Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Etre une vraie copine

    (Je ne vous parlerai pas de ce week-end incroyable qui avait un avant goût d'été. On a passé notre journée dehors, dans la piscine. J'ai recommencé mes longueurs matinales et ça m'a fait un bien fou)

     

    J'ai eu amie, rencontrée lors de mes études après bac. Elle a été pendant toutes ces années un pilier. Celle que l'on peut citer comme l'une de mes meilleures amies.

    Nous avons été en froid pendant quelques années. Une histoire d'ex, d'amie qui sort avec l'ex et moi qui continuait à voir cette amie.

    Elle avait tout de même été une de mes témoins mais je ne lui ai jamais demandé d'être la marraine d'un de mes enfants.

    Il y a deux ans, elle a eu un très gros coup dur sentimental et je me suis dit qu'il fallait que je lui parle. On s'est vu, on a parlé, beaucoup et nous sommes reparties sur de bonnes bases.

    Une amitié et une complicité complètement retrouvées. Il y a 9 mois elle a appris qu'elle avait un cancer du sein. Nous venions de perdre une amie et cette nouvelle a été un vrai choc. Mais elle va s'en sortir. Chimio, opération et rayons mais elle va s'en sortir. C'est dur, c'est fatiguant, mais elle va s'en sortir.

    Je suis là. Mais pas trop. Je n'insiste pas vraiment pour l'accompagner à l'hôpital. Mais on s'écrit et on se parle beaucoup (enfin, je lui écris et elle me réponds).

    L'autre jour on s'est vu. Je portais une blouse (que j'adore d'ailleurs) et là elle me sort qu'il faut qu'elle m'emmène faire du shopping car vraiment cette blouse ça va pas du tout.

    Tout ça devant d'autres personnes.

     

    Et là ça m'est revenue. Ses réflexions sur mon mec de l'époque qu'elle trouvait moche, le suivant qui n'était pas à son goût, mes habits, mes cheveux, et je ne sais quoi encore. Quand j'ai rencontré chéri je sortais d'une histoire qui m'avait épuisée et j'avais perdu beaucoup de mon éclat et de ma confiance.

    Je me suis mariée, j'ai fait des enfants.

    Elle ne s'est jamais mariée, n'a pas d'enfants, son ex l'a trompée puis a eu un enfant et elle l'a aidée à élever cet enfant (avant que finalement ils ne se séparent).

    Et pourtant quand elle me dit que ma blouse ne me va pas je me sens comme une merde...

     

    Hier alors que ma plus vieille amie me demandait si j'allais venir la voir quelques jours cet été et que je lui répondais que je n'en étais pas sûre, je me suis sentie une mauvaise copine.

    Finalement on est toujours la mauvaise copine de quelqu'un. Et moi je ne change pas, quoi qu'il se passe, je suis une merde ou je culpabilise.

    163340177.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, rien

    Il y a trois ans, rien

    Il y a quatre ans, rien

    Il y a cinq ans, j'étais horrifiée

    Il y a six ans, je me demandais si vous vous aviez un mari parfait

    Il y a sept ans, rien

     

  • Rien à déclarer (ou presque)

    Depuis le retour des vacances je suis morose.

    D'abord le joli mois de mai n'est pas vraiment là et je suis comme les vieux, le temps influence ma façon de voir.

    Ensuite je n'ai d'énergie pour rien et cela m'énerve au plus haut point. J'ai envie de faire du sport mais je ne m'y mets jamais. C'est si compliqué de bouger ses fesses???

    Et puis moi qui me disait que nous passions chéri et moi pas trop mal nos crises de la quarantaine, j'ai l'impression que en fait pas du tout. Cela doit faire au moins 15 jours que nous n'avons pas fait de sexe (et ça me fait chier). D'abord parce que nous nous croisons en ce moment. Il rentre tard, je me couche tôt. Je ne fais pas vraiment d'effort pour l'attendre, il ne fait pas vraiment d'effort pour rentrer tôt.

    Je rêvasse de notre dernier week-end sans enfant en Normandie. C'était bien et là c'est dur.

     

    Alors je me bouge les fesses ou bien?

     

    173128666.jpg

     

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, je me demandais si j'étais une bonne personne

    Il y a deux ans, je n'étais pas très bien

    Il y a trois ans, le monde tournait mal

    Il y a quatre ans, petite forme aussi

    Il y a cinq ans, j'allais bien

    Il y a six ans, je m'inquiétais pour ma puce

    Il y a sept ans, j'étais morose

    Il y a huit ans, j'avais passé un bon week-end