Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • We sans cellulite

    J'appréhendais ce week-end à la campagne lorsque j'ai su que tout le monde serait là (beaux parents et belle soeur).

    Un an au moins que cela ne nous était pas arrivé.

    Une boule au ventre samedi matin sur la route...

    Et puis finalement tout s'est très bien passé. J'étais zen. Mon beau-père avait pris pour cible le mari de ma belle soeur et ses enfants, et je dois avouer que c'était pas pour me déplaire.

    Et puis cette petite satisfaction de montrer que oui j'avais maigri et que oui je n'avais pas un poil de cellulite... (contrairement à d'autres qui mangent le we et s'affame à coup de All Bran pour perdre les 2 kgs pris le week-end)

    C'est bête mais ça fait du bien.

    (mauvaise fille)

    163340420.jpg

  • Grosse fatigue

    Les week-ends à Paris sont souvent synonyme de calvaire pour moi. Surtout quand celui ci s'annonce ensoleillé..

    Cette fois ci je n'avais pas prévu de programme permettant d'éviter le parc et cie.

    Je retrouvais mes filles après 5 jours d'absence et je ne m'étais concentrée que sur cela. 

    Ce qui est surtout difficile pour moi avouons le c'est la présence de chéri. A la campagne il vague à ses occupations. A Paris il tourne en rond et me fatigue.

    On se fatigue mutuellement d'ailleurs vu les enguelades monstrueuses que nous avons eu.

    (devant les enfants évidemment)

    Je lis La possibilité d'une île de M. Houellebecq en ce moment et j'ai été fascinée par ce paragraphe:

    IMG_5131.JPG

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    C'est exactement ça. Nous n'avons plus cette fraicheur érotique et je ne supporte plus son corps. Houellebecq écrit ce que je n'osais écrire jusque là.

    Je ne peux pas dire que je ne l'aime plus. Il me touche encore parfois mais je le supporte aussi de moins en moins d'une certaine façon.

    Je suis partagée entre la peur de le perdre et l'envie de vivre seule.

    Grosse fatigue...

  • En apnée

    Quand sur Facebook, je disais la semaine dernière que j'allais vivre en apnée cette semaine parce que mes filles partaient en classe de découverte, on m'a répondue que vraiment c'était un faux problème.

    Oui je sais que 5 jours c'est rien, oui je sais qu'elles vont s'éclater et oui je sais que l'on a coutume de dire qu'il y a très peu de chance qu'il leur arrive quelque-chose.

     

    Moi, mes parents sont tellement loin de l'idée que le mari de ma grand-mère a eu des attouchements sur moi pendant des années. Presque sous leurs yeux. Alors que je les suppliais de ne pas y aller et qu'ils prenaient cela pour un caprice d'enfants gâtés.

    On en parle de tous ceux à qui s'est arrivé? Qui ne le disent pas comme moi, ou qui osent? 

    On en parle de ses éducateurs/professeurs qui adorent tant les enfants?

    Alors non ils ne sont pas en sécurité en classe de découverte. Au contraire pour moi ils sont encore plus en danger.

    Mais mes angoisses je les garde pour moi. M'imaginer que mes filles puissent subir ce que j'ai du faire pendant des années, je le mets au fond de ma tête.

    Je leur explique depuis qu'elles sont petites ce qui est bien ou pas, qu'elles ont le droit de dire non et que surtout il ne faut pas en avoir honte et en parler.

    Oui comme le disait une personne sur Facebook, je ne pourrais pas être derrière elles toute leur vie, mais à 8 et 10 ans on a pas toujours la force, le discernement et le courage de dire non (je devais avoir 12 ans quand je l'ai fait).

    Donc oui je serais en apnée pendant 5 jours, de mauvais poil, irritable, au bord des larmes, accrochée à ce site internet censé nous donner des nouvelles. Et c'est comme ça.

    Ce matin, je n'ai pas pleuré, j'ai souri, encouragé et embrassé. Je n'ai rien pu avaler non plus.

    5 jours et ça ira mieux

    557213799.jpg