Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Grosse fatigue

Les week-ends à Paris sont souvent synonyme de calvaire pour moi. Surtout quand celui ci s'annonce ensoleillé..

Cette fois ci je n'avais pas prévu de programme permettant d'éviter le parc et cie.

Je retrouvais mes filles après 5 jours d'absence et je ne m'étais concentrée que sur cela. 

Ce qui est surtout difficile pour moi avouons le c'est la présence de chéri. A la campagne il vague à ses occupations. A Paris il tourne en rond et me fatigue.

On se fatigue mutuellement d'ailleurs vu les enguelades monstrueuses que nous avons eu.

(devant les enfants évidemment)

Je lis La possibilité d'une île de M. Houellebecq en ce moment et j'ai été fascinée par ce paragraphe:

IMG_5131.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est exactement ça. Nous n'avons plus cette fraicheur érotique et je ne supporte plus son corps. Houellebecq écrit ce que je n'osais écrire jusque là.

Je ne peux pas dire que je ne l'aime plus. Il me touche encore parfois mais je le supporte aussi de moins en moins d'une certaine façon.

Je suis partagée entre la peur de le perdre et l'envie de vivre seule.

Grosse fatigue...

Commentaires

  • juste

  • c'était un coeur normalement après le "juste" ... je sais comme tu aimes les câlins alors je t'en envoie un :)

  • :-)))
    Arrfff ça ira mieux un autre jour....

  • Même si, aujourd'hui, ça te semble juste impossible, j'espère sincèrement pour toi qu'un jour, tu connaîtras la légèreté de vous libérer, toi autant que tes enfants, de cette cette chape de plomb sous laquelle vous vivez depuis tant d'années. Je te le souhaite. Non, ça n'ira pas mieux un autre jour. Cela fait trop longtemps que ça dure. Et je sais que tu le sais.

  • je pense que c est plus compliqué que çà....
    les bons moments doivent peser dans la balance et ils sont moins décrits ici que les mauvais (c est bien çà mummy?)
    l'amour çà va çà vient dans un couple, retrouve la tendresse et l'envie d'être contre lui (et je confirme que çà se retrouve!!) et tout ira mieux
    courage

  • Oui c'est ça. Mais je ne l'explique plus trop car certains pensent que ma famille et moi vivons un enfer ici. Il y a des jours avec et des jours sans. Le paragraphe de houellebecq est troublant. Et je ne crois pas être la seule à ressentir ça!

  • C'est parce que je vivais exactement ce que tu vis depuis des années et que je m'en suis libérée que j'écris ça. Non ce n'est pas normal, que le mal-être (pas l'enfer!!) dure pendant autant d'années. Et moi aussi, pendant des années, je me suis convaincue qu'il y avait AUSSI des bons moments, alors il faut tenir.
    En meme temps, encore une fois, c'est ta vie, moi c'est la mienne, ce n'est pas mon souci...

  • Oui je te confirme tu n es pas la seule...
    Et oui ce paragraphe est troublant....

  • La vie de couple n'est pas un long fleuve tranquille. Accepter que l'autre nous gêne ou même nous dégoûte, nous ennuie...fait partie du lot. Il faut juste s'accrocher en se disant que la flamme peut se raviver. Si on sent qu'il y a quelque chose qui en vaut la peine. Nous avons traversé une période très dure l'an dernier avec mon chéri, je voulais partir...tout n'était que reproches. Mais c'était le stress, la fatigue, la mauvaise communication qui ont failli tout faire capoter. Et ça va mieux aujourd'hui. Aie confiance en ton couple et surtout parlez vraiment !

  • Notre gros point faible c'est la communication... Il faut vraiment que nous travaillons là dessus.

  • moi c'est l'inverse , mon mari est parti il y a deux ans jamais une dispute mais les enfants sentaient qu'il ne m'aimait plus ! ils me disent maintenant qu'ils se sentent soulagé que la situation est plus claire . je ne sais pas si c'est aussi simple ... j'ai vécu deux années très difficiles mais lorsque nous étions encore ensemble je ne l'aimais plus même si j'étais dans le déni ! je trouve que Houelbecq est vraiment très juste mais je pense que chaque histoire est différente !

  • moi c'est l'inverse , mon mari est parti il y a deux ans jamais une dispute mais les enfants sentaient qu'il ne m'aimait plus ! ils me disent maintenant qu'ils se sentent soulagé que la situation est plus claire . je ne sais pas si c'est aussi simple ... j'ai vécu deux années très difficiles mais lorsque nous étions encore ensemble je ne l'aimais plus même si j'étais dans le déni ! je trouve que Houelbecq est vraiment très juste mais je pense que chaque histoire est différente !

  • mes parents non plus ne se disputaient pas mais c'était pire. Moi aussi cela a été un vrai soulagement quand ils se sont séparés :-)

Les commentaires sont fermés.