Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Week-end campagnard

Après cette semaine de rentrée dure physiquement et psychologiquement, ce week-end fût un vrai bonheur.

Une campagne calme (que nous, que du bonheur), des odeurs et des couleurs d'automne qui apparaissent, mais un soleil et une température qui nous rappellent que nous sommes encore en été.

J'ai lu, j'ai un peu cuisiné, j'ai continué mon régime sans trop faire d'écarts.

Nous avons eu du sexe (deux fois cette semaine, il a des choses à se faire pardonner).

 

Rien d'extraordinaire, juste cette parenthèse qui nous fait la plupart du temps du bien en fin de semaine.

 

171851314.jpg

 

 

 

 

 

****

Il y a un an, rien

Il y a deux ans, rien

Il y a trois ans, rien

Il y a quatre ans, rien

Il y a cinq ans, naturellement

Il y a six ans, je courais après le temps

Il y a sept ans, rien

Il y a huit ans, quand j'étais petite

 

 

 

Commentaires

  • Je savais qu'elle allait venir, cette note où tu essaies de nous/te rassurer sur ta vie après le dernier déluge. Combien de temps vas-tu encore fermer les yeux ainsi et te plonger dans un déni qui te rend malheureuse, Mummy?...

  • Je sais ce qui me rend malheureuse. Je sais aussi ce qui me rend heureuse.
    Je ne suis pas du genre à m'accabler. J'avance.

    Et cette note n'était pas pour vous (me) rassurer. Ce we s'est bien passé et j'étais contente de l'écrire.

  • Mummy es-tu heureuse ? Ou bien es-tu installer dans une routine confortable ? Au bout de 15 ans, il est normal de se poser ce genre de questions..

  • Je suis heureuse et parfois malheureuse. Et oui on ne jette pas quinze ans de sa vie pour une déprime. On réfléchit.

    Mais d'ailleurs qui est vraiment heureux dans sa vie sentimentale?

  • "Mais d'ailleurs qui est vraiment heureux dans sa vie sentimentale?" : je me suis longtemps raccrochée à cette question avant de quitter mon ex. Puis un jour j'ai pris conscience que si, c'était possible. Et je suis partie. Mais je ne vivais sûrement pas les mêmes choses que toi. Quoique...

  • Je ne doute pas que ton histoire et ton bien être t'ai amenée à une séparation.
    Je mentirai si je disais que parfois j'y pense (généralement dans des moments de colère, très rarement lorsque je suis calme)

    Chaque histoire est différente. Je ne crois pas être arrivée au bout de la mienne.

  • Je pense qu'il faut garder à l'idée que Mummy raconte ici ses hauts et bas, surtout les bas, mais sans s'étendre sur les moments heureux en famille car on écrit plus facilement quand on est agacé.
    Arrêtons de voir la mort de son couple à chaque fois qu'il y a une remise en question, ou une dispute.

Les commentaires sont fermés.