Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

....

Nous aurions du partir à la campagne.

Les week end à Paris ne nous réussissent pas.

Je déteste aller au square.

Je déteste être enfermée dans cette appartement avec les enfants.

Je déteste les voir mettre le foutoir et tout salir ce que j'ai passé la matinée à ranger et laver la veille.

 

Nous n'arrivons toujours pas à communiquer.

Je sais qu'il est temps d'avoir une longue conversation. Mais je n'en ai pas le courage.

Je suis en train de tout gâcher alors que je n'en ai pas envie.

Une de vous m'a dit que je restais avec lui car c'était mon point d'ancrage. Elle a complètement raison.

Si je pars, je serais perdue.

Je n'ai pas envie d'être happée par ma famille qui ne m'a jamais rien apportée de bien.

Pas envie que ma mère déverse sa haine sur lui. Pas envie qu'elle reporte sa haine de mon père sur moi.

 

Ce week-end j'ai senti que ma grande vacillait de nous voir nous disputer, de me voir malheureuse.

Il faut que je m'en occupe. Que je n'occulte pas ses réactions. Que je la rassure. Que je l'aide.

Mais là putain, j'en ai juste pas le courage.

(et c'est mal) (et que cela me fait mal)

92415683.jpg

 

 

 

 

 

 

 

****

Il y a un an, j'étais pas plus en forme qu'aujourd'hui...

Il y a deux ans, mon petit garçon était un nourrisson compliqué

Il y a trois ans, Obama était élu (et cela n'a rien changé) et j'avais mal d'avoir cette famille

Il y a quatre ans, j'étais mis en avant sur un site pour femmes et je me disais qu'il fallait que je me mette plus souvent en robe

Il y a cinq ans, je vous parlais de la cigarette et je vous montrais mon ventre

Il y a six ans, je vous parlais des carottes

 

 

 

 

Commentaires

  • et si la solution ne se trouvait ni aupres de ton mari ou de ta famille mais de toi?et si au lieu que ce soit eux ton "refuge" , que ce soit toi?

  • et si la solution ne se trouvait ni aupres de ton mari ou de ta famille mais de toi?et si au lieu que ce soit eux ton "refuge" , que ce soit toi?

  • Excuse moi mais je trouve ta réaction etrange ?? Quel rapport avec ta famille et ta mère ? Les autres on peut tjs les faire taire, et surtout on s'en fout !! mais toi, tu existes en tant que personne !! si si ! Tu es encore très lucide sur toi/vous, profites-en !! Courage

  • Prends le temps (peut être autour d'un repas à deux) d'en parler sinon ça va péter pendant les fêtes de fin d'année ...

  • Tu as commenté, un jour, il y a fort longtemps, sur mon blog, disant que tu ne partirais pas pour ne pas avoir à affronter certaines conséquences négatives d'une séparation.
    Moi, je suis partie envers et contre tout le monde. Comme c'était un pervers manipulateur, tout le monde le prenait pour l'homme (et le gendre) idéal. Ma mère ne m'a pas soutenue, et le reste de ma famille (père et frère) s'est tenue à une distance "raisonnable" et comme toi, de toutes façons, ces 3-là ne m'ont pas toujours apporté du bon, loin s'en faut.

    Tout le monde était persuadée que je n'allais pas m'en sortir seule, pauvre boulet que tout le monde (mon ex et ma famille) se traînait depuis la nuit des temps.

    Mais c'est ma fille et le fait qu'elle me voit pleurer constamment qui m'a fait réagir. Ne pas lui offrir une enfance à voir des parents se déchirer et souffrir. Certes, la liberté coûte cher à bien des égards et parfois, elle est bien lourde à porter quand on est seule. Mais, sincèrement, la joie et le bonheur ressentis de ne plus vivre, pour elle et moi, dans la terreur et dans les cris, c'est inestimable.

    Et je les ai tous bien estomaqués en claquant la porte pour de bon. Et en ne revenant pas sur ma décision même quand il m'a suppliée de revenir et que ma mère poussait dans le même sens (nan mais je rêve).

    Bon courage à toi et désolée de ce long commentaire.

  • je vais être dure mais réaliste: tu es en train de sacrifier egoistement tes enfants. si tu les aimes tant que cela, a toi de faire en sorte qu'ils grandissent dans un foyer apaisant.
    Sisteene et d'autres femmes ont su le faire, toi aussi tu peux.
    A moins que tu ne veuilles que tes enfants trainent toute leur vie cette image du couple.
    Tu as le courage de voir les choses en face, continues en agissant

  • comme c'était prévisible les enfants trinquent et depuis longtemps même s'ils ne l'expriment que depuis peu
    est ce à eux d'assumer ce que vous ne voulez pas prendre à bras le corps ? est ce cette enfance et cette image (d'une femme, d'un couple) que vous voulez pour eux ? je n'arrive pas à comprendre ce qui pèse si lourd dans la balance pour ne pas vouloir soit partir soit faire un bilan de couple par rapport à vos enfants ?

  • Je suis un peu perdue moi, tu as repris un boulot ou pas?
    Moi, contrairement à ce que je viens de lire, je me dis que ça vaut le coup de se battre un peu, apparemment tu te blâmes plus que tu ne l'accuses lui, c'est toi qui es mal non, plus que le couple? ça a toujours été houleux chez vous non? Sortez, partez quelques jours tous les 2, histoire de retrouver le sourire. Bon. Bon courage en tout cas.

Les commentaires sont fermés.