Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Vacances au ski

    Je reviens de une semaine dans les Alpes où j'ai la chance comme tous les ans de partir skier.

    Je crois que c'est la première année depuis très longtemps où j'ai vraiment adoré.

    Malgré un temps mitigé, j'ai réussi à profiter pleinement de ce séjour. D'abord parce que les filles skient de mieux en mieux, et que le dernier nous a suivi sur les pistes pour la première fois.

    Et puis chéri a compris que les enfants devaient se coucher tôt et n'essayait pas de prolonger leurs soirées.

    Nous étions couchés tôt avec l'ipad et les écouteurs à regarder The walking dead serrés dans le lit.

    Pour moi, juste la définition du bonheur.

     

    Bon le retour est moins idyllique évidemment.

    Bloqués à Paris (mes beaux-parents sont à la campagne avec les enfants de ma belle soeur) (et donc aucune envie d'y aller)

    Moi de mauvais poil, chéri aussi et forcément des étincelles...

    Réconciliation ce matin dans le lit...

     

    Le quotidien quoi...

     

    112069373.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a un an, je faisais semblant

    Il y a deux ans, je parlais de Paris

    Il y a trois ans, rien

    Il y a quatre ans, je parlais de chewing gum

    Il y a cinq ans, j'étais au ski

    Il y a six ans, je vous montrais un peu de moi

    Il y a sept ans, je vous parlais de mes lectures inavouables

    Il y a huit ans, ma belle mère s'incrustait

     

     

     

     

     

  • Les blogueuses...

    En regardant une photo sur l'Instagram de Mry, je me suis rappelée qu'il avait une fois parlé de moi sur son blog.

    Je suis allée chercher comme une malade sur son site et j'ai retrouvé ça:

     

    Image 3 Les blogs de mères actives renseignent souvent davantage sur la condition féminine. Femme, Mère, Amante (...de son mari ou techniquement comparable) sont des "fonctions" qui relèvent parfois de la schizophrénie pour une femme à notre époque. Cette blogueuse relève très bien le gants. Et en plus elle le raconte... avec nuance...

     

    J'avais été hyper contente d'être remarquée.

    Je crois que c'est vers la même période ELLE.fr m'avait listée parmi les blogs préférés de la rédaction.

     

    Je ne suis jamais pour autant devenue une blogueuse influente. D'abord parce que l'anonymat s'y prête mal.

    J'ai très rarement accepté des opérations de communication. Je n'ai absolument rien contre mais je ne sais pas écrire là dessus (les quelques billets que j'ai fait sont vraiment super mal écrits) et puis je ne suis pas utilisable puisque je ne veux pas montrer des photos de moi ou de mes enfants.

    Ensuite parce qu'on est quand même loin de ma ligne éditoriale.

    Ici on pleure, on est de mauvaise foi, on se plaint, on regarde son nombril, on a peu de commentaires et pas toujours bienveillants.

     

    Alors je ne réponds pas ou peu aux propositions que je reçois et je les admire chez les autres.

     

    La semaine dernière je suis allée voir Le Soldat Rose 2 au Trianon. Il y avait quelques blogueuses apparemment. Pas invitées. Qui ont du payer leurs places, faire la queue et ne pas forcément avoir des places idéales.

    Qui du coup font un billet sur l'organisation de merde (le seul point sur lequel je suis d'accord avec elle) (des places numérotés ça règle le problème de queue avec des enfants), sur un spectacle pas au point (quelques bafouillages admirablement rattrapés) (c'était la première représentation d'un spectacle) et sur le fait qu'elle était mal placée....

    Voilà, Madame n'est pas contente d'avoir payé 120 euros, d'avoir fait la queue et d'avoir été mal placée (pour ça il fallait faire la queue très tôt, ou avoir comme moi une super copine) et le dit sur son blog en enfant gâté.

    J'aime pas.

    On peut être influente et intelligente non?

     

    450903453.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a un an, j'étais fatiguée

    Il y a deux ans, je parlais du made in France

    Il y a trois ans, week-end de bêtes

    Il y a quatre ans, rien

    Il y a cinq ans, rien

    Il y a six ans, rien

    Il y a sept ans, je parlais boulot

    Il y a huit ans, rien

     

     

     

     

  • De mon couple

    Je pense toujours que les autres ont l'air plus beaux, plus amoureux, plus complices, plus tout que nous..

    Je regarde toujours avec envie et admiration ces couples qui ne se disputent jamais, qui s'embrassent, se touchent...

    Je pense toujours qu'il n'est pas si amoureux et si fier de moi que cela...

     

    Mon amie disparue, qui connaissait très bien chéri, me disait toujours qu'il était fou de moi et extrêmement fier. Elle me remontait toujours le moral lorsque nous nous disputions.

     

    Samedi soir j'ai dîné avec sa soeur. Nous nous connaissions finalement assez peu mais la maladie et le deuil nous ont énormément rapprochées. J'admirais une fois de plus sa complicité avec son mari lorsqu'elle m'a dit exactement ce que sa soeur me disait: que nous avions l'air d'un couple amoureux, complices, attachés l'un à l'autre et que lorsqu'il parlait de moi il était super fier....

     

    (me nourrir de ça et arrêter de voir que les choses négatives)

     

    Et pourtant il y a souvent ma petite fille qui lorsqu'elle nous voit nous disputer (ou même discuter politique ou autre de façon agitée)(nous avons beaucoup d'idées diamétralement opposées et nous adorons en discuter), nous demande si nous allons divorcer.

    Cela la hante tellement que dans le Q&A que nous faisons tous les soirs (je vous le conseille c'est hyper intéressant de faire cela avec ses enfants), à la question "de quoi avez vous peur?", elle a répondu "que mes parents divorcent" :-(

     

    (finalement le regard des autres m'importent peu, seul celui de mes enfants est indispensable)

     

    Bref y'a encore du boulot....

    174604073.jpg

     

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a an, rien

    Il y a deux ans, le quotidien avec chéri était inexistant (ça n'a pas changé)

    Il y a trois ans, rien

    Il y a quatre ans, rien

    Il y a cinq ans, c'était la tempête

    Il y a six ans, je positivais

    Il y a sept ans, j'étais de mauvais poil

    Il y a huit ans, rien

     

     

     

     

  • Ce week-end

    Nous étions à la campagne et c'était le bonheur.

    Il a fait beau finalement (après que nous soyons arrivés sous le déluge) et nous étions seuls.

    Le bonheur...

    J'aime vivre à Paris mais vraiment cette campagne le week-end, c'est juste le paradis.

     

    Cela m'a permis de reprendre des forces.

    Et ce n'était pas de trop vu cette semaine.

    Une grosseur énorme sur la hanche de ma fille qui me stresse (échographie ce matin, je n'ai pas dormi de la nuit) (je croise les doigts pour que cela soit juste un hématome)

    Un mari qui rentre tard et que je ne vois jamais.

    Un petit garçon qui tousse et a de la fièvre (rien de grave, contrariant c'est tout)

     

    Oui la campagne est salutaire pour moi.

    Et puis le bonheur c'est aussi que depuis cette dispute, nous ne les voyons plus et c'est aussi du bonheur. Je ne sais pas si ils n'y vont plus  ou si ils ne viennent pas quand nous sommes là, mais moi ça me va...

    143070226.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a un an, je parlais de la chandeleur (et cette année je n'ai pas fait sauter les crêpes)

    Il y a deux ans, rien

    Il y a trois ans, je me disputais avec mon amie disparue

    Il y a quatre ans, je parlais de chéri

    Il y a cinq ans, je parlais de tout et de rien

    Il y six ans, rien

    Il y a sept ans, je changeais de nounou

    Il y a huit ans, rien