Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vie de maf

Lorsque j'ai commencé ce blog il y a dix ans ( oui déjà...), je disais que travailler c'était trop cool même si j'en chiais quand même pas mal....

Depuis 6 ans ( dingue je n'en reviens pas), je dis qu'être mère au foyer c'est trop cool même si j'en chie quand même pas mal...

 

Il m'est arrivée quelque fois de mettre le #viedemaf sur mon Instagram, et une fois j'ai eu le droit à plein de réflexion comme quoi celles qui travaillaient en faisant autant et que je n'avais pas la palme de la mère qui n'arrêtait pas. 

Aujourd'hui à la sortie de l'école une toute jeune maf ( elle a démissionné d'un poste important pour s'occuper de sa famille d'après ce qu'elle nous a expliqué), nous expliquait que les enfants étaient ravis depuis qu'elle ne bossait plus et que maintenant elle leur amenait un vrai goûter et plus des gâteaux industriels achetés à la va vite au Franprix d'à côté.

D'un côté comme de l'autre on justifie toutes nos décisions et d'un côté ou de l'autre on culpabilise.

Sans vouloir faire de discours féministe, il y a très peu d'homme qui soit malheureux ou justifie leurs décisions.

Sans vouloir être rétrograde même si je passe mon temps ici ou sur les réseaux sociaux a justifié ma vie de maf, je crois que j'ai fait le bon choix.

Pour MOI, parce que mon métier qui a eu le grand mérite de m'émanciper et de me permettre de vivre libre ( de mes parents) pendant des années, n'apporte rien à la société. Et aujourd'hui dans MA situation je crois que c'est la meilleure décision que j'ai pu prendre.

Comme le montre ce blog, j'ai évolué de femme active vers mère au foyer, et qui sait quand les enfants seront plus grands si je ne choisirais pas de commencer une autre nouvelle aventure.

Quand on me dit que je prends des risques, que je n'aurais pas dû arrêter de travailler, je sais qu'ils ont tort car je suis quelqu'un qui a eu et qui aura plusieurs vies. Et que quoi qu'il arrive, je m'en sortirai. 

 

Je suis une battante, je m'en suis toujours sortie!

Commentaires

  • Bonjour,
    J'ai pu prendre un conges parental de 10 mois pour ma fils et de 18 mois pour mon fils. J'ai adoré rester à la maison et être MAF. Mais force de séparation j'ai dût reprendre le travail mais j'aurais aussi aimé rester à la maison et m'occuper de mon foyer mais vivant à paris et vu le prix de loyer , activité ou autres il faut pouvoir avoir un mari qui gagne très bien sa vie pour se permettre de rester à la maison. A ce jour j'ai repris mes études et je fais un métier que j'aime (difficile mais je prend bcp de plaisir) et je fais la fiereté de mes enfants d'avoir reprit le chemin de l'école à 35 ans. (je suis infirmère). En tout cas bravi d'assumer car peut de femmes au foyer assume leur choix.

  • C'est un très beau métier infirmière et tes enfants peuvent être fiere de toi!

  • Quand on le choisit et que cela rend heureux, alors pourquoi le regretter? Moi je sais que je ne pourrai pas m'arrêter de travailler pour deux raisons, la première c'est que je suis celle qui ramene les sous à la maison ( mon mec au chômage depuis la naissance du premier qui depuis n'enchaîne que des petits boulots peu payé) et la deuxième c'est que je m'épanouie aussi dans mon boulot. Et j'ai la chance aussi d'avoir des horaires décalés et beaucoup de jours de recup ou RTT qui me permettent d'être avec eux le mercredi ou d'autres jours de la semaine. Aujourd'hui je ne bosse pas parce que je bosse ce we, et du coup je suis en train de cuisiner un cake pour le goûter ( gluten free je sais que tu en fais aussi ;-) et je me réjouis d'aller chercher ma fille à l'école et déjeuner avec mon collégien. Après il y a aussi des mamans seules ou des familles qui ont du mal à s'en sortir financierement qui n'ont pas le choix de travailler et pour qui il n'est pas facile de tout concilier. La vie aujourd'hui est quand même difficile, d'où certaines réflexions... Même si chacun vit la vie qu'il veut, on rêve parfois à vivre autre chose...

  • J'ai effectivement la chance d'avoir un mari qui a un salaire suffisant, et tu as la chance d'avoir un métier plus flexible. Moi je pouvais bosser de chez moi mais je voyageais souvent et mes soirées étaient souvent prises aussi.
    Aujourd'hui je fais un peu de free lance et C est pas mal aussi!

  • Je me suis arrêtée 2x3 ans pour mes deux enfants et quand je vois de jeunes mamans qui font volontairement des heures pas possibles ou qui laissent leur bébé à la crèche de trop longues journées sans culpabiliser pour prendre du temps pour elle, ça me fend le cœur ! Ça passe tellement vite ! On regrette souvent d'avoir rater la petite enfance de ses enfants rarement de n'avoir pas plus passé du temps au boulot ! Bravo D avoir osé faire ce choix !

  • J'ai loupé celle de mes aînées puisque je bossais pas mal. Je ne les laissais pas plus pour sortir mais mon boulot étaient assez prenant. Je ne m'en rendais pas forcément compte parce que j'avançais sans y penser. Et puis lorsque pour mon troisième j'ai été licenciée, j'ai vu la différence et je me suis dit que effectivement j'avais loupé beaucoup de chose. Mais bon on fait comme on peut.

  • Cela me fait plaisir de lire cela... le plus important est d'être épanouie... peu importe que tu sois maf, accroc à un travail sans intérêt ou je ne sais quoi... Si je pouvais avoir le choix, je peux t'assurer que je ne serai pas au bureau mais à faire des choses qui me semblent tellement plus importantes à mes yeux... et oui, nous devrions, nous les femmes, arrêter de culpabiliser ou de nous justifier tout le temps!

  • Attention, suite à un souci perso j'ai du mettre un code au blog. Demande uniquement par e-mail mummyactive@gmail.com

Les commentaires sont fermés.