Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sans coeur

Je ne sais pas pourquoi lorsque je rêve de mes parents je suis adulte, avec mes enfants, sans chéri, dans la maison où vit ma mère et avec mon père qui semblent vivre aussi ici.

Je ne sais pas pourquoi quand je rêve de mes parents, j'ai des enguelades avec eux d'une violence inouie. J'insulte mon père. Je lui répète ce que je lui ai déjà dit maintes fois. Comme si j'avais encore et toujours besoin de lui dire.

Un an que je n'ai pas de nouvelles de lui (mis à part ce pauvre email que nous avons échangé pour mon anniversaire). Nous avons eu souvent des enguelades mais c'est la première fois que cette fois ci je ne reviens pas vers lui.

Je ne le regrette pas, il m'épuise mais j'ai honte. Je suis un monstre de m'éloigner de ma famille.

C'est presque pareil pour ma mère. Nous nous voyons peu. Je ne l'appelle presque jamais et comme elle ne le fait pas non plus, nous restons des semaines sans nous parler.

Je sais que c'est le signe qu'elle ne va pas bien, je suis comme elle, quand cela ne va pas, je fais l'ours. Et pourtant je reste égoïste. Je n'ai pas la force de l'appeler. Tous les soirs, je me dis que je le ferais une fois tel ou tel truc terminé. Tous les soirs je ne le fais pas.

 

Mes rêves doivent sûrement être là pour me montrer à quel point je suis sans coeur.

Et parfois je me dis que je vais le payer cher....

82653199.jpg

 

 

 

 

 

 

 

****

Il y a un an, j'étais fatiguée

Il y a deux ans, je rentrais de vacances

Il y a trois ans, je vous parlais des réactions à l'annonce de l'arrivée du troisième et de féminisme

Il y a quatre ans, cela bougeait dans ma vie

Il y a cinq ans, j'étais au ski

Il y a six ans, journée de la femme

 

 

 

 

 

 

Commentaires

  • Lis (ou relis) "Ensemble c'est tout" de Gavalda: les passages où Camille rencontre sa mère sont poignants.
    Il n'y a pas d'obligation à aimer ses parents! (en revanche il y a celui mériter l'amour -inconditionnel- de ses enfants).

  • J'adore mon père mais on se parle peu (ce n'est pas dans sa nature), mais j'appelle ma mère plusieurs fois par semaine (merci FaceTime sur iPhone). À une époque nous avions des rapports très conflictuels (j'ai eu une adolescence très longue), mais j'ai pris conscience que je devais profiter de sa présence tant quelle est la.

  • tu n'es pas sans coeur, tu te protèges...

  • Comme jid, il n'y a pas d'obligation à entretenir des relations avec ses parents.
    La mienne, ca se passe plutôt bien au téléphone mais plutôt (très) mal quand elle nous rend visite.

    Après plus de 4 ans de vie de maman solo, quand j'ai rencontré celui qui est désormais mon mari et que je le lui ai annoncé la seule chose qu'elle ait trouvé à me dire, c'est "et il te supporte?". Et non, ce n'était pas de l'humour, juste de la méchanceté gratuite.

    Par contre, même aux moments où je ne lui parlais plus, j'ai toujours composé le n° pour que fiston chéri lui parle. Parce que c'est sa mamie, qu'il l'adore et qu'il n'a pas à être mêlé à nos histoires. Mais je sais que ma soeur qui est brouillée avec maman a du mal à maintenir cette ligne de conduite parce que c'est facile à dire mais pas toujours à appliquer.

    Bon courage (et désolée pour le roman).

Les commentaires sont fermés.