Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Mes kilos de plume, mes kilos de plomb (2)

    Il y a un vrai plaisir à voir ces kilos disparaître sur la balance.

    Même si je me trouve pas tellement changée, même si je me dis que je suis encore grosse.

    Pourtant je rentre dans un jean acheté il y a deux ans et jamais mis car trop petit. Et je nage même dans un pantalon une taille en dessous de ma taille habituelle.

     

    J'ai retrouvé un carnet datant de 2000 où je notais mon poids. J'ai aujourd'hui le poids de ma rencontre avec chéri. J'ai perdu le ventre de mes 3 grossesses même si ma morphologie a changé.

    Faudrait que j'essaie ma robe de mariée.

    Mais j'ai été plus maigre.

    Quelques années avant de rencontrer chéri, j'avais 5 kgs de moins qu'aujourd'hui. Et j'ai envie d'essayer.

    Parce que je sais que la ménopause approche et que à ce moment là je ne pourrais plus maîtriser mon poids comme aujourd'hui.

    Alors je continue. Je continue à moins manger et j'oublie le fromage, trop de vin, trop de dessert.

    Je continue à calculer mes calories et je continue à me bouger.

    Je me vois toujours grosse mais j'avoue que je me sens mieux dans mon corps.

    C'est un bon début pour que j'aille aussi mieux dans ma tête.

    94486148.jpg

     

     

     

     

     

     

    ***

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, je n'étais pas si forte que je le pensais

    Il y a trois ans, j'étais odieuse avec chéri

    Il y a quatre ans, cela allait être un jour sans

    Il y a cinq ans, rien

    Il y a six ans, zéro motivation pour travailler

    Il y a sept ans, on partait à Tunis

    Il y a huit ans, je pensais que j'allais accoucher

    Il y a neuf ans, j'avais déjeuné avec mon père

     

     

  • J'espère que ces vacances seront reposantes

    Je m'en veux d'écrire cela alors que je ne travaille pas et que j'ai la chance de partir loin de Paris à chaque vacances scolaires (ou presque).

    Et pourtant depuis 15 jours je n'arrête pas.

    Je cours, je cours, je cours.

    Du coup je n'ai pas pris le temps de poster ici.

    Si je l'avais fait, vous auriez eu le droit à des moments de désespoir, et des moments de pur bonheur. J'oscille entre les deux.

    Ces moments où je le déteste, ces moments où je sais pourquoi il est là.

     

    Ce week-end, nous avions l'anniversaire d'une amie au bord de la mer, tout un week-end sans enfant. J'aurai du me réjouir de ce moment et pourtant je le redoutais. Cette amie que j'aime tant et avec qui il a été odieux les dernières fois où l'on s'est vu.

    J'avais tellement peur de cela que je lui ai dit dix fois qu'il n'était pas obligé de venir.

    Et pourtant cela c'est passé à merveille.... Comme d'habitude, sans les enfants, nous n'avons pas ou presque pas de sujet de discorde.

    Mon amie avait loué une maison incroyable, nous avons mangé et bu tout le week-end (bon ça ça craint, plus 1 kg au retour), et nous avons profité de la région.

    Cette sensation de légèreté quand nous sommes sans enfant...

     

    Et pourtant, je suis sur les rotules. Stress de ces devoirs de plus en plus importants. Stress de ma cadette qui n'est pas toujours d'accord pour travailler. Stress de ne pas réussir mon job de maman.

     

    Vacances de la Toussaint à la campagne. Feu de bois, fête d'Halloween, j'espère quelques amis présents. Normalement je devrais revenir en forme non?

     

     

    (ou sinon mon blog a fêté ses 9 ans, très discrètement, hier) (je suis une vieille blogueuse)

    453112163.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, je trouvais que les ex c'était sexy

    Il y a trois ans, je pensais que rien m'atteignait

    Il y a quatre ans, je parlais de mes sorties de blogueuses

    Il y a cinq ans, rien

    Il y a six ans, j'étais un cliché

    Il y a sept ans, rien

    Il y a huit ans, un an que j'écrivais ce blog

    Il y a neuf ans, j'écrivais a première note...