Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Non merci!

Depuis que la rentrée est passée, je peux reprendre mes déjeuners.

Avec celles qui bossent ou qui ne bossent pas, et que je peux voir sans mari et enfant.

 

La première chose qu'elles me demandent, c'est "alors tu recommences à bosser quand?"

Avant je répondais que j'allais m'y remettre. Aujourd'hui je dis que je ne cherche pas.

 

Difficile d'avouer, que certes mes recherches n'étaient pas toujours intenses, mais que après une première année pleines d'entretiens, certains au bout du process (et un refus de ma part), depuis deux ans, je n'avais eu aucun contact.

C'est plus facile de dire que l'on ne cherche pas.

 

Et puis quand je vois leur galère pour les devoirs de nos petits (devenus grands), les courses, les rendez-vous, le stress, les enguelades, je me dis que je n'ai aucune raison de chercher (pour ne pas trouver en plus)

Aujourd'hui, mis à part le stress financier au cas où je me ferais jeter, mon mari décéderait ou autre, je suis heureuse et épanouie d'être à la maison.

Des risques, il faut en prendre dans la vie non?

 

88621788.jpg

Commentaires

  • Et moi aujourd'hui, je n'assume tellement pas que je suis allée claquer des sommes indécentes parce qu'une copine (encore une) reprend le boulot la semaine prochaine ...

  • Si financièrement vous pouvez vous le permettre, et qu'aucun job un minimum intéressant ne t'attend, je ne vois pas de raison de se priver. Le jour ou vraiment il faudra tu auras toujours les ressources pour gagner ta vie, et puis comme tu n'auras plus le choix, tu prendras même les postes auxquels tu n'avais pas postulé et qui te tendent les bras.

  • Tu pourras toujours reprendre le travail lorsque tes enfants seront plus grands, et moins besoin de toi (ma mère a repris le travail quand j'étais en sixième, après une pause de plusieurs années).

Les commentaires sont fermés.