Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Croire aux contes de fées

On dit tout le temps aux enfants (et particulièrement aux filles) qu'il ne faut pas croire aux contes de fées.

Je ne sais pas vraiment si il faut leur dire.

Ce que je sais moi c'est que croire aux contes de fées a sauvé ma vie.

 

Comment aurais-je pu faire des enfants (même si certes je suis méga méfiante, mais de moins en moins maintenant qu'ils deviennent grands)? Comment aurais-je pu coucher avec des hommes et leur faire confiance?

 

Et puis surtout cela me montrait que la vie, les relations humaines et familiales pouvaient être difficiles mais qu'il y avait une solution.

Il fallait juste croire en soi. Ou en sa bonne étoile. Ou être entourée d'amis.

 

J'ai toujours cru en moi. J'ai toujours su que je m'en sortirai. J'ai eu et j'ai encore des moments durs, des moments de doute, des moments de peur, des moments de désespoir. Mais j'ai toujours su que je m'en sortirai et je m'en suis toujours sortie.

(aujourd'hui par exemple en ne travaillant pas, je prends un risque sur l'avenir, mais je sais que si une merde arrivait, je m'en sortirais par ma volonté et ma force de travail)

 

Alors oui mes filles et mon petit garçon peuvent continuer à rêver devant les contes de fées.

Ils nous apprennent plein de choses: que la vie est dure, que les méchants sont vraiment méchants mais aussi que l'on s'en sort si l'on est juste et aidé d'amis. Pas la famille au final, les amis.

147381487.jpg

 

 

 

 

 

****

Il y a un an, je rentrais de vacances et il avait énormément neigé :-)

Il y a deux ans, vigilance bien sûr

Il y a trois ans, je me sentais vide

Il y a quatre ans, je parlais écologie et monde qui tourne mal

Il y a cinq ans, j'étais odieuse avec chéri

Il y a six ans, ma fleur se réveillait trop tôt

Il y a sept ans, rien

Il y a huit ans, chéri hypocondriaque...

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

  • J'avais lu que les contes de fées participent à l'imaginaire de l'enfant (comme croire au père Noël, à la petite souris etc.) et qu'ils ont besoin d'innocence pour se construire. Et ça aide effectivement à croire en sa bonne étoile (même si on finit pas mariée au prince charmant).
    Par contre je suis pas d'accord avec toi, la famille peut aider aussi. Chaque cas est différent (certains ont un tissu familial plus soudé que l'amical etc.).

  • C'est fou quand tu t'intéresses aux interprétations des contes de Perrault ou Grimm comme on est loin de la première lecture d'ailleurs. Mais oui cela permet de rêver et ça c'est important!

    Pour la famille, c'est évidemment vrai, c'est juste mon vécu qui est différent.

  • Effectivement les contes ont plusieurs niveaux de lecture, heureusement qu'on ignore ça quand on est enfant sinon y aurait de quoi être traumatisé !

Les commentaires sont fermés.