Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Je ne suis qu'une façade bien décorée

    Le problème quand on n'a pas parlé ou vu son père depuis un an maintenant, c'est que j'ai l'impression de le voir à chaque coin de rue.

    A chaque fois mon coeur s'arrête. A chaque fois j'ai peur de je ne sais quoi.

    Du coup il n'y a pas un jour où je ne pense pas à lui.

    C'est ridicule puisque couper les ponts est sûrement la meilleure chose que j'ai pu faire.

     

    Je suis allée voir Cloclo.

    Mise à part le fait que j'ai beaucoup aimé (malgré des critiques très très mitigées), j'ai pleuré comme une madeleine lors de la scène où il reçoit la version de My way par Sinatra et qu'il s'imagine la montrer à son papa qui lui sourit.

    J'ai pleuré comme une madeleine car je sais que nos parents et les relations que l'on peut avoir eux est le moteur de nos décisions.

    Je sais que je sers les dents dans mon mariage (même si en ce moment, cela va plutôt pas mal) parce que je ne veux pas faire comme eux et divorcer. Je veux leur prouver que l'on peut être heureux en mariage.

    Je sais que j'ai beaucoup bossé et tout fait pour évoluer professionnellement pour que mon père soit fière de moi.

    (je sais d'ailleurs que la naissance de mes enfants n'a pas été une fierté pour lui) (il m'avait même dit à l'époque pour la naissance de mon dernier que je faisais comme ma mère) ("c'était pas voulu hein?")

    Je sais que aujourd'hui mère au foyer, et alors que ma mère me dit que c'est une grosse erreur, je ne veux que lui montrer que l'on peut s'épanouir avec ses enfants et dans son couple en ne travaillant pas.

     

    Je ne fais que leur mentir. Je suis en représentation permanente. Auprès de ma famille, de la plupart de mes amis.

    Je ne suis qu'une façade bien décorée.

    103761765.jpg

     

     

     

     

     

    (elle est jolie cette maison non?)

    ****

    Il y a un an, donc je ne parlais plus à mon père et nous étions à part

    Il y a deux ans, ma grande se croyait adopter

    Il y a trois ans, j'annonçais à mon père à qui je n'avais pas parlé depuis 3 mois que j'étais enceinte... et j'étais de très mauvais poil

    Il y a quatre ans, il avait neigé! et je relisais mes cahiers intimes

    Il y a cinq ans, je vous parlais de mon ordinateur (depuis j'ai acheté un dyson),et  je commençais à m'intéresser au bio

    Il y a six ans, je faisais un bilan de mes vacances au ski, et  le printemps était là 

     

     

     

     

     

     

  • Vigilance toujours

    Deux cas d'attouchements sur mineur autour de moi ces deux dernières semaines.

    La loi des séries.

    L'un par un adulte petit ami de la maman sur un garçon de 7 ans.

    L'autre par le baby sitter de 17 ans sur une petite fille de 4 ans.

     

    Rien de grave, un peu traumatisant quand même mais les deux ont "bien" réagi puisqu'ils ont dit non et en ont parlé tout de suite.

    Bon l'un c'est fait traîté de menteur pas sa maman. Elle lui a répondu qu'il voulait juste le laver (mais à 7 ans qui lave encore un enfant? Qui en plus n'est pas le sien....)

     

    Pour l'autre cas, bizarrement je suis assez soft.

    J'ai dit au papa que même si évidemment ce n'était pas acceptable, il n'était pas nécessaire d'entamer une procédure. Pour moi, ce serait déjà très lourd pour sa petite fille et puis j'ai tendance à penser que la meilleure chose pour ce garçon de 17 ans était de lui expliquer qu'il ne devait pas faire cela, que ce n'était pas normal et que sa mère le surveille et l'emmène voir quelqu'un.

    Pour moi il s'agit d'un garçon avec les hormones en feu, nourrit aux films pornos, sûrement vierge et qui n'a jamais touché une fille, et qui a voulu voir ce que c'était...

    Je me trompe peut être.

    Et sûrement que si cela était arrivé à une de mes filles, je ne serais pas aussi tolérante.

    Je ne sais pas.

    J'en parle c'est tout.

     

    (Et toujours dans ma petite tête, VIGILANCE, VIGILANCE)

     

    104482466.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    ******

    Il y a un an, je vous parlais du drame au Japon et de notre politique nucléaire et je me sentais vide

    Il y a deux ans, j'avais passé un très bon week-end et je vous parlais des OGM

    Il y a trois ans, l'arrivée du printemps me réjouissait et je vous disais que j'étais odieuse

    Il y a quatre ans, ma fleur se réveillait trop tôt

    Il y a cinq ans, je n'avais pas le moral et mes beaux parents se mêlaient de ce qui ne les regarde pas

     

     

     

     

     

     

     

  • Même pas peur du Gruffalo!

    Quand j'en ai parlé autour de moi, tout le monde connaissait le Gruffalo...

    Je dois être la seule maman au monde a ne pas avoir lu ce livre à mes enfants...

     

    Heureusement que l'on m'a proposée de m'envoyer le dessin animé qui vient de sortir en DVD pour rattraper tout cela.

     

    Quand j'ai dit à une amie que je l'avais reçu et que j'allais le faire regarder à mes enfants, elle m'a dit que mes grandes étaient trop grandes et n'allaient pas aimer.

    Pourtant nous nous sommes installés vendredi soir, nous l'avons regardé une première fois (c'est assez court 40mn je crois) et nous l'avons regardé une deuxième fois.... Et nous avons adoré.

    Ma grande de 7 1/2 ans comme mon petit de 2 ans 1/2!

     

    Le dessin est beau. L'histoire est rigolote et éducative.

    Et puis à la fin ma fleur qui en ce moment est sujette aux cauchemards a conclu en me disant "pfffff même pas peur du Gruffalo"

     

    OUF!

     

    LFDP_gru_affiche.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    Un dragon, un monstre ou un loup, vous connaissez... mais un Gruffalo? Il a des oreilles toutes crochues, une affreuse verrue sur le bout du nez, des griffes acérées et des dents aiguisées dans une mâchoire d'acier! Effrayant non? C'est pourtant avec lui qu'a rendez-vous la petite souris! Vous la suivez? Véritable phénomène Outre Manche, cette adaptation d'un immense succès de librairie a été nominée aux Oscars 2011 et primée au festival d'Annecy 2010

     

    (merci à Sixtine de m'avoir envoyée ce gentil petit cadeau)

     

    *****

    Il y a un an, j'avais des angoisses de mort

    Il y a deux ans, je vous parlais de ma famille nombreuse et je vous parlais de mes angoisses de précarité

    Il y a trois ans je vous montrais l'univers photographique de ma puce

    Il y a quatre ans, je m'étonnais de la ressemblance entre les Sarkozy père et fils et j'avais envie d'être orpheline

    Il y a cinq ans, j'étais de retour du ski et je vous parlais de la difficulté de couple d'une amie

     

     

     

     

     

  • Sans coeur

    Je ne sais pas pourquoi lorsque je rêve de mes parents je suis adulte, avec mes enfants, sans chéri, dans la maison où vit ma mère et avec mon père qui semblent vivre aussi ici.

    Je ne sais pas pourquoi quand je rêve de mes parents, j'ai des enguelades avec eux d'une violence inouie. J'insulte mon père. Je lui répète ce que je lui ai déjà dit maintes fois. Comme si j'avais encore et toujours besoin de lui dire.

    Un an que je n'ai pas de nouvelles de lui (mis à part ce pauvre email que nous avons échangé pour mon anniversaire). Nous avons eu souvent des enguelades mais c'est la première fois que cette fois ci je ne reviens pas vers lui.

    Je ne le regrette pas, il m'épuise mais j'ai honte. Je suis un monstre de m'éloigner de ma famille.

    C'est presque pareil pour ma mère. Nous nous voyons peu. Je ne l'appelle presque jamais et comme elle ne le fait pas non plus, nous restons des semaines sans nous parler.

    Je sais que c'est le signe qu'elle ne va pas bien, je suis comme elle, quand cela ne va pas, je fais l'ours. Et pourtant je reste égoïste. Je n'ai pas la force de l'appeler. Tous les soirs, je me dis que je le ferais une fois tel ou tel truc terminé. Tous les soirs je ne le fais pas.

     

    Mes rêves doivent sûrement être là pour me montrer à quel point je suis sans coeur.

    Et parfois je me dis que je vais le payer cher....

    82653199.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, j'étais fatiguée

    Il y a deux ans, je rentrais de vacances

    Il y a trois ans, je vous parlais des réactions à l'annonce de l'arrivée du troisième et de féminisme

    Il y a quatre ans, cela bougeait dans ma vie

    Il y a cinq ans, j'étais au ski

    Il y a six ans, journée de la femme