Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Savoir faire semblant

Il y a cette copine connaissance (même plus envie de l'appeler amie) qui a toujours été jalouse de ma relation avec elle.

Au moment de la maladie, cela a pris des proportions énormes. Je n'étais pas présente physiquement les 2 premiers mois (avec les enfants hors de Paris) et elle oui.

Ensuite je suis revenue et j'ai repris ma place naturelle auprès d'elle. Celle d'amie, de soutien, de confidente, de copine de rigolade, de soeur.

Evidemment l'autre le vivait mal, essayait de pousser les murs. En enguelant l'équipe médicale, en lui parlant en permanence de sa maladie, en lui proposant même de se raser les cheveux pour être comme elle.... Bref elle pêtait un plomb.

Mon amie a flippé et a mis de la distance En vraie gentille elle lui a dit que c'était pour la préserver, qu'elle voyait bien qu'elle souffrait trop.

A moi, elle me disait que cette nana était folle et qu'elle lui rappelait en permanence qu'elle était malade...

 

Depuis qu'elle est partie, mes relations avec l'autre sont devenues compliquées. Elle cherche auprès de moi un réconfort que je suis incapable de lui donner, elle voudrait partager sa douleur (mais j'ai la peine égoïste) et puis surtout elle continue à être en dehors des réalité.

Je la laissais faire, s'imaginer qu'elle était sa meilleure amie, s'imaginer qu'elle lui avait été d'une grande aide, s'imaginer qu'elle l'avait préservée et non qu'elle ne la supportait plus.

Jusqu'à ce que j'apprenne qu'elle racontait à tout le monde des choses que lui avait confié le mari et la maman de mon amie. Des choses intimes, sur leur deuil, les difficultés relationnelles avec la belle famille, sur leur doute face à cett disparition.

Là c'est moi qui est pêté un cable. Je sais que mon amie aurait été furieuse, elle si discrète dans sa maladie.

Explosion de messages, explosion de vérité en tout genre...

Et puis le calme, l'envie de comprendre l'autre, et l'hypocrisie....

 

Celle de faire comme si nous nous étions réconciliées. Comme si ce qu'elle m'avait dit et ce que je lui avais dit n'avait pas d'importance...

Cela me convient. J'aime ça, l'idée de faire semblant.

Voilà, la vie reprend ses droits: Tout va bien, je suis heureuse et j'ai des amies formidables

154885344.jpg

 

 

 

 

 

 

 

****

Il y a un an, j'étais au ski (et thanks god j'y pars à la fin de la semaine)

Il y a deux ans, au ski aussi

Il y a trois ans, ma madeleine de Proust s'était mon chewing gum

Il y a quatre ans, ski encore

Il y a cinq ans, je vous parlais de cette vidéo hallucinante de Berlusconi (un bon moment de rire)

Il y a six ans, je vous parlais de mes lectures inavouables

Il y a sept ans, je m'étais enguelée avec celle qui n'est plus là aujourd'hui et nous avions réglé nos soucis

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

  • Pour ma part, j'ai cessé depuis quelques mois de faire semblant. Le cancer a chez nous laissé une trace, que nous ne pouvons effacer et nous avons choisi d.effacer les toxiques. Et franchement elles ne me manquent pas avec leurs mensonges, leurs façons de nous nuire et de déblatérer. Il m'aura fallu beaucoup de temps pour en arriver là, mais aujourd'hui ça contribue à m.aider à rester debout.

  • Autant se débarrasser des gens toxiques.

Les commentaires sont fermés.