Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Je ne suis qu'une façade bien décorée

Le problème quand on n'a pas parlé ou vu son père depuis un an maintenant, c'est que j'ai l'impression de le voir à chaque coin de rue.

A chaque fois mon coeur s'arrête. A chaque fois j'ai peur de je ne sais quoi.

Du coup il n'y a pas un jour où je ne pense pas à lui.

C'est ridicule puisque couper les ponts est sûrement la meilleure chose que j'ai pu faire.

 

Je suis allée voir Cloclo.

Mise à part le fait que j'ai beaucoup aimé (malgré des critiques très très mitigées), j'ai pleuré comme une madeleine lors de la scène où il reçoit la version de My way par Sinatra et qu'il s'imagine la montrer à son papa qui lui sourit.

J'ai pleuré comme une madeleine car je sais que nos parents et les relations que l'on peut avoir eux est le moteur de nos décisions.

Je sais que je sers les dents dans mon mariage (même si en ce moment, cela va plutôt pas mal) parce que je ne veux pas faire comme eux et divorcer. Je veux leur prouver que l'on peut être heureux en mariage.

Je sais que j'ai beaucoup bossé et tout fait pour évoluer professionnellement pour que mon père soit fière de moi.

(je sais d'ailleurs que la naissance de mes enfants n'a pas été une fierté pour lui) (il m'avait même dit à l'époque pour la naissance de mon dernier que je faisais comme ma mère) ("c'était pas voulu hein?")

Je sais que aujourd'hui mère au foyer, et alors que ma mère me dit que c'est une grosse erreur, je ne veux que lui montrer que l'on peut s'épanouir avec ses enfants et dans son couple en ne travaillant pas.

 

Je ne fais que leur mentir. Je suis en représentation permanente. Auprès de ma famille, de la plupart de mes amis.

Je ne suis qu'une façade bien décorée.

103761765.jpg

 

 

 

 

 

(elle est jolie cette maison non?)

****

Il y a un an, donc je ne parlais plus à mon père et nous étions à part

Il y a deux ans, ma grande se croyait adopter

Il y a trois ans, j'annonçais à mon père à qui je n'avais pas parlé depuis 3 mois que j'étais enceinte... et j'étais de très mauvais poil

Il y a quatre ans, il avait neigé! et je relisais mes cahiers intimes

Il y a cinq ans, je vous parlais de mon ordinateur (depuis j'ai acheté un dyson),et  je commençais à m'intéresser au bio

Il y a six ans, je faisais un bilan de mes vacances au ski, et  le printemps était là 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

  • (on en a de la chance de te lire ici alors) ;)

  • peut-être sera tu plus libre et plus heureuse le jour où tu t'affranchiras du regard extérieur!

  • tout d'un coup je me sens très proche de toi...cette belle façade c'est tout à fait ça !

  • Tu es d'une lucidité et d'une sincérité extraordinaires. J'aime te lire, j'aime ce titre, j'aime tes phrases. C'est vrai qu'on a de la chance de te lire... (l'anonyme que tu connais ;-)

  • Ne sommes nous pas toutes comme toi finalement?

  • Oui il y a un moment ou on construit sa vie en réaction de celle de ses parents mais il faut aussi passer au delà pour réussir à construire la vie que l'on veut vraiment.
    Moi je n'aime pas cette maison, parce qu'elle est trop lisse, trop propre, sans défaut apparent. J'aime les petits ou gros défauts, c'est ce qui fait le charme, l'intérêt, la convivialité.

  • @Charl': j'ai surtout la chance d'avoir eu l'idée d'écrire ou sinon je deviendrais folle

    @masofi: ce n'est pas s'affranchir du regard des autres mon problème je pense. Je le fais globalement assez bien. C'est surtout essayer de ne pas se plaindre (sauf ici) car personne n'aime les personnes tristes et dépressives. Ce que je voulais dire, c'est que je ne montre jamais ce que je ressens et ce que je suis

    @flo: :-)

    @anonyme: merci!

    @Lalo: peut être mais comme personne n'en parle ;-)

    @cleanette: et pourtant j'étais persuadée d'être justement passée outre. Je me suis bien trompée

  • et si tu faisais sauter le crépi... histoire de leur montrer à tous les belles pierres qu'il y a dessous ?

  • Les belles pierres elles sont en façade. Ici ce n'est que noirceur, je trouve.
    Ici je montre mes faiblesses, mon égoisme, mes angoisses, mon hypocrisie....

    Rien de bien reluisant ;-)

  • mais non ! justement tu es toi et si on vient te lire c'est parce qu'on (t'aime) te prend comme tu es ! (hein)

  • Charl' a bien raison! On étouffe justement de cette bienséance qui veut que dans la vie chacun taise ses faiblesses, son égoisme, ses dépressions, pour ne faire qu'une pub perpétuelle de soi-même (regardez comme ma vie est réussie et comme je m'en tire bien, prenez-en de la graine). Ce qui est beau dans ce blog c'est qu'on y découvre une peronne vraie, qui n'a pas peur de se regarder en face sans se raconter (trop) d'histoires. Et puis tu ne donnes pas de leçons aux autres, et tu ne te poses pas en modèle, contrairement à bien d'autres gens sur les blogs... Pour moi c'est précisément les gens qui cherchent à donner une image de perfection qui me minent le moral. Ils te font bien sentir que tu as du boulot pour te hisser à leur niveau

  • Déjà tu es lucide, donc tu ne te mens pas et puis on fait comme on peut dans la vie avec ce qu'on a fait de nous et ce sur quoi on peut agir. Personne ne peut te juger, regarde toi avec indulgence (j'ai déjà dû t'écrire ça d'ailleurs) et bienveillance. Regarde devant. Je t'embrasse. Je n'aime pas ma situation, je le dis, et je laisse ricaner ceux qui me prennent pour une fille gâtée, tranquille chez elle avec ses merveilleux enfants à la maison et mon formidable mari.

  • Je ne commente jamais mais cette note résonne en moi. A une période de ma vie où j'essaie de passer outre toute cela mes amies me renvoient leur façade. Et à une période où j'étais plus dans la norme elle me confait ce qu'il y avait derrière. Aujourd'hui elle la brandisse...
    Je trouve ta lucidité admirable. Et même si ce que tu dis parfois "grince", tu as le mérite d'être claivoyante sur toi-même et tes petits arrangements. Que nous avons tous. En revanche, si je puis me permettre, on commence à vivre lorsque justement, l'on essaie plus de prouver quoi que ce soit à qui que ce soit. Mais le chemin est long...

  • Pas facile d'être soi devant les autres, car on en devient fragile. Je pense que c'est surtout pour cela que nous nous cachons

Les commentaires sont fermés.