURTOUT ordi qui lâche. Mais on peut se passer de TV...

     

    Finalement ce sera assez simple pour moi. Moi qui suis une adepte déjà de la non surconsommation...

    Je serais même plus dure que cela et je renoncerais (mais c'est déjà fait) à l'achat de produits d'entretien (et les faire soi même).

     

    Renoncer à acheter des conneries dont je n'ai pas besoin, c'est simple et cela allège le porte monnaie... Et croyez moi j'en ai besoin.

     

    Par contre pas sûre de renoncer à mes déjeuners le midi au resto avec les copines!

     

    Et vous vous me suivez?

     

    ****

    Il y a un an, ma fleur faisait pipi dans sa culotte sur mes conseils

    Il y a deux ans, j'avais envie de quitter mon mari, il avait neigé à Paris, et je me posais des questions sur l'arrivée de ce troisième enfant

    Il y a trois ans, je râlais contre les terrasses chauffées pour les fumeurs et je vous parlais de Cauet

    Il y a quatre ans, j'avais recommencé à bosser après mon congé maternité pour ma fleur et je vous parlais de la chandeleur

    Il y a cinq ans, je me prenais une grosse claque professionnelle, la matinée commençait par une enguelade mais j'avais le droit à des excuses