Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La guerre est déclarée

"vas y c'est vachement bien"

" tu ressors de là avec une pêche d'enfer"

"une vraie leçon de vie"

"Pas du tout glauque"

 

....

Bon on a pas vu le même film.

Parce que moi ce que j'y ai vu, au delà du réalisme insoutenable, au delà de la musique très bien choisie, au delà de ces pseudos moments de bonheur et d'amour:

Un couple détruit par la maladie de leur fils

Une tristesse et un désarroi devant un enfant malade

Un enfant qui ne parle pas et te regarde en pleurant

Des médecins humains mais tellement désenchantés

Des longs couloirs vides et froids d'hôpital

Ces soirées de fête alcoolisées pour oublier (et d'ailleurs je me suis vue dans cette amie qui les bouscule malgré leur souffrance) (parce que plus personne n'ose plus leur parler vraiment)

Cette envie de ne pas vouloir en savoir plus pour ne pas souffrir

 

...

Ce film est dur, très dur.

Je n'ai pas transposé, j'ai la chance de ne pas avoir été touchée par la maladie.

Mais j'ai eu mal. Pour cet enfant dont on devine des traitements durs. Pour ses parents qui souffrent et s'oublient au point de se séparer.

Moi je sais que notre couple ne survivrait pas non plus à un coup dur.

 

Oui, il faut y aller le coeur bien accroché.

 

19766000.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20110623_055136.jpg

 

 

 

 

 

 

****

Il y a un an, rien

Il y a deux ans, j'espérais trouver un équilibre après la naissance de mon ange

Il y a trois ans, je conduisais une voiture de sport

Il y a quatre ans, je me faisais chier au boulot

Il y a cinq ans, rien

 

 

 

 

 


Commentaires

  • Je viens de le voir (je digère encore les images).
    Ça ne m'a pas fait cet effet là, j'ai trouvé ça plutôt optimiste (j'ai vu le coté plein du verre). Même si le couple se sépare et s'isole, on reste sur la belle image finale, pleine d'espoir. J'irai pas jusqu'à dire que ça redonne le moral mais j'ai aimé la facon théâtrale dont ça a été tourné, qui évite le larmoyant. Apres j'ai ni enfant ni personne dans cette situation dans mes proches, donc pas la même vision.

  • Comme toi je pense qu'il y a des sujets sur lesquels on ne peut pas faire semblant d'être gai et optimiste même avec toute la bonne volonté du monde. Qu'on fasse de l'humour (noir)à longueur de journée quand on est plongé dedans: c'est parfois le seul moyen de ne pas sombrer totalement mais ça reste un drame.
    Je pense aussi que tout ceux qui n'ont pas d'enfant ne se transposent pas autant et donc n'imagine pas aussi bien toute la soufrance que cela représente.

  • Ben moi je l'ai trouvé justement très optimiste. Je pense qu'on voit ce film à travers ses yeux et sa vie et qu'on l'inteprète chacun à la manière dont on vit la vie. Oui leur couple n'a pas survécu mais ils font encore des films ensemble et s'entendent très bien. C'est beau la vie quand c'est comme ça. Une belle leçon d'optimisme à méditer

  • Moi je n'irai pas, trop sensible pour moi, notre situation n'est pas franchement la même, mais les couples qui s'éloignent dans ses situations je ne comprends que trop trop bien, nous on en sort plus fort encore et je mesure notre chance !

  • J'ai vu le film cette après-midi. J'en avais beaucoup entendu parler, une amie m'a dit : "il est formidable". J'y suis allée. Effectivement, c'est un très beau film qui sort des clous, plein d'amour, d'humour et de vie, vrai, fort, un coup de poing dans la gueule. Mon amie m'avait dit : "il n'y a pas de pathos, n'est pas voyeur", etc. Certes. J'ai ri mais j'ai beaucoup pleuré aussi. La moitié du film.
    Et pourtant, je n'ai pas d'enfant. Mais il m'a remué, bouleversé et je me suis beaucoup projetée. Comme quoi... Et c'est la première fois que je lis un commentaire comme celui de Mummy.

Les commentaires sont fermés.