Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vacances j'ai tout oublié (ou presque)

Je crois que cela a été le leitmotiv de ces vacances.

Envie de tourner une page sur cette année difficile.

 

Le temps a quand même beaucoup aidé. Lorsqu'il fait beau et chaud tout le temps, lorsque les enfants jouent en permanence dehors ou dans la piscine, lorsque tu peux lire non stop, lorsque tes week-ends coulent avec des amis de passage.... Forcément cela change tout.

J'ai effectivement beaucoup lu.

J'ai nagé tous les jours (enchaîner les longueurs ça vide la tête) (mais ça m'a pas fait maigrir).

J'ai absolument pas cuisiné (moi qui l'été dernier avais préparé un milliard de confitures, conserves de légumes ou de fruits).

 

1 mois et demi dans ma campagne avec les enfants à me ressourcer.

Et ces quinze jours dans le sud ouest que j'appréhendais tant.

La première semaine a été géniale malgré un beau père pas toujours sympathique. Mais je vieillis et ne relève plus ses attaques. Et puis nous allions à la plage, sortions avec des amis qui étaient aussi sur place, et puis j'avais un mari solidaire.

La deuxième semaine fût plus difficile, avec l'arrivée des cousins. Je mentirais si je vous disais pas que les enfants ont adoré. Mais nous, nous avons comme prévu détesté!

Une belle mère fatiguée face à des cousins odieux avec elle, un beau père qui gueule tout le temps après les enfants, des enfants surexcités et se disputant quand même beaucoup...

Du coup nous sommes sortis tous les soirs avec nos enfants pour avoir des bulles de tranquillité.

(si ma belle soeur, qui je le rappelle n'était pas là, n'a pas compris le message)

A une semaine de la rentrée, nous avons épuisé nos enfants à les coucher tard tous les soirs, mais nous avons passé de très belles soirées.

 

Et maintenant nous sommes repartis pour une nouvelle année.

J'espère que cet été m'a donnée suffisamment de force!

 

Et vous, bel été aussi?

146371531.jpg

 

 

 

 

 

****

Il y a un an, j'espérais qu'elle guérirait

Il y a deux ans, la rentrée était dure

Il y a trois ans, c'était encore et toujours la rentrée

Il y a quatre ans, je vous parlais des premiers jours du reste de ma vie

Il y a cinq ans, la première rentrée de ma grande

Il y a six ans, on me regardait comme une bête curieuse

 

 

 

 

 

Commentaires

  • Je n'arrive sincèrement pas à comprendre comment tu peux t'infliger ça, la famille qui te pourrit la vie. Mes neveux sont mal éduqués par leur beauf de père et ma soeur qui laisse couler, mais je vais très bien depuis qu'on ne les voit plus que quelques heures tous les 3-4 mois. Plus question de partir en vacances avec eux. Aucun lieu de vacances, aussi idyllique soit-il, ne justifie de se pourrir la vie ainsi. On est des adultes, on n'a plus à subir une famille si elle est néfaste. Idem pour le couple, d'ailleurs. Tout ce qui nuit et qu'on peut éviter est à fuir. Il y a assez à faire avec ce qu'on n'a pas le droit d'éviter...

  • la famille, Stéphanie, la famille... Cela ne s'explique pas. :-)

  • Je ne suis évidemment pas d'accord, mais c'est ta vie, après tout...

Les commentaires sont fermés.