Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Je n'ai qu'un amour, Paris

Hier soir alors que je rentrais en taxi d'un dîner avec des amis, je me suis encore dit que j'avais beaucoup de chance de vivre à Paris.

En traversant la ville, en regardant ses bâtiments, ses ponts, ses lumières, je me suis rappelée combien j'aimais cette ville et combien j'avais toujours voulu y habiter.

 

Je viens de la campagne, ou presque. Disons la grande banlieue. Celle qui vous amène en RER à Paris en 45mn. Celle où vous vivez dans une maison avec jardin et portique. Celle où vous prenez votre voiture pour aller à l'école ou chercher du pain.

Depuis que je me souvienne j'ai toujours rêvé de vivre à Paris.

Je me souviens que le week-end avec mes parents nous venions ici visiter des musées ou aller au cinéma, et que je ressentais une joie immense dans cette voiture à regarder les lumières, à imaginer que je pouvais vivre là. Et cette tritesse qui m'envahissait dés que nous nous retrouvions sur l'autoroute, sans lumière...

 

Je suis partie à 24 ans, et mon premier appartement je l'ai pris aux Abbesses. Le Paris de Montmartre, le Paris typique. Le coin des touristes comme disait ma mère. Mais j'étais moi aussi une touriste dans cette ville. Elle me faisait rêver.

Aujourd'hui je suis une vraie parisienne. Arrogante, pédante, stressée, égoïste, snob, pressée, râleuse, ambitieuse. Et j'aime l'être.

 

200368930-001.jpg

 

 

 

 

 

 

 

*****

Il y a un an, j'étais au ski

Il y a deux ans, je vous parlais du téléphone chez moi quand j'étais ado

Il y a trois ans, rien

Il y a quatre ans, je vous parlais d'homéopathie

Il y a cinq ans, je vous parlais boulot

Il y a six ans, il fallait que j'avance

 

 

 

 

 

Commentaires

  • ah mais non ! Les parisiennes sont élégantes, taquines, pétillantes, passionnées, rapides, tourbillonnantes ! mais oui, pressées.

  • Tiens ça c'est vrai: pourquoi vous les parisiennes, etes vous si pressées? A xchaque fois que moi, la provinciale, je suis chez vous, j'hallucine a mort!

  • Je sais pas pourquoi nous sommes aussi pressées!
    Déjà les horaires de travail sont différents, partir avant 19h c'est l'assurance que l'on te souhaite une bonne aprés midi, alors forcément après tu cours pour faire le reste

    Et puis les distances sont longues, et donc on court toujours après un train

  • J'ai quitté Paris il y a qq mois pour la province et je ne m'en remets pas. J'aimais tellement être une parisienne (snob, pressée, stressée) exactement comme toi: les monoments à tous les coins de rue, "notre" square des batignolles, notre ecole ruquiqui mais notre vie quoi. J'ai pleuré comme jamais tte la semaine qui a précédé notre départ et je reviens systématiquement faire un pèlerinage ds mon ancien quartier. MaiS notre "modèle économique et familial" à Paris n'était pas viable sur le long terme. Je suis originaire de province et je n'ai vécu "que" 8 ans à Paris mais j'y suis maintenant viscéralement attachée.

  • Tas vu cette vidéo: http://t.co/dNlIMUKz
    Ça résume bien ton post ;)

    Sinon idem, provinciale qui a débarqué à Paris, et je suis devenue une connasse de Parisienne

  • lecture de l'ombre, j'apparais pour dire à quel point j'aime Paris, je vis en normandie et je viens un weekend par mois pour déambuler dans les rues, visiter les musées, les concerts...je m'y sens tellement bien. J'ai vécu 2 ans à Londres, la ville me manque, vivre à Paris pas possible pour mon homme. je suis une Parisienne dans l'âme. Et je pense avoir pas mal de ses qualités que tu décris.

Les commentaires sont fermés.