Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Oh oui fesse moi!

La France qui se fait taper sur les doigts parce qu'elle n'a pas encore légiféré sur la fessée.

Moi ce sont certains commentaires de bloggers ou IG qui m'ont bien fait rire (ambiance 50 shades of grey) (comme si tout à coup les français avaient changé leur façon de baiser) (moi pas en tout cas, et je dois être la seule nana qui n'ait pas été excitée par les scènes de cul du bouquin) (mais c'est un autre sujet)

Je ne sais pas trop ce qu'il faut en penser.

Je n'aime pas les réflexions de ceux qui disent " j'en ai pris et j'en suis pas mort pour autant" (j'ai été abusée petite et oui j'en suis pas morte pour autant mais bon...)

Je n'aime pas la violence d'une manière générale mais je ne peux pas nier que cela m'arrive de taper mes enfants.

Parfois de manière calculée (je menace d'une fessée, et je suis obligée de la donner si ma menace ne change rien), parfois de manière spontanée (la claque qui part toute seule)

A chaque fois j'ai cette honte et ce dégoût. A chaque fois je regrette et je m'en excuse.

(du coup mes enfants n'écoutent rien)

 

Ce qui me fait rire aussi c'est ceux qui prônent l'éducation positive. Croyez moi ça ne marche pas toujours non plus...

Une de mes amies en est le pilier (avec ses études de psycho, n'importe quoi) et ses enfants sont les plus odieux que je connaisse.

 

Moi ce qui me gène surtout dans cette histoire c'est que l'on fait encore culpabiliser des parents alors que aujourd'hui les enfants nous mènent par le bout du nez.

Moi ce qui me gène surtout dans cette histoire c'est que les vrais enfants battus ne sont pas ou mal pris en charge par notre société.

 

Alors OUI la fessée dans l'absolu c'est mal, mais tout est une question de retenue.

Concentrons nous plutôt sur l'éducation et la prise en charge réelle de nos enfants.

 

Commentaires

  • J'ai encore Edwige Antier vanter les mérites de la non-violence et les impacts sur la délinquance (comme au Danemark).
    J'ai recu des claques et des fessées, j'en suis pas traumatisée, et franchement je trouve pas ça pire que des cris.
    Ma fille est encore petite mais je pense me renseigner sur la communication non violente, des fois que ca me donne des pistes!

  • Je ne suis évidemment pas pour la fessée, je préférerais réussir à ne jamais en donner, mais pour l'instant je n'y suis pas encore parvenu

  • 100% d'accord avec toi (et même pour les 50 nuances, moi ça me mettait carrement en colère)

  • Limite j'ai préféré le coté fleur bleue adolescente... Bref le sexe comme ça c'est pas mon truc!

  • Je n'ai jamais tapé mes enfants, bon j'ai un bébé de 10 mois et un fils de 3,5 ans. Parfois le grand me pousse à bout mais je me retiens. Ma mère me tapait et ça a duré jusqu'à mes 15 ans. Je n'en suis pas morte, mais je suis devenue une femme de 34 ans qui a un manque de confiance en soi, qui se sous-estime, et j'ai toujours peur de ma mère. Je ne veux pas que mes enfants aient peur de moi.

    J'ai appris une chose, c'est que ce ne sont ni les fessées, ni les claques, ni les coups qui éduquent.

    C'est tellement facile de s'attaquer à un enfant..

  • Pour moi ce que tu racontes est complètement différent de la fessée telle que je la conçois. Tu sembles plus évoquer une vraie violence maternelle. Et là évidemment c'est terrible et indéfendable.
    Je dis juste qu'il ne faut pas culpabiliser quand on donne une fessée ou un petit coup sur la main, car parfois c'est la seule manière de calmer ou de se faire écouter.

    La violence systématique est inadmissible. Et chez moi je prône le dialogue et l'autorité.

  • L'éducation positive poussée à l'extrême me fait mourir de rire, dans un premier temps. Dans un deuxième, il me donne envie de taper les parents!...
    Je suis d'accord avec toi sur le fait qu'on fait sans arrêt culpabiliser les parents, enfin, les mères surtout et ça m'exaspère. Avec la grande question au dessus de nos têtes : est ce que ça va pas traumatiser notre môme si ...
    Pendant 18 ans, j'ai vu quantité de parents et d'enfants dans mon boulot et j'ai vraiment perçu une évolution. Évolution qu'on voit parfaitement dans la pub aussi d'ailleurs. On est passé d'une extrême à l'autre : l'enfant n'était rien ou pas grand chose et maintenant, c'est le centre de nos vies. D'autant que contrairement à nos parents, on l'a eu quand on a voulu, quand on l'a désiré. Moi, je suis totalement imparfaite, je tangue, mais je cherche le milieu. Les extrêmes, en tout, me foutent les jetons.

  • Moi je n'en ai jamais reçue, et du coup je suis incapable d'en donner, ça me semble complètement anti naturel. Et pourtant mon père me traumatisait. Donc non, ça n'est pas la seule façon de se faire écouter ou obéir, mais c'est celle que tu connais. (je ne dis pas que la mienne est mieux hein ? ) c'est juste pas la même.

Les commentaires sont fermés.