Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Effacer le temps, surfer sur le présent

Cette phrase de Charlelie Couture , que le calendrier perpétuel de Flow Magazine ( oui je suis un mouton j'achète aussi Flow Magazine) met en avant aujourd'hui....

Difficile de ne pas penser au passé.

Difficile de penser sereinement en l'avenir.

 

Je n'ai pas vécu la guerre telle qu'on l'a apprise dans nos livres d'Histoire.

J'ai vécu la guerre froide mais en 1989 quand elle s'est arrêtée j'étais jeune et je trouvais cela tellement romantique. Pareil pour les attentats survenus dans les années 80 et 90. J'y avais échappé et la mort ne me faisait pas peur. 

Certes il y a eu les crises économiques mais j'ai toujours réussi à m'en sortir et je n'ai jamais personnellement ressenti son impact.

Depuis quelques années je me battais contre la destruction de cette planète ayant peur de mourir prématurément d'un cancer ou autre.

Les guerres, les réfugiés, les enfants et les femmes maltraités je les voyais à la télévision, soupirant, me révoltant verbalement mais sans jamais vraiment comprendre ce qu'il se passait.

Et puis il y a un an, Charlie.  Il y a 3 mois, le Bataclan.

Pas touchée non plus. Mais pour la première fois de ma vie, j'ai peur.

De ce que le monde devient. De notre incapacité à vivre ensemble et à combattre ensemble l'intolérance plutôt que de la créer.

J'ai peur pour mes enfants. Quand je les dépose à l'école, quand ils sont seuls dans la rue. Mais surtout j'ai peur du monde que je leur laisse....

Oui surfer sur le présent pour préparer l'avenir. Mais aussi apprendre du passé pour ne pas toujours faire les mêmes erreurs....

Les commentaires sont fermés.