Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Deux enterrements

Pendant ces vacances de Pâques j'ai eu la tristesse d'aller à deux enterrements.

Ceux de papa de deux amies morts d'un cancer en même pas un an.

Le hasard du calendrier les a fait mourir à une semaine d'intervalle.

Des hommes de l'âge de mes parents (60 et 65 ans) à qui ont a souvent dit que nous vivrions plus vieux (ben voyons). Sauf que oui mais non.

Bref...

A l'un de ces enterrements je me suis retrouvée avec mon groupe de filles. Mes amies. Celles avec qui y'a quinze ans, je ne passais pas une journée sans les appeler, un week end sans les voir. On a voyagé en sac à dos. On a fait pipi ensemble dans la brousse. On a pleuré nos mecs perdus. On a chanté du Barbara Streisand devant un feu de cheminée. On a hurlé "I need a man" (Grace Jones) devant nos mecs éberlués.

Et puis voilà quinze ont passés. Certaines comme moi ce sont mariées. On fait des enfants. D'autres non et galèrent encore.

Je les vois moins. Parce que je suis la tricarde ou que je n'assure pas lors des anniversaires.

Parce que je ne suis pas non plus suffisamment en forme parfois pour rentrer dans le jeu social.

 

Parce que y'a quinze on se disait tout et aujourd'hui on se dit que tout va bien.

 

Ce jeudi là, elles étaient là autours d'elle pour la soutenir, lui dire la vie est merdique mais que les amies sont là aussi.

Et moi j'étais à part. Je discutais avec la famille, le frère et la soeur, les autres amis présents. Mais à part d'elles.

Parce que je ne supportais pas de les voir. Je ne supportais pas que l'une d'elle ne puisse s'empêcher de me parler de la nana bienveillante pour savoir si j'avais des nouvelles (non mais franchement c'est le moment là?) et les autres qui se mêlaient à la conversation en en rajoutant une couche...

(marre de ces histoires)

 

LS018042.jpg

 

 

 

 

 

 

 

****

Il y a un an, rien

Il y a deux ans, vous savez quoi...

Il y a trois ans, ...

Il y a quatre ans, ma grande me faisait rire

Il y a cinq ans, j'étais tout sauf visionnaire

 

 

Commentaires

  • A 15 ans on rigole en classe de telle ou telle nana qui a des boutons, à 30 ans on s'intéresse aux couples qui sont sur le point d'éclater et à 60 ans on bave sur ceux qui ont des soucis avec leurs enfants... les regroupements de filles m'ont toujours dégouté...

Les commentaires sont fermés.