Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Novembre quoi...

    Cela fait un peu plus de 15 jours que je travaille à la maison.

    Je ne sais toujours pas si je dois me réjouir ou pleurer.

    Mon rythme a vraiment changé.

    Avant déjà je n'avais pas l'impression de glander (les courses, la cuisine, le ménage, les allers-retours, les déjeuners avec les copines) (ah ah ah) mais là c'est juste le speed en permanence.

    En gros tout ce que je faisais le matin pour pouvoir être tranquille l'après-midi, je n'ai plus le temps de le faire.

    Et je ne parle pas des mercredi où je dois gérer le boulot, les enfants, les devoirs, les activités et cie...

    Je fais ma malheureuse alors que certains doivent rêver de travailler en free-lance, mais je suis pas sûre que cela me convienne réellement.

    Et puis surtout j'ai retrouvé le stress du résultat, des trucs à faire, des timings serrés, des responsabilités...

     

    Je sais pas...

     

    Par contre, le regard des autres a changé. Comme si j'étais devenue plus intéressante d'un coup.

    Ce qui n'a pas changé (et j'avoue que cela m'a rassurée) c'est que les réflexes pro sont revenus très très vite. Je suis pas tant à la ramasse que ça.

     

    ....

    Le regard des autres a changé aussi sur mon corps.

    Quand la femme du concierge te dit en te croisant dans le couloir l'air inquiète que vous avez maigri, quand la cuisinière asiatique que vous prenez de temps en temps et qui ne vous avez pas vu depuis juin et alors que vous portez encore votre écharpe et votre énorme manteau vous regarde avec un grand sourire en vous disant que vous avez maigri, quand vous êtes obligée d'aller acheter des pantalons et que vous prenez du small et deux tailles en dessous de d'habitude, vous devez vous dire que vous avez maigri...

    (et chéri que me dit toujours rien)

    Et pourtant ce matin je me trouve énorme.

    Faut que j'arrête de faire une fixation là dessus. Comme si mes rides, mes 40 ans, et l'approche de la ménopause m'angoissent tellement que j'essaie de compenser comme cela.

    Ça au moins je le maîtrise.

     

    ....

    Et Noël dans tout ça?

    Démarrage assez difficile. Pour la première fois depuis que les enfants sont nés, je n'ai pas fait mon calendrier de l'Avent. Bon je n'ai pas été au point d'acheter un Kinder ou Playmobil, mais parti comme c'est parti je serai mûre pour l'année prochaine.

    Comme depuis quelques années maintenant nous ne serons pas là la semaine de Noël mais en voyage.

    Et pour la première fois j'ai cru que ma famille ne me le reprocherait pas lorsque ma mère nous annonçait que mon frère ne récupérant son fils que le 27, nous ferions Noël après.

    Et pourtant quand je l'ai eu pour lui dire que nous étions disponibles et heureux d'être là, j'ai quand même eu le droit à une salve de reproches... " Noël après Noël ce n'est plus Noël" (la date n'a pas d'importance maman, ce qui est bien c'est de passer du temps ensemble et puis je n'y peux rien puisqu'on peut pas le faire avant à cause de mon frère) "oui mais toi tu seras en voyage à t'amuser et moi je serai toute seule" (mais non les garçons seront là eux puisqu'ils sont parfaits et puis de toute façon on n'aurait pas fait ça le 24 puisque mon frère ne veut pas fêter Noël sans son fils) "et puis il va falloir m'aider car 15 personnes à nourrir c'est compliqué pour moi" (BEN ALORS LE FAIS PAS!!!!)

    (quoi qu'il arrive je suis la mauvaise fille) (et elle me fatigue)

     

    ....

    Ah novembre quoi....

    511552949.jpg

     

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, rien

    Il y a trois ans, rien

    Il y a quatre ans, rien

    Il y a cinq ans, rien

    Il y a six ans, rien

    Il y a sept ans, j'avais préparé mon calendrier de l'avent

    Il y a huit ans, j'attendais que ma fleur arrive

    Il y a neuf ans, rien

     

     

     

  • Je suis un dinosaure

    Cette semaine je me suis retrouvée à une réunion professionnelle (ce qui m'était pas arrivée depuis longtemps).

    Ce boulot m'est tombée un peu dessus.

    Un coup de fil cet été alors que j'étais au bord de la piscine et très très loin de penser à un avenir professionnel.

    Une personne avec qui j'avais travaillé dans une autre vie, ou du moins il y a très très longtemps, qui recrutait et qui avait pensé à moi.

    Mon premier réflexe a été de dire non. Je me voyais pas recommencé un plein temps en septembre.

    Mais je me disais quand même qu'elle avait pensé à moi et que bon c'était pas souvent le cas....

     

    Alors je l'ai revu et je lui ai proposé autre chose. De l'aider sur un domaine bien particulier et en free-lance.

    Je lui ai fait une propal détaillée en me disant que cela ne marcherait sûrement pas mais que au moins je n'aurais pas de regrets.

    Et puis ça a marché....

     

    Cette semaine j'étais à une réunion professionnelle et j'étais presque la plus vieille.

    J'avais ressorti mon cahier de boulot, mon agenda papier.

    Autour de moi ils avaient tous leurs portables (l'un d'eux m'a même dit: "tu n'as pas d'ordinateur???") (ben si chez moi... Je prends juste mes notes sur un cahier...)

    Au final autour de cette table mis à part la boss, j'étais la plus expérimentée, la plus active, celle qui réagissait le plus vite.

    Mais je ne prenais pas mes notes sur mon ordinateur.

     

    Bref j'étais un dinosaure

    (mais je redeviens une mummy un peu active)

    127521310.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    ***

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, rien

    Il y a trois ans, je voulais me souvenir des belles choses

    Il y a quatre ans, rien

    Il y a cinq ans, je n'avais le temps de rien

    Il y a six ans, je parlais de l'élection d'Obama

    Il y a sept ans, je parlais de Tunis

    Il y a huit ans, tout allait bien

    Il y a neuf ans, j'avais rien de spécial à dire