Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Déjà pour eux

Je vois bien dans vos rares commentaires que vous vous demandez pourquoi je reste.

Cette question je me la pose aussi. Parce que c'est dur, parce que malgré les bons moments ( et il y en a même si je ne les raconte pas toujours ici) je me demande pourquoi continuer. 

Parce que après tout je suis libre, et que je n'ai pas peur de devoir retravailler. Je ne suis pas une petite bourgeoise qui reste malgré les difficultés pour ne pas perdre son niveau de vie ou accuser un changement social.

Je me bats, serre les dents pour eux tout simplement.

Parce que quoi que l'on dise les enfants vivent très mal la séparation de parents. Et qu'ils ne me voient pas abattue tous les jours ( je cache très bien mon jeu) ( peu de mes copines s'en rendent compte aussi d'ailleurs)

Parce que quand mon père est parti, viré par ma mère après une énième aventure ( et alors que j'étais au courant aussi de chacune d'elles), il a complétement déséquilibré ma vie. Il a fallu soutenir ma mère qui s'est effondrée, faire des boulots pendant les études Parce qu'il ne voulait pas payer en plus pour moi, et comprendre que les hommes étaient vraiment des salauds.

Partir cela voudrait dire que je lui laisse les enfants. Que donc ils subiront son mal être comme moi j'ai subi celui de ma mère ( car croyez moi si je pars il s'effondre, je le sais). Que leur enfance s'arrêtera là d'une certaine manière.

Et ça je ne m'y résouds pas.

Alors je sers les dents, je profite à fond des bons moments et surtout happy face quoi qu'il arrive

 

Commentaires

  • Moi je comprend pourquoi tu restes, parce que moi je reste aussi malgré tout ce que j'endure depuis quelques années. Pour les quelques bons moments et surtout pour eux aussi, mes enfants... Que je ne supporterai pas de voir souffrir, donc j'encaisse aussi je serre les dents... Même si c'est dur parfois la happy face devant les amis ou la famille très proche qui ne sait rien... Mais il faut le vivre pour comprendre cela. Mais un jour je partirai, quand ils seront plus grands. Plein de courage à toi!

  • Je ne suis pas sure que je partirai quand ils seront plus grands. Parce que au fond c'est pas si mal, surtout quand nous ne sommes que tous les deux. On verra....

  • Et bon courage, j'espère que tu as une personne ou un endroit où te confier

  • Moi je trouve cela encore plus dure de rester. Moi mes enfants sont très proches de moi et quand j'étais avec leur père ils me sentaient malheureuse et ils n'étaient pas bien. Et pourtant ils étaient jeunes quand on s'est séparé (6 et 3 ans) . A ce jour 3 ans apres mes enfants sont plus heureux de voir leur parents séparés et heureux plutot qu'ensemble et malheureux. Je vous souhaite plein de courage

  • Je crois que je vivrai très mal la séparation. C'est assez égoïste au final quand on y pense. Peut être que je ne fais pas cela pour eux mais pour moi. Dans mes nombreuses failles il y a celle de vouloir tout contrôler parce que je ne veux qu'ils leur arrivent rien.

  • Moi (tout le monde commence par moi, alors je fais pareil) je pense qu'on peut jouer la comédie à tout le monde, sauf à ses enfants. Ils le sentent. Et à ce moment là, ils font comme nous, comme si de rien n'était...Quand ça nous arrange, ils sont intelligents, ils comprennent tout, et puis, à d'autres moments, ça nous arrange de nous dire qu'ils ne comprendraient pas.
    Moi, je me demande quelle image du couple on leur donne quand on vit une vie de couple qui n'est pas épanouissante.
    Moi je crois qu'on ne doit jamais s'oublier.
    J'ai l'air de donner des leçons mais ce n'est pas le cas. Je ne suis pas non plus agressive.
    J'ai le plus grand respect pour ta sincérité.

  • Oh ne t'inquiète pas je ne prends rien sur le ton de l'agression. Quand on se livre on doit accepter de recevoir des commentaires qui ne vont pas dans son sens. Oui bien sûr que les enfants le sentent, et je vois ma grande parfois soupirer quand son père me cherche, mais je me dis qu'ils se construiront là dessus, et que moi de toute façon je leur donne tout mon amour. Et je leur montre aussi que l'on peut résister tout en se laissant faire pour vivre parfois plus sereinement. Je suis qqn dans la vie d'extrêmement vive, drôle et active. Pas du tout effacée par un mari odieux. Mais parfois je suis fatiguée.

  • Moi (c'est la règle pour ce post, c'est bien cela?) je valide ce qu'ont écrit Charlotte et Rosalie. J'ai vécu une séparation il y a 4 ans et je te le confirme : mes enfants sont mille fois plus heureux avec des parents séparés qui ne se pourrissent pas la vie que lorsque je vivais avec leur père et que c'était tendu tout le temps. Une séparation est évidemment une catastrophe pour des enfants, mais cela reste moins traumatisant que la tension qu'ils vivent en permanence chez vous, même si tu donnes le change. Ils sentent forcément que ça ne va pas. C'est impossible autrement. Et ils ne peuvent pas se construire sereinement dans cette ambiance. Je le vois chez les enfants d'une amie qui a elle aussi adopté ta théorie de l'"happy face": ils sont malheureux. Et en plus, avec l'adolescence, ils deviennent durs avec elle. Comme s'ils la "punissaient" de les laisser vivre cela. Bon courage mummy! Je valide aussi la conclusion de Rosalie : bravo pour ta sincérité, extrêmement touchante. Si j'ai déjà écrit que c'est douloureux de te lire, c'est justement parce que tu le livres ici avec une transparence extrêmement émouvante.

  • Je suis bien d'accord avec ce qui a déjà été dit : les enfants ressentent tout ... Par contre, pourquoi dites vous que les enfants resteraient avec votre mari ???? C'est toujours un grand plaisir de vous lire !

  • Ils feraient une semaine sur deux je pense. Et égoïstement la séparation me fait peur car je ne pourrais pas tout maîtriser et contrebalancer les remarques acerbes ou désagréables qu'il peut aussi leur faire.

  • Moi (pour ne pas déroger à la règle ;-)), je crois que les conseilleurs ne sont pas les payeurs ...
    Quoi qu'en dise et quoi qu'on en lise (et ça un peu de temps que te lis Mummy), on ne sait jamais vraiment ce qui se passe dans l'intimité d'un couple.
    Alors, je citerai Taubira, "parfois résister c'est rester c'est rester, parfois résister c'est partir (...)". Bref, Mummy, tu gères ça pas si mal je trouve ;-).
    HAUT LES COEURS

  • Oui hauts les cœurs. Globalement ici je me plains comme une vieille mégère mais ma vie n'est pas si mal. Je résiste en restant qui sait ce que la vie me réservera!

  • Moi je comprends pourquoi tu restes
    Parce que tu livres ici tes pensées négatives, qu'on a tous eu envie de se barrer, et surtout je pense pas qu'on puisse te dire à ta place ce que tu dois faire
    Je ne suis pas une enfant de divorcés donc c'est un sujet que je ne maitrise pas, et selon moi ce n'est pas anormal qu'un couple subisse des hauts et des bas (on dit souvent qu'il s'agit de cycles de 7 ans).
    Bref que ce soit pour les enfants ou pour toi, si tu penses que tu dois rester et te battre pour que ça marche, vas y.

  • ( merci)

  • Moi aussi, je comprends très bien que tu restes, je serre aussi les dents un jour sur deux (voire deux jours sur trois)....la vie de couple n'est pas facile surtout avec trois enfants, une vie parisienne qui est difficile et des hommes qui globalement sont très égoïstes ! Heureusement qu'entre femmes on se serre les coudes :)

  • Et encore quand je vois autour de moi, je me dis que cela pourrait être pire ( ou que du moins chacun supporte des choses que je supporterais pas) ( et a): ceux qui partent en we entre potes par exemple pour aller skier, ceux qui passent leurs we sur leurs vélos ou au sport, ceux qui lisent l'équipe....

  • Je comprends mieux ton attitude, tu es pragmatique et tu vois le verre plein à moitié plein que vide; bref tu es une battante, tu adores tes petits et surtout...tu aimes la vie avec ses bons comme ses mauvais côtés et tu te bats pour ton idéal; celui d'avoir une famille soudée.
    Je te comprends tu sais :).
    Je dois ajouter que tu as quelque chose qui doit ressembler à la résilience....c'est bien d'être forte mais c'est bien aussi de connaître ses limites.
    Mais je comprends tu sais la vie ne nous laisse pas de répit; t' façon on mourra tous un jour alors autant profiter un maximum des bons moments.

  • Merci c' est exactement ça. Tu l'exprimes tellement mieux que moi. A une autre époque on aurait dit que j'étais une sainte. Et même si je ne suis pas religieuse, je comprends parfaitement l'idée de résilience

  • Pas très original, mais moi aussi, je ne sais plus où j'en suis. Après 28 ans de mariage et deux filles. Il y a 7 ans j'ai appris qu'il me trompait, moi qui croyait que notre couple était exemplaire...... Et depuis je suis horriblement mal. Maintenant je ne reste que pour les filles. Que la famille n'explose pas !! Je ne donnerai aucun conseil, ni avis. C'est tellement dur de partir................ Il sera malheureux, je ne serai pas heureuse et les filles non plus. Alors la question se pose-t-elle encore ?

  • J'essaie de me dire que la fidélité ne peut exister et que un coup de canif dans le contrat ne peut pas mettre un mariage en l'air; après tout il s'agit de réussir à vivre en bonne intelligence comme une association. l'amour de toute façon ne dure pas toute la vie. Le respect, l'affection oui.
    (bon courage, pas facile de vivre tout cela)

  • Attention, suite à un souci perso j'ai du mettre un code au blog. Demande uniquement par e-mail mummyactive@gmail.com

Les commentaires sont fermés.