Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ce discours que je ne prononcerai jamais

Ma belle soeur, qui fait toujours comme si de rien n'était, continue d'inviter mes enfants aux anniversaires des siens.

Déjà ça me saoule parce que le mercredi c'est mercredi taxi et quand plus nous n'habitons pas le même quartier et que donc cela complique toujours les choses.

Ensuite ça me saoule parce que moins je les vois mieux je me porte.

Et enfin ça me saoule parce que même si je sais que c'est pas bien, moins mes enfants voient leurs cousins, mieux je me sens.

 

J'avais d'abord dit non, prétextant une organisation difficile et puis au regard de son insistance, j'ai fini par céder.

Je n'arrive même plus à faire semblant. Je suis froide alors que j'essaie de ne pas l'être. J'ai déposé vite fait et j'ai récupéré vite fait aussi (en remerciant mille fois, en renvoyant un texto pour remercier encore).

Quand j'ai entendu la voix de son mari le soir, j'avais envie de partir en courant. C'est devenu physique je ne le supporte plus. J'ai dit bonjour, pas fait de bises, récupérée mes enfants et partie comme une voleuse.

Le problème c'est que je culpabilise tellement de mes réactions que j'en ai rêvé toute la nuit.

Un rêve où j'expliquais à ma belle mère que après avoir supporté pendant des années les allusions de mon beau frère à mes origines modestes, mon mariage qui m'a fait grimpée l'échelle sociale, le fait de ne plus travailler maintenant, et j'en passe et des meilleurs, son dernier éclat à mon égard avait été le coup de trop.

Tous les arguments étaient là, clairs et concis...

Sauf que dans ma vraie vie, ils font comme si de rien n'était... Alors j'ai beau m'entraîner dans mes rêves cauchemars, jamais je n'aurais l'occasion de leur dire...

 

Pfffff....

461555361.jpg

 

 

 

 

 

 

****

Il y a un an, rien

Il y a deux ans, rien

Il y a trois ans, rien

Il y a quatre ans, week-end de merde à cause en autre de mon beau frère (et note bourrée de fautes d'orthographe)

Il y a cinq ans, rien

Il y a six ans, je parlais de mes victoires déco sur chéri

Il y a sept ans, je partais aux Maldives

Il y a huit ans, c'était compliqué au bureau

 

 

Commentaires

  • Tu peux toujours leur écrire... c'est ce qu'à fait mon Chéri, pour enfin s'expliquer avec son gros con de frère (bon, deux fois déjà et à chaque fois, zéro réaction, mais bon, sans cerveau, c'est dur de réfléchir...).
    Lui au moins maintenant est "clair dans sa tête", tout le reste de la famille est au courant (semblerait que la belle-soeur caresse l'idée de suivre le même chemin), qu'ils soient d'accord ou pas, on s'en bran*e.
    Et pourquoi te forcer à les fréquenter, même par enfants interposés?? Si encore les cousins s'entendaient comme larrons en foire, ok mais ça me semble pas vraiment être le cas?? Ton mari y tient ou il s'en fiche??

  • Je pense aussi qu'écrire serait une bonne solution (les paroles s'envolent, les écrits ...).
    Tu peux adresser la lettre à ta belle sœur et la faire relire par ton mari, ça permettra à tout le monde d'être au courant.
    L'avantage aussi est de pouvoir peser ses mots et pouvoir s'exprimer librement sans être interrompue (ou sans partir dans une escalade d'insultes).

  • En fait je n'aime pas l'écrit pour ce genre de problème. On a tendance à ne pas mettre un filtre, et la confrontation reste pour moi la meilleure façon de régler un souci quel qu'il soit.
    Le problème c'est que eux ne veulent pas cette confrontation donc on restera comme cela jusqu'à ce que moi je m'apaise :-)

  • Oui c'est sûr, ça ne permet pas plus le dialogue! Mais dans le cas de mon Chéri, il FALLAIT qu'il mette des mots (parlés aurait été l'idéal, à défaut il les a écrit) sur son malaise pour ENFIN passer à autre chose.
    Que l'autre en face ait entendu/capté/compris, il s'enfiche au fond; pour son équilibre personnel, il était impératif qu'il passe par cette étape...
    Vider ton sac par écrit (autrement qu'ici), même sans envoyer la lettre, permettrait peut-être justement de t'apaiser un peu?

  • ça y est envolée ta résolution de janvier ? ;-)

  • Carrément!!!! :-))))

Les commentaires sont fermés.