Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Qu'est ce qui cloche chez moi?

Je me demande souvent ce qui cloche chez moi.

Comment se fait il que j'ai complètement oublié mon enfance?

Pourquoi lorsque mon grand-père me montre des photos de nous enfants, de mes parents, d'eux, je ne ressens rien.

Je me regarde petite et je me demande qui était cette petite fille.

C'est moi et pourtant je me suis oubliée.

Lorsque je vais chez ma mère, dans cette maison où j'ai vécu jusqu'à 24 ans, je ne ressens aucune nostalgie. J'en oublie presque que j'y ai vécu.

Je viens, je déjeune je reste un peu et je repars vite.

Pour fuir oui mais quoi?

La dernière fois que je suis allée chez ma grand-mère c'était avec chéri au début de notre rencontre. Rien n'avait changé. L'odeur, les meubles, les photos, elle. J'ai plus de souvenirs chez elle où j'ai été malheureuse que chez mes parents où rien ne m'arrivait.

Qu'est ce qui cloche chez moi pour retenir que les mauvais souvenirs de mon enfance?

 

Nous sommes une famille nombreuse. Elevée avec trois frères qui aujourd'hui sont assez proches. Moi je suis encore à part. Avant j'étais la fille et maintenant je ne sais pas ce qui nous sépare.

Est ce moi qui les rejette insconciemment?

Qu'est ce qui cloche chez moi pour que je considère mes parents et mes frères comme des entités différentes de moi?

 

( Petite forme ce matin) (une phrase de ma fleur qui me bouleverse et que je n'ai pu creuser car nous étions sur le chemin de l'école) (Est ce que malgré tout je n'ai pas réussi à la protéger?)

 

AA016881.jpg

 

 

 

 

 

 

 

*****

Il y a un an, je m'inquiétais pour les ustensiles de cuisine et nous avions un week-end très très froid

Il y a deux ans, je vous parlais de l'égoïsme de chéri

Il y a trois ans, je faisais le tri dans mes flux rss

Il y a quatre ans, Never explain never complain

Il y a cinq ans, je m'apprétais à reprendre le boulot et je faisais un bilan sur mon congé maternité

Il y a six ans, je vous parlais de la légende du croque mort

 

 

 

 

 

Commentaires

  • ça parait tellement évident sans faire de la psy de comptoir à deux cents... tu es à part avec ton secret.
    J'espère que tu vas pouvoir creuser ce qui te chagrine. Bises

  • Pour une fois je prends la parole "en public" (tu me reconnaitras) . En effet moi aussi je me demande comment tu peux une seconde te poser la question... Ayant vécu la même chose que toi, je sais qu'il est impossible, une fois l'âge venu où l'on se rend compte de la gravité de ce que l'on a vécu (quand la fuite en avant et le déni ne sont plus efficaces) eh bien on se rend compte, en effet, qu'il est impossible de garder des souvenirs heureux de son enfance, ou plutôt, de les regarder sans le voile de "cela". J'ai appris, d'un psy, que la grande majorité des victimes d'abus sexuels dans l'enfance viennent consulter vers la quarantaine. Avant, ils n'en sont pas capables (ou peuvent peut-être vivre avec sans en être envahis).Le fait d'avoir tenu ça secret agrave évidemment les choses -ce que je te dis là ce n'est pas ma seule expérience. Plus longtemps tu garderas ton secret, plus il distillera son poison, lentement mais sûrement. Je te souhaite de tout mon coeur de trouver un jour le courage de parler (ou de consulter, au moins, dans un premier temps).Tu es forte, bien plus que tu ne le crois. Je sais que tu y viendras, et que tu y arriveras.

  • je déteste que tu t'infliges tous ces "pourquoi"... parce que rien n'est ta faute, ne l'oublie pas...

  • C'est drôle (enfin façon de parler) mais je ne fais absolument pas le rapprochement entre mon manque total de sens de la famille et cela. J'ai l'impression d'être différente mais pour des raisons éloignées. Je suis égoïste, je n'aime pas la médiocrité, j'ai parfois honte, je ne supporte pas le caractère de ma mère, j'aime ce qui brille, j'aime le confort, je suis ambitieuse. Tout ce que eux rejettent en bloc. Comme si j'avais été élevée dans une autre famille. Je n'ai pas leurs valeurs.

    @opio: oui j'ai creusé. J'ai eu peur que quelquechose lui soit arrivé. Je ne pense pas finalement, mais elle dit des choses qu'une petite fille il me semble ne devrait pas dire. Peut être que insconciemment je lui renvoie mes peurs

    @anonyme: c'est ici ma thérapie. Et vivement que mes enfants grandissent que mes névroses disparaissent. Parce que finalement ce sont eux qui me les ont fait revenir

    @Loréal: Rien n'est de ma faute oui je le sais mais cela n'empêche pas la culpabilité

  • j'espère que tu trouveras des petits bouts de réponses,des réponses, tes réponses......

  • tu veux nous dire ce qu'elle a dit ? qu'on te dise si nous, on trouverait ça louche ?

Les commentaires sont fermés.