Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Cuisiner

    Je me demande souvent pourquoi je me suis mise à cuisiner autant.

    J'imagine que c'est par conviction. L'envie de manger sain, sans additif, sans rajout, sans je ne sais quoi qui te bousille la santé. J'ai de plus en plus de mal à aller au restaurant à cause de cela et parfois aussi chez les autres.

    J'imagine aussi que c'est parce que je culpabilise de ne pas travailler et que je veux justifier mon temps libre et mon nouveau rôle de femme au foyer.

    J'imagine que c'est aussi parce que j'ai le temps.

    Parce que bon finalement cuisiner c'est à la portée de tous, mais si vous faîtes tout maison comme moi, et ben ça prend un certain temps...

    Parfois si l'on regarde le temps passé à cuisiner et le temps passé à manger, on se demande si cela vaut le coup.... Et je ne vous parle même pas de l'absence de remerciement...

    La semaine, les enfants sont à la cantine. Moi j'ai des déjeuners extérieurs ou je finis les restes. Le soir, je fais uniquement végétarien. Alors le week-end, j'aime bien préparer des petits plats, des petits desserts et des petits goûters.

    Ce week-end, j'ai eu l'impression de ne faire que ça. Et j'ai détesté avoir zéro reconnaissance. Juste super frustrée.

     

    Parfois, j'ai envie de faire la grève.

     

    Cette semaine on m'a proposée de tester un nouveau service de restauration. Différent de ce que je connaissais car ici on ne vous propose pas de vous livrer un repas terminé mais de vous livrer le nécessaire (ingrédients et recettes) pour apprendre à cuisiner comme un chef.

    Je ne suis clairement pas dans la cible car j'aime bien maîtriser les produits que j'achète mais je trouve que c'est une belle alternative à du tout fait.

    Un bon moyen aussi de faire des choses différentes (J'ai adoré par exemple faire les raviolis au potimarron).

    logo.png

     

    Cook angels a été créé par deux jeunes femmes et j'aime ça :-)

    Sur le site il est précisé que les ingrédients sont sélectionnés parmi les meilleurs fournisseurs et j'avoue ne pas avoir été déçu par la qualité (bon c'est pas du bio mais elles vont peut être y venir)

    La livraison de mes repas ont été faites par un coursier (service haut de gamme) et malheureusement pour l'instant uniquement à Paris et région parisienne)

     

    J'aime beaucoup l'esprit et le design du site.

    cookangels.com

     

    Allez jetez un coup d'oeil, qui sait pour celles qui ne cuisinent pas vraiment, cela va vous ouvrir des horizons :-)

     

     

    ******

    Il y a un an, je n'étais qu'une façade bien décorée

    Il y a deux ans, rien

    Il y a trois ans, rien

    Il y a quatre ans, j'avais la haine

    Il y a cinq ans, c'était Pâques et y'avait aussi de la neige (comme quoi on oublie)

    Il y a six ans, je parlais aspirateur  (et depuis j'ai acheté un Dyson)

    Il y a sept ans, rien

     

     

     

     

  • C'est dur un petit garçon

    Y'a quand même un truc qui me file des sueurs froides et des angoisses de temps en temps: mon fils.

    Ayant deux filles ainées, assez gentilles quand je regarde autour de moi, même si je trouve que je crie un peu trop sur elles, mais bon en tout cas devant les autres, elles font illusion.

    Lui c'est juste un désastre.

    Il n'écoute rien, est insolent, exige (et souvent obtient auprès de ses soeurs), crie, pleure, et puis devient adorable, drôle, attachant.... Son père tout craché...

    Je suis angoissée car je n'ai aucune prise sur lui.

    Les punitions ne marchent pas, les tapes ou fessées non plus.

    Il est capable de faire une crise dans la rue. A m'en faire pleurer.

    Je ne compte plus les fois où il m'a donnée envie de meurtre, où je me suis affichée dans la rue à lui hurler dessus (avec des signes d'encouragement ou de désaprobation des passants....).

     

    On me dit que c'est normal, que c'est un garçon et que les garçons sont plus durs. Que j'ai été mal habituée avec des filles particuilèrement gentlles.

    Bon peut être, mais mon angoisse c'est juste qu'un jour je lâche prise parce que tous les jours c'est vraiment dur de tenir.

     

    96821355.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    ******

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, mon père encore et toujours (à qui je n'ai pas parlé depuis septembre)

    Il y a trois ans, rien

    Il y a quatre ans, encore et toujours mon père (c'est Dallas chez moi)

    Il y a cinq ans, je vous parlais des bons moments avec chéri

    Il y a six ans, ma belle famille faisait chier

    Il y a sept ans, rien

     

     

     

     

     

  • Vacances

    Nous avions besoin de ces vacances après ce début d'année tumultueux.

    Bon la veille j'ai quand même été à l'enterrement du père d'une amie (67 ans), histoire de me rappeler que non non c'est pas fini...

    Semaine de ski paisible.

    Ski le matin avec chéri. Avec les filles l'après midi ou chill out avec mon ange à l'appartement.

    Je ne pense pas à grand chose.

    Je me déconnecte. Je fais de belles photos histoire de montrer sur facebook que tout va bien. Que ma vie est merveilleuse et qu'elle continue.

    Mais c'est vrai au fond. Ce que je vis, n'est que la vie. Les malheurs que d'autres subissent aussi. Moi j'ai cette chance de n'avoir que la tristesse d'une perte.

    (alors arrête de tourner en boucle là dessus et move on)

     

    La deuxième semaine pleine de neige aussi et heureusement un départ possible de Paris après 3 jours enfermés avec des enfants surexcités et moi qui ne les supporte pas.

    la campagne est un havre de paix. Un endroit où les enfants jouent et où moi je lis. Ils peuvent crier, se disputer, chanter, sauter... Ce n'est pas Paris, là bas tout est permis.

     

    Mi mars, on s'approche du printemps.

    (Vais je passer à autre chose et m'occuper mieux de mes proches?)

    NA008055.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a un an, cette peur insurmontable

    Il y a deux ans, c'était vide dans ma vie

    Il y a trois ans, le monde tourne mal

    Il y a quatre ans, mon ange est échographie

    Il y a cinq ans, ma fleur se réveillait tôt

    Il y a six ans, j'étais (et je suis toujours) un despote

    Il y a sept ans, j'étais au ski