Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

C'est dur un petit garçon

Y'a quand même un truc qui me file des sueurs froides et des angoisses de temps en temps: mon fils.

Ayant deux filles ainées, assez gentilles quand je regarde autour de moi, même si je trouve que je crie un peu trop sur elles, mais bon en tout cas devant les autres, elles font illusion.

Lui c'est juste un désastre.

Il n'écoute rien, est insolent, exige (et souvent obtient auprès de ses soeurs), crie, pleure, et puis devient adorable, drôle, attachant.... Son père tout craché...

Je suis angoissée car je n'ai aucune prise sur lui.

Les punitions ne marchent pas, les tapes ou fessées non plus.

Il est capable de faire une crise dans la rue. A m'en faire pleurer.

Je ne compte plus les fois où il m'a donnée envie de meurtre, où je me suis affichée dans la rue à lui hurler dessus (avec des signes d'encouragement ou de désaprobation des passants....).

 

On me dit que c'est normal, que c'est un garçon et que les garçons sont plus durs. Que j'ai été mal habituée avec des filles particuilèrement gentlles.

Bon peut être, mais mon angoisse c'est juste qu'un jour je lâche prise parce que tous les jours c'est vraiment dur de tenir.

 

96821355.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

******

Il y a un an, rien

Il y a deux ans, mon père encore et toujours (à qui je n'ai pas parlé depuis septembre)

Il y a trois ans, rien

Il y a quatre ans, encore et toujours mon père (c'est Dallas chez moi)

Il y a cinq ans, je vous parlais des bons moments avec chéri

Il y a six ans, ma belle famille faisait chier

Il y a sept ans, rien

 

 

 

 

 

Commentaires

  • Alors non, je ne crois vraiment pas que ce soit le fait que ce soit un garçon qui change la donne. Je connais des garçons adorables et des filles qui sont de vraies terreurs. Je pense que c'est avant tout une question de caractère, de place dans la fratrie et de l'éducation reçue par les parents (et on a beau dire, on n'éduque jamais vraiment pareil nos enfants). On dit souvent que les petits derniers sont les plus durs et ça se révèle assez vrai je trouve.
    Il se peut aussi qu'il soit à un âge difficile et qu'en grandissant il se calme. C'est ce qui arrive souvent.
    Courage !

  • je pense comme tif, chez nous les deux garçons sont très calmes, plus cérébraux que physiques, tendres et calins, rien à voir avec les stéréotypes.
    Ma grande belette de 18 ans a toujours été une crème aussi, je n'ai même pas vu passer le terrible two (bon maintenant c'est adolescente parfois adolechiante mais c'est normal hein, il faut bien se faire un peu les dents ^^)
    Au Nid la terreur c'est (ou ce fut disons parce que ça s'est nettement amélioré) la petite dernière. Avec elle à 36 ans et déjà l'expérience de 3 enfants derrière moi, j'ai découvert un univers inconnu : celui des colères dans les magasins, dans la rue, à me demander si je devais la porter, la trainer ou attendre sur place qu'elle se calme, à sortir épuisée de ces luttes aussi éprouvantes qu'incompréhensibles.
    J'ai toujours dit que si j'avais eu Rosalie en premier, je n'aurais sans doute pas eu 4 enfants !
    J'ai eu des moments (brefs heureusement) de découragement, mais je me suis toujours dit que ça finirait bien par passer, qu'il ne fallait pas lacher, pas céder, pas se décourager, et en effet j'ai réussi à l'apprivoiser petit à petit, à la faire s'adoucir sans pour autant effacer son caractère bien trempé qui fait aussi son charme et sa personnalité.
    Et puis j'ai compris aussi que sa colère au fond, c'était surtout de l'angoisse, même si je n'en savais pas la cause elle était tout de même bien présente, et elle avait finalement plus besoin d'être rassurée que d'être recadrée (même si la fermeté reste indispensable pour ne pas se laisser dévorer)
    .
    Du haut de ses 5 ans elle a déjà fait un bon bout de chemin, je vous souhaite à ton bonhomme et à toi de trouver petit à petit vos propres clés

  • J'avais lu un article aussi dans un magasine qui décrivait exactement son comportement, et ça m'a beaucoup déculpabilisée de lire noir sur blanc que de nombreux enfants étaient dans le même cas, il faudrait que je regarde si je le retrouve pour te l'envoyer

  • tiens ... moi j'ai eu la terreur de L'Oreal en premier... c'est vrai que ça m'a fait reflechir à deux fois avant de continuer. Encore maintenant je marche sur des oeufs, je ne sais jamais trop comment la prendre, je me dis qu'elle ouvre la voie à la serpe pour les deux autres. J'ai tellement flippé avec elle que devant les colères de la dernière qui est en plein dedans, je me sens ultra zen, je n'arrive pas à expliquer pourquoi. En tout cas bon courage, tiens bon !

Les commentaires sont fermés.