Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La guerre est déclarée

    "vas y c'est vachement bien"

    " tu ressors de là avec une pêche d'enfer"

    "une vraie leçon de vie"

    "Pas du tout glauque"

     

    ....

    Bon on a pas vu le même film.

    Parce que moi ce que j'y ai vu, au delà du réalisme insoutenable, au delà de la musique très bien choisie, au delà de ces pseudos moments de bonheur et d'amour:

    Un couple détruit par la maladie de leur fils

    Une tristesse et un désarroi devant un enfant malade

    Un enfant qui ne parle pas et te regarde en pleurant

    Des médecins humains mais tellement désenchantés

    Des longs couloirs vides et froids d'hôpital

    Ces soirées de fête alcoolisées pour oublier (et d'ailleurs je me suis vue dans cette amie qui les bouscule malgré leur souffrance) (parce que plus personne n'ose plus leur parler vraiment)

    Cette envie de ne pas vouloir en savoir plus pour ne pas souffrir

     

    ...

    Ce film est dur, très dur.

    Je n'ai pas transposé, j'ai la chance de ne pas avoir été touchée par la maladie.

    Mais j'ai eu mal. Pour cet enfant dont on devine des traitements durs. Pour ses parents qui souffrent et s'oublient au point de se séparer.

    Moi je sais que notre couple ne survivrait pas non plus à un coup dur.

     

    Oui, il faut y aller le coeur bien accroché.

     

    19766000.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20110623_055136.jpg

     

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, j'espérais trouver un équilibre après la naissance de mon ange

    Il y a trois ans, je conduisais une voiture de sport

    Il y a quatre ans, je me faisais chier au boulot

    Il y a cinq ans, rien

     

     

     

     

     


  • Mes bribes de souvenirs

    Mon ange continue ses réveils autour de 6h30. Je lui fais un calin et il se rendort (et râle quand je le réveille à 7H30).

    C'est mieux mais le problème c'est que moi je ne me rendors pas...

    Du coup je pense.

    Ce matin je me disais que malgré ce sentiment permanent de ne pas me souvenir de mon enfance et de mon adolescence il y a des choses, des impressions qui sont là.

    (ouf je ne suis pas une handicapée de la mémoire)

    • Je n'ai aucun souvenir de mes 18 ans, mais je me souviens très bien de la surprise que ma mère m'avait préparée pour mes 20 ans. Je travaillais le samedi dans un magasin de vêtements et lorsque je suis rentrée chez moi en fin d'après-midi tous mes amis étaient là. Je me souviens de cette différence flagrante entre mes amis de lycée, ceux de la prépa et mes nouveaux de mon école de commerce. Je me souviens que ces derniers n'étaient pas restés lorsque nous avions décidé d'aller en boite. Je me souviens que cela m'avait rendue triste. Je me souviens aussi que ce jour là je me suis dit que peut être finalement je comptais pour ma mère.

     

    • Je me souviens parfaitement de l'été de mes 18 ans, où partie en Espagne avec mes parents et une amie, nous n'avons pu sortir qu'un seul soir en deux semaines (alors que j'étais sérieuse, que j'avais mon bac, que je rentrais en prépa) (bref que je le méritais amplement) (et que j'avais 18 ans surtout!). Je me souviens que nous étions sorties avec des suisses et rentrées bien au delà de la limite autorisée. Je me souviens que mon père était venu nous chercher (ma mère était très inquiète) et qu'il m'avait retrouvée en train de galocher un des suisses.

     

    • Je me souviens de cette classe de terminale. Je les ai tous aimés. J'ai bien rigolé. J'avais l'impression que ce serait mes amis pour la vie et aujourd'hui je ne me souviens pas du prénom de la moitié d'entre eux.

     

    • Je me souviens de la boum pour les 18 ans de ma meilleure amie de l'époque. Le plus beau garçon de la classe était venu me chercher en voiture. Je me souviens de moi l'attendant devant Beverly Hills (et oui cela passait le samedi vers 18h). Je me souviens de ses yeux bleus magnifiques quand je lui ai ouvert la porte. Je me souviens de ma fierté à arriver avec lui.... Et puis rien. Il m'a ramenée ensuite et rien... Je me dis aujourd'hui que si j'avais été moins timide (et lui aussi) , peut être que...(parce que l'on ne vient pas chercher quelqu'un et on ne la raccompagne pas si...?)

     

    • Je me souviens de cette horrible année de seconde. Trop petite, trop plate, trop petite fille.

     

    • Je me souviens de cette classe de troisième où nous n'étions que deux filles et les reines de la classe.

     

    • Je ne me souviens pas du tout de ma primaire. Enfin des bribes, des impressions. Mon premier vrai baiser en classe de mer. Moi dans la cour jouant à l'élastique.

     

    • Je me souviens de cette maison en Ardèche où nous passions tous nos étés. Mon grand-père qui m'apprennait à faire du vélo, Yves Montand et Gérard Lenormand dans le radio K7 de sa Renault. Cette magnifique maison en pierre, cette chaleur. Mon père absent. Ma mère triste. Et leurs enguelades.

     

    • Je me souviens de mon ancienne chambre avec mon frère qui me lisait des histoires. Lui et moi jouant des heures au playmobil.

     

    Pas grand chose finalement mais un peu quand même?

    109947476.jpg

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, j'étais toujours à la maternité

    Il y a trois ans, rien

    Il y a quatre ans, rien

    Il y a cinq ans, rien

    Il y a six ans, je me préparais à écrire ma première note

     

  • Pommes, noix et cie

    Ce week end on a retrouvé la campagne après plus d'un mois d'absence.

    La dernière fois nous étions en Août, le soleil brillait, la piscine était ouverte, les parasols sortis, l'herbe était jaune.

    Ce week end, nous étions en automne. Avec nos gros pulls, la cheminée allumée, les bottes au pied.

    Nous avons ramassé des pommes (et fais un tas de compote et une tarte aussi), des noix (et fais un pain aux noix) (mmmm).

    Nous avons été en forêt chercher des cèpes (que nous n'avons pas trouvé).

    Nous étions seuls aussi. Le mauvais temps (qui n'est arrivé finalement que dimanche en fin d'après-midi) avait découragé les autres (yes!!!!).

    Ce week end, je l'ai aimé et il m'a donnée de l'énergie pour toute la semaine.

     

    98280060.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a un an, je vous parlais de mon écologie

    Il y a deux ans, mon ange était né et j'étais à la maternité

    Il y a trois ans, je vous parlais encore de mon écologie (et j'avais des progrès à faire encore) et je m'insurgeais contre les devantures des kiosques à journaux!

    Il y a quatre ans, je vous parlais de l'absence d'aide de chéri dans la gestion de la maison

    Il y a cinq ans, je vous parlais de ma passion pour le ménage et que je m'étais mise à aimer les matins

    Il y a six ans, ce blog n'allait pas tarder à ouvrir! (cela ne nous rajeunis pas ça)

     

  • Mes nuits

    sont compliquées en ce moment.

    Mon ange a oublié son rythme d'été et après avoir été obligé de le réveiller le matin à 7h30 depuis la reprise de l'école et de la crèche pendant une semaine, il me devance désormais en m'appelant dès 6H45...

    On rajoute à cela le nez qui coule depuis la reprise de la collectivité (c'est à dire plusieurs réveils dans la nuit pour déboucher tout cela) et ma fleur qui rêve et parle (très fort), je vous dis pas le zombi que je suis le matin (et le soir)

    Autant dire que depuis une semaine nous avons aucune conversation avec chéri. J'attends qu'il rentre, dîne avec lui, et soit je m'endors dans le canapé devant le film, soit je vais me coucher.

    (super sexy la mummy qui ne travaille pas)

    Mes rêves aussi sont extras en ce moment.

    Cette nuit, l'ex femme de ménage de ma mère m'apprenait à coudre un bouton...

    (mais où vais je chercher tout cela????!!!!)

     

    Honnêtement semaine de merde.

    96156842.jpg

     

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, j'attendais

    Il y a trois ans, je vous parlais de ma nouvelle machine à laver

    Il y a quatre ans, rien

    Il y a cinq ans, je vous montrais une photo de ma fleur dans mon ventre

     

  • Bon de toute façon je n'ai pas le choix

    Aprés une (vraie) discussion avec chéri, il ne veut vraiment pas que j'abandonne mes recherches de travail.

    Me voilà donc repartie depuis la semaine dernière à réactualiser mon CV, éplucher les annonces, secouer mon réseau...

    L'année a bien recommencé.

    Les filles sont heureuses dans leur nouvelle école. Et moi aussi. Je me sens rassurée de les savoir dans cette structure familiale.

    J'aime de plus en plus le sourire de ma puce qui devient si grande et de moins en moins petite fille.

    Ce week end à un mariage je la voyais se faire une copine, jouer, rigoler avec elle. Plus du tout cette enfant qui était dans mes jupons.

    Et sa petite soeur qui essaie de suivre.

    (heureusement il me reste le dernier qui lui était bien dans les jupons de sa maman)

     

    Je sais je sais c'est la vie. Mais mes enfants qui grandissent cela m'attriste. Et moi je suis quoi maintenant qu'ils vont avoir de moins en moins besoin de moi????

    Bref...

    Les journées qui se ressemblent sont reparties.

    Zut c'était bien les vacances...

    (et pourquoi en plus on a pas de vrai été indien?) (merde)

    294864_10150287273058386_655538385_8027697_2035411329_s.jpg

     

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, certaines choses se mettaient en place et je voyais ma puce triste

    Il y a trois ans, j'avais plein de trucs à faire, je vous parlais de la disparition des papillons et je ne supportais pas les toilettes mixtes

    Il y a quatre ans, je galérais pour trouver une nounou!

    Il y a cinq ans, j'étais bien, et je faisais une note triste sur ma jeunesse

     

  • Go mummy go

    La rentrée est passée.

    Les deux grandes sont à l'école (une nouvelle, une privée, une sans copine, et avec pleins d'inconnus)

    Mon ange est à la crèche. Aprés deux mois passés avec nous, il n'a pas du tout mais pas du tout apprécié...

    Rentrée un peu mitigée. Dur dur pour tout le monde.

    Pour moi aussi. Pas facile de les laisser en pleurs pour certain, et un peu tendues pour d'autres.

    Pas facile de revenir à Paris après deux mois hors du temps ailleurs que chez nous.

     

    Deux mois où nous étions tous les quatre la plupart du temps. Sans chéri. Sans enguelade du coup. Deux mois où je me disais (presque) que la vie sans lui était plus simple. Enfin pour moi car les enfants étaient toujours heureux de voir leur papa.

     

    Oui le retour à Paris est un peu dur.

    Et puis cela veut dire aussi qu'il faut que je sache ce que je veux faire de moi.

    Travailler. Rester à la maison.

    (Tous les jours j'oscille entre les deux)

    Je n'ai plus l'excuse des vacances pour ne pas me poser ces questions

    (et toutes celles auxquelle je ne veux pas répondre non plus)

     

    Go mummy go!!!! Faut pas se laisser abattre, je suis une battante non?

    78316675.jpg

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a un an, ma belle soeur me saoulait (ah ouais?)

    Il y a deux ans, rien (j'attendais la naissance de mon ange)

    Il y a trois ans, je vous parlais des premiers jours du reste de ma vie et je vous parlais cul

    Il y a quatre ans, je vous parlais de la première rentrée scolaire de ma puce

    Il y a cinq ans, je vous parlais de mon gros ventre!