Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Un samedi soir à Paris...

    Petite banlieusarde que j'étais, je rêvais de ces dîners dans de superbes appartements parisiens avec que des gens biens. Ces personnes qui me faisaient rêver aussi avec tous ce qui s'offraient à eux. Cette facilité à avoir tout ce qu'ils voulaient.

    Petite banlieusarde, je sortais peu, je partais peu en vacances et je rêvais de cela....

    Aujourd'hui 30 ans après, je vis dans ce monde. J'élève mes enfants dans un très bel appartement, ils vont dans de tres bonnes écoles parisiennes, ils ont presque tout ce qu'ils veulent.

    Je ne regrette presque rien de ma vie d'aujourd'hui. Je vis mon rêve de petite fille.

     

    Samedi soir nous étions chez une vieille amie de chéri. Que l'on voit peu, hormis dans le sud ouest où elle aussi a une maison de famille. 

    'Nous étions donc invitée chez elle à Paris pour la première fois. Dans un appartement superbe, exactement comme ceux que je regardais ( et regarde toujours) dans les films. Avec des amis à elle que moi je ne connaissais pas evidemment mais que chéri revoyait après de longues années. L'un d'eux avait été au collège avec lui. 

    Enfants de la bourgeoisie parisienne. Même lycée ou presque. Tous avec des maisons secondaires dans le sud, un appartement au ski dans la station qu'il faut. Un véritable microcosme parisien où lorsqu'une personne parle de quelqu'un on se rend compte qu'en fait on les connaît aussi.

     

    Samedi soir, j'étais exactement là où j'avais toujours voulu être mais j'ai grandi. Et cela ne me fait plus rêver. Je n'ennuie en écoutant chacun parler de ses vacances aux mêmes endroits que nous. Je m'ennuie de ces conversations qui tournent toujours autour des mêmes choses. Je suis choquée quand on me dit avoir choisi telle école privée parce que " l'école publique à côté de chez nous est quand même très colorée" ....

     

    Je ne regrette rien. J'ai voulu etre là mais j'aime l'idée de me dire que je suis différente. Pas à ma place diront certains.

    ( et pourtant j'y suis presque comme un poisson dans l'eau...)