Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ses petits défauts qui deviennent (presque) trop gros

Lorsque nous partons sans les enfants nous revivons.

Vu que nos disputes sont soit à cause des enfants, soit à cause de la politique, on réduit déjà de presque moitié les raisons de se prendre la tête.

Depuis quelques années nous sommes partis plusieurs fois seuls. Nous avons fait du long (1 semaine), du moins long (2 jours), du loin ( Amérique), du moins loin (Normandie).

 

L'expérience aujourd'hui me fait dire que pour assurer un week-end sans dispute aucune, il faut partir 3 jours maximum. Après les enfants me manquent et je deviens nerveuse (voir désagréable) (si si je vous jure) (ah ah ah).

 

Notre dernier week-end, une fois le stress du départ passé (préparer TOUT pour mes beaux- parents) (pour qu'au final les enfants ne mangent pas un légume vert en 3 jours) (prendre l'avion et prier pour qu'il ne s'écrase pas), nous étions dans un cadre incroyable (ville superbe et romantique, temps froid mais ensoleillé, hôtel juste magnifique).

Les deux premiers jours ont été idylliques (sexe, alcool, bouffe, balade..).

Les deux derniers moins.

Se disputer en plein quartier juif parce que nous ne sommes pas d'accord sur l'implication de la France dans leur déportation pendant la guerre.

Se disputer parce que nous ne sommes pas d'accord sur le prochain truc à aller visiter.

Et ne plus supporter ses comportements d'enfant gâté (faire la tête parce que ce qu'on fait ne lui plait pas par exemple) qui lorsque je l'ai rencontré m'émouvaient au plus au point.

J'ai toujours été attiré par les gueules cassées.

Aujourd'hui avec 3 enfants qui me pompent une énergie de fou, je n'ai plus le courage de m'occuper de ses angoisses et ses blessures.

(j'ai les miennes déjà)

 

Et pourtant ces 4 jours (même trop longs) étaient indispensables et revigorants.

Même si je suis rentrée dans un appartement sale (mais rangé) (ma belle mère n'a jamais fait le ménage de sa vie, elle ne sait pas passer un coup de balai) (mais elle a fait l'effort de ne pas laisser le bordel), empestant le cigare que mon beau-père a fumé tout le week-end, et que j'ai passé 2 jours à laver et repasser pour rattraper le retard.

On se fait une montagne de tout (ici que mes beaux parents gardent mes enfants et dorment chez moi, dans MON lit) et puis en fait non, ça va, ce n'est si difficile que ça.

155080808.jpg

 

Commentaires

  • C'est en effet à lui, à son âge, de les gérer émotionnellement, ses angoisses et ses blessures...

Les commentaires sont fermés.