Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Enfant gâtée

Bien sûr que je suis chanceuse.

Je suis en bonne santé, j'ai des enfants, un bel appartement à Paris, la possibilité de partir le week-end et pendant les vacances dans des maisons familiales.

J'ai des amis sur qui je peux compter.

J'ai eu des boulots épanouissants et je peux depuis quelques années m'occuper de mes enfants.

J'ai la chance de partir en voyage à l'étranger au moins une fois par an et de le faire dans de très bonnes conditions.

Je sais qu'ici souvent j'énerve avec mes réactions d'enfant gâtée.

 

Et pourtant sans vouloir faire la malheureuse, gâtée je ne l'ai pas toujours été.

Seule fille avec 3 frères dans une famille absolument pas unie avec une mère qui n'était pas heureuse et un père absent qui préférait vivre ses rêves sans nous.

Seule fille mais absolument pas aimée comme telle par une mère qui n'a jamais voulu créer du lien avec moi (et qui me reproche aujourd'hui de ne pas être proche d'elle).

Seule fille chez ma grand-mère pour assouvir les besoins de tendresse de son mari.

Seule fille (ou presque) au collège dans ces classes de garçons qui ne m'ont pas vraiment aidé à développer une féminité déjà mise à mal.

Seule fille dans une famille où on ne parlait de rien et surtout pas de ce qui ne va pas, j'ai du me construire en regardant chez les autres pour voir que oui la vie familiale pouvait être un peu comme dans les films.

 

Alors je me suis forgée ce caractère que souvent on critique.

Egoïste, arriviste, déterminée.

Je voulais sortir de là et j'ai fait en sorte que cela soit comme je l'avais rêvé.

 

Aujourd'hui à 40 ans, je crois que j'ai vraiment passé un cap.

Je ne suis pas heureuse en permanence mais je ne l'ai jamais été de toute façon.

Tout n'est pas parfait mais c'est mieux que ce que j'ai vécu mes 20 premières années.

Je me suis assagie, arrondie et je suis moins en colère.

Parfois j'oublie aussi de me révolter, mais je me suis beaucoup révoltée et cela ne m'a pas aidée.

 

Hier on me disait que la quarantaine m'allait bien.

Aujourd'hui après avoir eu peur de les atteindre, je peux le dire: OUI elle me va bien et OUI je vais continuer à chercher ce bonheur.

(et continuer à jouer l'enfant gâtée)

482148099.jpg

Commentaires

  • Qui est heureux en permanence?
    Et comment on s'en rend compte si c'est un état permanent?
    Je crois qu'on sait mieux apprécier quand on a pas toujours tout eu.

  • Exactement, c'est pour ça que je sais que finalement je suis heureuse.

  • Tu vis avec plus de moyens que d'autres, et alors ? Tu n'as pas à te justifier, l'argent ou la situation ne font pas tout le bonheur.

    Sans avoir la même situation, je m'estime privilégiée, et je pense qu'on a le droit de pas être heureuse tout le temps, même avec tout ça

  • J'ai eu des réflexions par le passé, alors je préfère désamorcer :-)

  • C'est la première fois que je commente mais je voulais juste vous dire que je lis beaucoup de blogs mais j'apprécie particulièrement le votre car il est sincère, j'aime la façon dont vous décrivez ce que vous ressentez,sans tricher, la vraie vie ! le seul reproche : je voudrais plus de billet !!!! Bonne continuation à vous :-)

  • Merci Ariane, ce commentaire me va droit au coeur et me fait un plaisir fou.
    (et oui ici on commente peu)

  • On commente peu mais on prend plaisir à te lire.

Les commentaires sont fermés.