Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • En vacances

    AA008317.jpg

     

     

     

     

     

  • Je n'ai qu'un amour, Paris

    Hier soir alors que je rentrais en taxi d'un dîner avec des amis, je me suis encore dit que j'avais beaucoup de chance de vivre à Paris.

    En traversant la ville, en regardant ses bâtiments, ses ponts, ses lumières, je me suis rappelée combien j'aimais cette ville et combien j'avais toujours voulu y habiter.

     

    Je viens de la campagne, ou presque. Disons la grande banlieue. Celle qui vous amène en RER à Paris en 45mn. Celle où vous vivez dans une maison avec jardin et portique. Celle où vous prenez votre voiture pour aller à l'école ou chercher du pain.

    Depuis que je me souvienne j'ai toujours rêvé de vivre à Paris.

    Je me souviens que le week-end avec mes parents nous venions ici visiter des musées ou aller au cinéma, et que je ressentais une joie immense dans cette voiture à regarder les lumières, à imaginer que je pouvais vivre là. Et cette tritesse qui m'envahissait dés que nous nous retrouvions sur l'autoroute, sans lumière...

     

    Je suis partie à 24 ans, et mon premier appartement je l'ai pris aux Abbesses. Le Paris de Montmartre, le Paris typique. Le coin des touristes comme disait ma mère. Mais j'étais moi aussi une touriste dans cette ville. Elle me faisait rêver.

    Aujourd'hui je suis une vraie parisienne. Arrogante, pédante, stressée, égoïste, snob, pressée, râleuse, ambitieuse. Et j'aime l'être.

     

    200368930-001.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a un an, j'étais au ski

    Il y a deux ans, je vous parlais du téléphone chez moi quand j'étais ado

    Il y a trois ans, rien

    Il y a quatre ans, je vous parlais d'homéopathie

    Il y a cinq ans, je vous parlais boulot

    Il y a six ans, il fallait que j'avance

     

     

     

     

     

  • Fucking technology

    Je n'aime pas quand mes machines ne fonctionnent plus et que cela me rend malade.

     

    Cet ipad qui ne veut pas synchroniser les bons films.

    Ce lave vaisselle qui a ses boutons qui s'allument de partout.

    Ce téléphone qui se décharge de façon totalement inexpliquée.

    Cette box qui arrête de marcher et me prive d'internet.

    Ce lave linge qui n'essore plus et se bloque.

     

    Je n'aime pas ressentir ce désespoir pour quelquechose d'aussi matériel.

    Je devrais relativiser et je n'y arrive pas.

     

    Bon il faut dire que le lave linge qui fonctionne super mal à une semaine de partir en vacances (et donc de revenir avec trois tonnes de lessive à faire), y'a de quoi angoisser!

     

    Et se dire que cette lessive que j'ai lancé ce matin, n'est toujours pas terminée, parce que j'ai du la relancer plusieurs fois, que enfin l'essorage a fonctionné mais pas le rincage apparemment, et que donc je suis encore bonne pour lancer un autre cycle (qui risque de se bloquer)

    Bref je m'éclate.

     

    (oui je sais ma vie est passionnante)

    73271410.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, j'étais au ski

    Il y a deux ans, je vous parlais des vacances scolaires de février

    Il y a trois ans, rien

    Il y a quatre ans, je vous parlais du site Paris d'avant

    Il y a cinq ans, j'allais laisser ma fleur à mes beaux parents pour la semaine

    Il y a six ans, difficile dispute

     

     

     

     

  • Ce vendredi

    Ce vendredi dernier jour d'école avant les vacances scolaires, je vais aller chercher les filles à l'école et les emmener déjeuner. C'est devenu notre tradition du dernier jour d'école. Elles sont ravies, elles qui me reprochent de les laisser à la cantine alors que je suis à la maison (et plus tard ce sera l'inverse).

    Ce vendredi j'ai adoré quand mon banquier chez qui je suis depuis 1994 et à qui j'expliquais qu'il fallait arrêter jusqu'à nouvel ordre mes différents versements d'épargne, m'a dit qu'il allait me faire à cadeau pour ma fidélité... Une assurance vol de matériel technologique pendant un an! 6,95 euros par mois pendant un an pour presque 20 ans de fidélité.... ah ah ah

    Ce vendredi il fait gris mais je me sens bien. Nous avons depuis quelques jours des conversations avec chéri. Des conversations sans enguelade où je sens qu'il a besoin de moi pour l'aider.

    Ce vendredi, je me prépare à cuisiner tout le week-end pour un défi cuisine lancé par ce groupe Facebook et j'en suis ravie!

     

    Ce vendredi j'espère que les vacances seront reposantes et sereines

     

    86146997.jpg

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, je vous parlais de ma recherche de boulot

    Il y a trois ans, c'était chaud au boulot

    Il y a quatre ans, je vous parlais des OGM

    Il y a cinq ans, je vous parlais de mes résolutions du week-end

    Il y a six ans, rien

     

     

     

     

  • Made in France

    Je me souviens de vacances petite avec mes parents et mes grand-parents où nous avions passé une après-midi entière à chercher des espadrilles made in France.

    Nous étions dans les années 80, mes parents étaient des nouveaux riches, l'argent coulait à flot et on commençait à acheter asiatique et mes parents ne comprennaient pas cette lubie de mon grand-père.

    Je me souviens de lui nous disant que nous savions le faire alors pourquoi acheter à l'étranger.

    Je me souviens des réflexions de mon père qui me disait que mon grand-père était juste quelqu'un de super têtu.

     

    Je me souviens de mon grand-père dans sa maison de campagne, qui est devenu à sa retraite leur maison principale, s'occupant de son potager. Il nous montrait comment planter les graines, quand couper les salades, comment retirer les haricots verts des branches sans les abimer.

    Il était fier de pouvoir manger sa production malgré le temps et les efforts que cela lui demandait.

    Je me souviens que avant de vendre cette maison pour s'installer en ville, il regrettait que mon père et nous ne puissons prendre en charge le potager. Il n'avait plus l'énergie pour le faire et moi ado je m'en foutais complètement.

     

     

    On parle beaucoup de made in France en ce moment.

    Mon grand-père avait raison. Il y a 20 ans, on est rentré dans un monde qui nous bouffe aujourd'hui.

     

    Je regrette de devoir acheter mon lait au supermarché quand je suis à la campagne. Je ne comprends pas que en France il n'existe pas une société qui livre du lait (Milk man en Angleterre il me semble) tous les matins avec une production locale.

    J'essaie d'acheter une alimentation française mais c'est souvent compliqué.

    Je vous parle pas des vêtements où c'est mission impossible! Ah si l'autre jour chez DPAM les chaussons des filles étaient made in France. Je me suis jettée sur eux.

     

    Je ne suis pas nostalgique du temps d'avant, mais sérieusement on va droit dans le mur non?

     

    TR006994.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a un an, gros débat sur mes raisons de partir à la campagne tous les we

    Il y a deux ans, je trouvais pire ailleurs

    Il y a trois ans, ma libido de grossesse...

    Il y a quatre ans, Pâques était déjà dans les magasins!

    Il y a cinq ans, je vous parlais du sandwiche de la séparation et je me voyais jeune, très jeune

    Il y a six ans, je soutenais la Saint Valentin

     

     

     

     

     

  • Love, love, love

     

    Je n'écris plus.

    Je cuisine.

    (On peut pas tout faire)

     

    Se concentrer sur ses relations avec son mari pour les améliorer

     

    ou

     

    Cuisiner et manger pour oublier ce qui ne va pas.

     

     

     

    Je ne pense plus, j'avance, je cuisine, je range, je repasse, je vais chercher les enfants à l'école, je fais les courses.

    Et je me couche tôt.

    Lui il rentre tard, très tard et on se parle pas.

     

    Et puis ce week-end, il m'a dit qu'il en avait marre de ce boulot de dingue, qu'il ne supportait plus son boss, qu'il devait bouger.

    Et puis ce week-end j'ai eu envie de m'occuper de lui, le prendre dans mes bras, lui dire que je le soutenais quoi qu'il décide.

    Mais ce week-end les trois enfants étaient là. Il a fallu s'occuper d'eux, cuisiner, ranger, laver, faire les courses, les occuper.

    Mais ce week-end je suis allée me coucher après lui et il dormait déjà.

     

    sb10067142w-001.jpg