Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les week-end passent et ne se ressemblent pas

    Après le week-end cauchemardesque mais ensoleillé de la semaine dernière, nous avons eu un week-end pluvieux mais calme.

    Pourtant c'était pas gagné. Week-end chargé avec le spectacle de fin d'année, la fête de l'école et un dîner chez des amis.
    Il avait tenté de s'excuser mardi matin, et comme je n'étais pas prête à entendre cela, je lui ai répondu que la colère passerait ( elle passe toujours) mais la tristesse et la déception non.

    La colère est passée une semaine après. La tristesse est toujours là. La déception c'est de toute façon que je sais qu'il ne changera pas. Il ne sait pas faire semblant. Si il est de mauvais poil ou si ça le saoule il le montre.

    Malgré tout ce moment pluvieux m'a fait du bien. Du repos dans cette semaine tendue où mes nerfs étaient à vif.
    Le voir s'éclater en tenant un stand à la fête de l'école, ce dîner très sympa où il est adorable et ce dimanche tranquille et zen avec lui, m'ont fait du bien.

    Me disent que c'est dur mais dans ces moments là ça vaut le coup.

  • On a vu Dragons 2

    Parmi les opérations de communication auxquelles je suis invitée, les seules que j'accepte sont les séances cinéma pour les enfants.

    Comme elles ont lieu généralement le mercredi, et que ici c'est mercredi taxi à cause des activités extra-scolaires, généralement nous y allons que deux fois par an: à la rentrée et à la fin de l'année scolaire.

     

    Hier nous sommes allés voir Dragons 2 (qui sort le 2 juillet) en 3D (franchement pas indispensable à mon avis).

    Ici on avait adoré le premier (et on le regarde régulièrement en DVD) et on a pas été déçu par la suite des aventures d'Harold.

    Il a grandit, il commence à avoir de la barbe, il est toujours amoureux de la petite blonde toute douce (ah ah), et il a toujours son copain dragon Croque-Mou!

    Je suis une éternelle optimiste (oui ça se voit pas forcément sur ce blog) et je suis super naïve (ça oui ça se voit) alors moi les films qui parlent d'humanité, d'amitié, de paix entre les hommes et de vivre ensemble malgré nos différences, ben ça me plait....

    Les enfants ont retenu les dragons, l'envie de voler, le bisous d'Harold à sa chéri et les retrouvailles avec... (chuuuut je dis rien mais c'est joli)

     

    Bref y'a de grande chance que l'on achète le DVD à sa sortie (et oui je télécharge pas illégalement, j'ai du mal à voler) (même si sur un dragon ça donne grave envie!!!)

     

     

    image009.jpg

  • Être trop aimée me fait peur

    La situation de ce week-end me fait réfléchir évidemment.... Sur mes choix de vie...
    Je ne remet rien en question, j'ai toujours su qu'il était comme cela, je ne me découvre pas, je me demande juste ce qui m'a amenée vers lui.

    Le seul mec qui était doux et attentionné, je l'ai quitté. Les autres avant chéri étaient comme lui. Des histoires compliquées où se mêlaient amour fou et tension de malade.

    Si je fais de la psychologie à deux balles, je dirais que de toute façon j'ai jamais aimé que l'on s'occupe trop de moi.
    Petite on ne prenait pas soin de moi. 2ème d'une fratrie de quatre. Seule fille parmi 3 garçons que ma mère adoraient. Je n'ai pas eu l'impression de manquer d'amour vu que je ne savais pas ce que c'était. Je l'ai compris plus tard c'est tout.

    Avec mes enfants je suis débordante d'amour je crois.
    Avec chéri, je suis pas démonstrative mais je m'occupe de lui.

    Du coup j'imagine que c'est pas anodin de quitter les hommes qui prennent soin de moi et de rester avec ceux qui eux ont besoin que je prenne soin d'eux. Ça je sais faire.

    Être trop aimée me fait peur, j'ai toujours l'impression de ne pas le mériter.

    Comme quand on me dit que je ne mérite pas ça. C'est faux, qui fait son lit, dors. Je l'ai choisi. Comme je choisis aujourd'hui de ne pas partir.


  • Voilà....

    Je le savais que ce week-end serait difficile.
    Je l'apprehendais, malgré ma joie de voir ma grande reine d'un jour, cette réunion familiale.

    Je n'ai pas été déçue. Chéri a été au delà de mes espérances. Odieux, agressif, et dénigrant avec moi. Pas particulièrement sympathique avec ma plus vieille amie, son mari et ses enfants venus spécialement de province pour le week-end et que nous n'avions pas vu depuis deux ans.

    J'en aurais pleuré, mais bien sur j'ai serré les dents pour faire bonne figure.

    Bonne figure vendredi après un dîner cauchemardesque où il a sorti tous les sujets de polémique pour me faire réagir et m'agresser quand je le faisais.

    Bonne figure samedi soir quand je recevais malgré une explication la veille qui n'a servi à rien et qui ne m'a servie qu'à être au bord des larmes toute la journée.

    Bonne figure dimanche midi quand nous pique-niquions tranquillement dehors et qu'il trouvait encore à râler.

    ( puis craquer parce que je sais que mon amie n'est pas aveugle et lui envoyer ce texto m'excusant de l'ambiance bien pourrie de ce we que j'aurai voulu tellement plus détendu)

    Ce soir je suis furieuse, blessée et triste.
    Ce soir je sais que les explications ne servent à rien. Il ne va pas comprendre, va s'excuser et recommencer de toute façon.
    15 ans que cela dure. Il ne changera pas. Si je suis pas contente, j'ai qu'à partir après tout

    ( oui mais bon...)

    *******
    ( pas de rétrospective, je suis sur L'ipad, c'est trop compliqué)

    ( et demain je regretterai cette note qui me fait mal)

  • Mes fautes d'orthographe

    Si il y a bien quelque-chose sur lequel je complexe énormément ce sont mes fautes d'orthographe.

    Autant, ne pas être matheuse, ne pas connaître mes tables de multiplications (enfin si, je les ai réappris avec mes enfants) et ne rien comprendre à la géométrie ne me dérange pas,  autant ne pas savoir écrire correctement me terrorise....

     

    Je me rappelle d'un commentaire, laisser par un lecteur sur mes fautes. Je me rappelle que comme d'habitude, je me suis dit que j'étais vraiment une merde.

     

    Je lis beaucoup, j'écris aussi, je suis Bac +5, j'ai travaillé dans un univers où je relisais des documents qui partaient en impression et en grande diffusion. Et pourtant je continue à faire des fautes...

     

    Ou sinon petite forme toujours. Semaine et week-end morose avec chéri. Moi qui ne communique pas, lui qui s'énerve, nous qui ne nous comprenons pas... Dur dur ce mois de juin

    184915815.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, mon père encore et toujours

    Il y a trois ans, la routine

    Il y a quatre ans, j'étais de mauvais poil

    Il y a cinq ans, ça criait moins

    Il y a six ans, j'étais en colère contre celle qui n'est plus là

    Il y a sept ans, rien

    Il y a huit ans, nous étions pauvres

     

     

     

     

  • Petite forme

    J'ai cette boule à la gorge que je n'aime pas.

    Celle qui me dit que quelque chose ne va pas et que je n'arrive pas à définir.

     

    Est ce cette inondation chez moi, 2 soirs de suite à cause des orages, d'une colonne d'eau vieille qui fait remonter l'eau dans ma salle de bain? Le manque de réactivité du syndic et l'angoisse que les orages recommencent?

    Est ce les relations pas au top avec chéri, qui semble excéder et qui ne m'a pas touchée depuis au moins 15 jours?

    Est ce sa réflexion hier soir sur le fait qu'il avait été heureux de déjeuner avec sa soeur (l'air de dire on la voit plus à cause de toi)? Je lui ai quand même rappelé que le dernier week-end où nous l'avions vu, elle avait fait la gueule pendant 2 jours, que je suis toujours faux cul agréable et sympathique avec elle et son mari mais que oui je n'ai pas envie de passer tous mes week-ends avec eux. Pas sûr qu'il est compris...

    Est-ce toutes ces choses que je ne fais pas? (un régime, du sport, appeler plus souvent mes copines, voir mes copines, prendre du temps pour mon couple, prendre soin de moi)

     

    Bref cette boule est là et j'aimerai qu'elle s'en aille. L'été est là, je vais quitter Paris, TOUT DEVRAIT BIEN SE PASSER

    85570214.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, je n'étais pas invitée au mariage de mon père

    Il y a trois ans, rien

    Il y a quatre ans, rien

    Il y a cinq ans, je parlais d'un arc en ciel

    Il y a six ans, je parlais de ma fleur

    Il y a sept ans, rien

    Il y a huit ans, j'avais passé un bon week-end

     

     

  • Pas là

    Je ne rêve jamais d'elle.

    J'en suis attristée car ce serait une manière de la revoir.

    Et puis je m'inquiète aussi. Elle qui m'avait dit qu'elle viendrait me voir après, elle ne vient pas.

    Alors comme je ne suis pas une scorpion pour rien, je me demande ce que j'ai mal fait pour qu'elle m'en veuille.

     

    Trouve t-elle que je gère mal sa maman qui oscille entre dépression, colère et renoncement? Que je lui dis trop les vérités ou au contraire pas assez?

     

    Trouve t-elle que je n'appelle pas assez sa soeur? Elle qui le fait beaucoup plus souvent que moi et qui essaie de maintenir un lien de souvenirs.

     

    Trouve t-elle que je ne m'occupe pas de ses enfants? Tellement difficile de le faire sans s'immiscer dans la vie du papa.

     

    Trouve t-elle que je l'ai vite oublié en invitant celle qui a pris une petite place dans le coeur de son chéri chez moi?

     

    Je ne suis pas croyante, mais quand elle est morte, je l'ai cru elle quand elle me disait qu'il y avait un après et qu'elle serait présente. Seulement aujourd'hui c'est le vide. Je pense sans arrêt à elle mais elle est nulle part.

     

    170355919.jpg

     

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, j'avais l'impression de vite l'oublier

    Il y a deux ans, rien

    Il y a trois ans, rien

    Il y a quatre ans, rien

    Il y a cinq ans, nous nous installions dans notre nouvel appartement

    Il y a six ans, je vous parlais des reborn dolls

    Il y a sept ans, je lisais la bicyclette bleue

    Il y a huit ans, rien