Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Toujours sans coeur

Jeudi soir alors que j'étais sur le point d'aller à un dîner de filles, j'ai reçu un appel de mon père (à qui je n'avais pas parlé depuis un an donc) pour m'annoncer la mort de ma grand-mère.

Totalement inattendu. Certes elle avait 85 ans, un peu malade du coeur, mais globalement en forme pour son âge.

Elle vivait seul chez elle. Etait indépendante. Rien qui laissait penser que.

Jeudi soir je me suis effondrée dans la cuisine, puis dans les bras de chéri quand il est arrivé.

Puis j'ai séché mes larmes et suis allée faire semblant avec mes amies.

 

La picole m'a bien aidée à oublier. Mais la nuit fût courte et agitée.

Je vais pas m'étendre sur le fait de perdre quelqu'un. C'est dans l'ordre des choses.

Mais elle me manque et depuis je pense à tout ce que je n'ai pas fait avec elle et que j'aurais du.

 

Lundi, j'étais en province avec mes enfants pour assister à son enterrement.

Chéri ne pouvait pas les garder, ma mère travaillait, et il était hors de question pour moi de les laisser à mes beaux parents.

Et puis surtout ils étaient ma barrière. A ce trop plein d'émotions que je ne voulais pas montrer. A ce père que je n'avais pas envie de voir.

Ils ont été parfaits. Sages, rigolos. Fatigués aussi par ce court voyage où l'on dort peu et on bouge beaucoup.

 

Lundi, alors que nous dispersions ses cendres sur cette passerelle qu'elle aimait temps, j'ai pensé à elle, à moi, à cette famille que je n'assume pas.

 

J'ai détesté voir mon père.

Je suis toujours sans coeur. J'aurais du pardonner, être proche de lui, l'aider.

J'étais loin très loin de lui

103417093.jpg

Commentaires

  • L'ordre des choses ne change rien à la tristesse, à ce qui aurait pu être et ne sera pas.
    Quant à être "sans cœur"... Bienvenue au club.
    Tant pis. Parfois, c'est mieux d'être sans cœur. C'est juste le seul moyen de s'en sortir. Tu as fait comme tu le sentais, c'est ce qui compte.

  • pardonne et oublie, ça te fera du bien avant tout à TOI, et enlève-le de la ^place qu'il tient dans ton coeur, une grande place en réalité et c'est ça qui te fait souffrir; considère-le pour ce qu'il est lui, sa personne et plus pour ce qu'il représente...
    j'éspèreque ça t'aidera!

Les commentaires sont fermés.