Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

blabla inutiles - Page 2

  • Et si...

    Et si j'avais accepté d'aller dans sa chambre d'hôtel au lieu de rentrer gentiment chez moi?

    Je ne sais pas ce qui se serait passé (enfin si je sais mais je ne sais pas comment j'aurais gérer l'après).

     

    En tout cas j'en ai rêvé toute la nuit.

    Ce matin, j'avais presque honte de regarder chéri.

     

    Retrouver de vieux collègues de travail avec qui on a fait des pures soirées.

    Rigoler toujours autant.

    Et puis le voir lui encore une fois. Sans sa femme, sans mon mari. Comme à cette époque où nous partions en business travel et que j'allais fumer des joints dans sa chambre.

    Toujours cette tension.

    Toujours ce truc qui nous unit.

     

    Hier soir il me dévorait des yeux. Je faisais celle qui voyait pas (de toute façon j'ai jamais été aussi maigre depuis longtemps et pourtant je me suis jamais sentie aussi grosse), qui ne croyait pas.

    Hier soir, il m'a prise dans ses bras pour me dire au revoir, a respiré mes cheveux et est parti très vite me laissant moi et les autres attendant un taxi.

    Hier soir, sur cette terrasse surchauffée il m'a demandée sur le ton de la rigolade si je voulais pas venir avec lui dans sa chambre d'hôtel.

    Et si j'avais dit oui...

     

  • Novembre quoi...

    Cela fait un peu plus de 15 jours que je travaille à la maison.

    Je ne sais toujours pas si je dois me réjouir ou pleurer.

    Mon rythme a vraiment changé.

    Avant déjà je n'avais pas l'impression de glander (les courses, la cuisine, le ménage, les allers-retours, les déjeuners avec les copines) (ah ah ah) mais là c'est juste le speed en permanence.

    En gros tout ce que je faisais le matin pour pouvoir être tranquille l'après-midi, je n'ai plus le temps de le faire.

    Et je ne parle pas des mercredi où je dois gérer le boulot, les enfants, les devoirs, les activités et cie...

    Je fais ma malheureuse alors que certains doivent rêver de travailler en free-lance, mais je suis pas sûre que cela me convienne réellement.

    Et puis surtout j'ai retrouvé le stress du résultat, des trucs à faire, des timings serrés, des responsabilités...

     

    Je sais pas...

     

    Par contre, le regard des autres a changé. Comme si j'étais devenue plus intéressante d'un coup.

    Ce qui n'a pas changé (et j'avoue que cela m'a rassurée) c'est que les réflexes pro sont revenus très très vite. Je suis pas tant à la ramasse que ça.

     

    ....

    Le regard des autres a changé aussi sur mon corps.

    Quand la femme du concierge te dit en te croisant dans le couloir l'air inquiète que vous avez maigri, quand la cuisinière asiatique que vous prenez de temps en temps et qui ne vous avez pas vu depuis juin et alors que vous portez encore votre écharpe et votre énorme manteau vous regarde avec un grand sourire en vous disant que vous avez maigri, quand vous êtes obligée d'aller acheter des pantalons et que vous prenez du small et deux tailles en dessous de d'habitude, vous devez vous dire que vous avez maigri...

    (et chéri que me dit toujours rien)

    Et pourtant ce matin je me trouve énorme.

    Faut que j'arrête de faire une fixation là dessus. Comme si mes rides, mes 40 ans, et l'approche de la ménopause m'angoissent tellement que j'essaie de compenser comme cela.

    Ça au moins je le maîtrise.

     

    ....

    Et Noël dans tout ça?

    Démarrage assez difficile. Pour la première fois depuis que les enfants sont nés, je n'ai pas fait mon calendrier de l'Avent. Bon je n'ai pas été au point d'acheter un Kinder ou Playmobil, mais parti comme c'est parti je serai mûre pour l'année prochaine.

    Comme depuis quelques années maintenant nous ne serons pas là la semaine de Noël mais en voyage.

    Et pour la première fois j'ai cru que ma famille ne me le reprocherait pas lorsque ma mère nous annonçait que mon frère ne récupérant son fils que le 27, nous ferions Noël après.

    Et pourtant quand je l'ai eu pour lui dire que nous étions disponibles et heureux d'être là, j'ai quand même eu le droit à une salve de reproches... " Noël après Noël ce n'est plus Noël" (la date n'a pas d'importance maman, ce qui est bien c'est de passer du temps ensemble et puis je n'y peux rien puisqu'on peut pas le faire avant à cause de mon frère) "oui mais toi tu seras en voyage à t'amuser et moi je serai toute seule" (mais non les garçons seront là eux puisqu'ils sont parfaits et puis de toute façon on n'aurait pas fait ça le 24 puisque mon frère ne veut pas fêter Noël sans son fils) "et puis il va falloir m'aider car 15 personnes à nourrir c'est compliqué pour moi" (BEN ALORS LE FAIS PAS!!!!)

    (quoi qu'il arrive je suis la mauvaise fille) (et elle me fatigue)

     

    ....

    Ah novembre quoi....

    511552949.jpg

     

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, rien

    Il y a trois ans, rien

    Il y a quatre ans, rien

    Il y a cinq ans, rien

    Il y a six ans, rien

    Il y a sept ans, j'avais préparé mon calendrier de l'avent

    Il y a huit ans, j'attendais que ma fleur arrive

    Il y a neuf ans, rien

     

     

     

  • Je suis un dinosaure

    Cette semaine je me suis retrouvée à une réunion professionnelle (ce qui m'était pas arrivée depuis longtemps).

    Ce boulot m'est tombée un peu dessus.

    Un coup de fil cet été alors que j'étais au bord de la piscine et très très loin de penser à un avenir professionnel.

    Une personne avec qui j'avais travaillé dans une autre vie, ou du moins il y a très très longtemps, qui recrutait et qui avait pensé à moi.

    Mon premier réflexe a été de dire non. Je me voyais pas recommencé un plein temps en septembre.

    Mais je me disais quand même qu'elle avait pensé à moi et que bon c'était pas souvent le cas....

     

    Alors je l'ai revu et je lui ai proposé autre chose. De l'aider sur un domaine bien particulier et en free-lance.

    Je lui ai fait une propal détaillée en me disant que cela ne marcherait sûrement pas mais que au moins je n'aurais pas de regrets.

    Et puis ça a marché....

     

    Cette semaine j'étais à une réunion professionnelle et j'étais presque la plus vieille.

    J'avais ressorti mon cahier de boulot, mon agenda papier.

    Autour de moi ils avaient tous leurs portables (l'un d'eux m'a même dit: "tu n'as pas d'ordinateur???") (ben si chez moi... Je prends juste mes notes sur un cahier...)

    Au final autour de cette table mis à part la boss, j'étais la plus expérimentée, la plus active, celle qui réagissait le plus vite.

    Mais je ne prenais pas mes notes sur mon ordinateur.

     

    Bref j'étais un dinosaure

    (mais je redeviens une mummy un peu active)

    127521310.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    ***

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, rien

    Il y a trois ans, je voulais me souvenir des belles choses

    Il y a quatre ans, rien

    Il y a cinq ans, je n'avais le temps de rien

    Il y a six ans, je parlais de l'élection d'Obama

    Il y a sept ans, je parlais de Tunis

    Il y a huit ans, tout allait bien

    Il y a neuf ans, j'avais rien de spécial à dire

     

     

     

     

  • Mes kilos de plume, mes kilos de plomb (2)

    Il y a un vrai plaisir à voir ces kilos disparaître sur la balance.

    Même si je me trouve pas tellement changée, même si je me dis que je suis encore grosse.

    Pourtant je rentre dans un jean acheté il y a deux ans et jamais mis car trop petit. Et je nage même dans un pantalon une taille en dessous de ma taille habituelle.

     

    J'ai retrouvé un carnet datant de 2000 où je notais mon poids. J'ai aujourd'hui le poids de ma rencontre avec chéri. J'ai perdu le ventre de mes 3 grossesses même si ma morphologie a changé.

    Faudrait que j'essaie ma robe de mariée.

    Mais j'ai été plus maigre.

    Quelques années avant de rencontrer chéri, j'avais 5 kgs de moins qu'aujourd'hui. Et j'ai envie d'essayer.

    Parce que je sais que la ménopause approche et que à ce moment là je ne pourrais plus maîtriser mon poids comme aujourd'hui.

    Alors je continue. Je continue à moins manger et j'oublie le fromage, trop de vin, trop de dessert.

    Je continue à calculer mes calories et je continue à me bouger.

    Je me vois toujours grosse mais j'avoue que je me sens mieux dans mon corps.

    C'est un bon début pour que j'aille aussi mieux dans ma tête.

    94486148.jpg

     

     

     

     

     

     

    ***

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, je n'étais pas si forte que je le pensais

    Il y a trois ans, j'étais odieuse avec chéri

    Il y a quatre ans, cela allait être un jour sans

    Il y a cinq ans, rien

    Il y a six ans, zéro motivation pour travailler

    Il y a sept ans, on partait à Tunis

    Il y a huit ans, je pensais que j'allais accoucher

    Il y a neuf ans, j'avais déjeuné avec mon père

     

     

  • J'espère que ces vacances seront reposantes

    Je m'en veux d'écrire cela alors que je ne travaille pas et que j'ai la chance de partir loin de Paris à chaque vacances scolaires (ou presque).

    Et pourtant depuis 15 jours je n'arrête pas.

    Je cours, je cours, je cours.

    Du coup je n'ai pas pris le temps de poster ici.

    Si je l'avais fait, vous auriez eu le droit à des moments de désespoir, et des moments de pur bonheur. J'oscille entre les deux.

    Ces moments où je le déteste, ces moments où je sais pourquoi il est là.

     

    Ce week-end, nous avions l'anniversaire d'une amie au bord de la mer, tout un week-end sans enfant. J'aurai du me réjouir de ce moment et pourtant je le redoutais. Cette amie que j'aime tant et avec qui il a été odieux les dernières fois où l'on s'est vu.

    J'avais tellement peur de cela que je lui ai dit dix fois qu'il n'était pas obligé de venir.

    Et pourtant cela c'est passé à merveille.... Comme d'habitude, sans les enfants, nous n'avons pas ou presque pas de sujet de discorde.

    Mon amie avait loué une maison incroyable, nous avons mangé et bu tout le week-end (bon ça ça craint, plus 1 kg au retour), et nous avons profité de la région.

    Cette sensation de légèreté quand nous sommes sans enfant...

     

    Et pourtant, je suis sur les rotules. Stress de ces devoirs de plus en plus importants. Stress de ma cadette qui n'est pas toujours d'accord pour travailler. Stress de ne pas réussir mon job de maman.

     

    Vacances de la Toussaint à la campagne. Feu de bois, fête d'Halloween, j'espère quelques amis présents. Normalement je devrais revenir en forme non?

     

     

    (ou sinon mon blog a fêté ses 9 ans, très discrètement, hier) (je suis une vieille blogueuse)

    453112163.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, je trouvais que les ex c'était sexy

    Il y a trois ans, je pensais que rien m'atteignait

    Il y a quatre ans, je parlais de mes sorties de blogueuses

    Il y a cinq ans, rien

    Il y a six ans, j'étais un cliché

    Il y a sept ans, rien

    Il y a huit ans, un an que j'écrivais ce blog

    Il y a neuf ans, j'écrivais a première note...

     

     

     

  • Mes kilos de plume, mes kilos de plomb

    (titre repris de l'instagram de Rosalie Jolie)

    Cet été alors que je nageais chaque matin, à jeun, et avec assiduité, et que je ne perdais pas un gramme, je me suis dit qu'il allait falloir que je le fasse ce putain de régime.

    Certains diront que j'en ai pas besoin, moi je me fis aux faits et avec un IMC de 26,5 j'étais en surpoids.

     

    Pour commencer ce régime, j'avais un problème de taille (c'est le cas de le dire) puisque j'avais l'impression que je mangeais sainement et je ne voyais pas ce que je pouvais réellement faire. (je mange bio, peu d'industriel, des fruits, des légumes, et il faut l'avouer je fais beaucoup de pâtisserie)

    Du coup je me suis dit qu'il fallait que je prenne le problème différemment et je me suis mise à compter mes calories (grâce à une application top sur iphone, Fitness Pal) (gratuite en plus).

    Bon en gros, je mangeais trop... Beaucoup trop....

    Alors j'ai pris mon courage à deux mains, et j'ai réduit mes quantités. Mais pas que. J'ai aussi presque éliminé certains aliments que je ne croyais pas forcément calorique (le riz par exemple).

    Aujourd'hui en 1 mois et demi. J'ai perdu 4 Kgs. Tellement peu (au regard des 10 que je veux perdre) et en même temps tellement énorme je trouve.

     

    Et pourtant ça ne se voit pas.

    Certains ne le remarque absolument pas (mon mari par exemple).

    D'autres me disent que j'ai l'air en forme (ah ah ah).

    Et les derniers qui savent que je suis au régime, me disent après que je leur ai rappelés que "oui oui ça se voit grave" (les pauvres ils se sentent obligés)

     

    Mon autre gros problème, c'est que moi je ne me vois pas grosse.... Quand je me regarde dans un miroir je me dis que ça va. Quand je vois une photo de moi je me trouve obèse...

    Avec ces 4 kgs en moins, je me sens plus légère et je me trouve quand même plus jolie mais les photos me ramènent toujours à la réalité.... Aujourd'hui mon IMC est de 25 et je suis toujours en surpoids...

    103332909.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, la famille et les clashs

    Il y a trois ans, mes enfants grandissaient

    Il y a quatre ans, rien

    Il y a cinq ans, rien

    Il y a six ans, de tout et de rien

    Il y a sept ans mon amie allait se marier

     

     

     

     

     

  • Week-end campagnard

    Après cette semaine de rentrée dure physiquement et psychologiquement, ce week-end fût un vrai bonheur.

    Une campagne calme (que nous, que du bonheur), des odeurs et des couleurs d'automne qui apparaissent, mais un soleil et une température qui nous rappellent que nous sommes encore en été.

    J'ai lu, j'ai un peu cuisiné, j'ai continué mon régime sans trop faire d'écarts.

    Nous avons eu du sexe (deux fois cette semaine, il a des choses à se faire pardonner).

     

    Rien d'extraordinaire, juste cette parenthèse qui nous fait la plupart du temps du bien en fin de semaine.

     

    171851314.jpg

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, rien

    Il y a trois ans, rien

    Il y a quatre ans, rien

    Il y a cinq ans, naturellement

    Il y a six ans, je courais après le temps

    Il y a sept ans, rien

    Il y a huit ans, quand j'étais petite

     

     

     

  • Vacances j'oublie tout

    Même la rentrée puisque persuadée que les enfants recommençaient le 2 septembre, j'ai pris mes billets de retour pour le 31 août 15h....
    Sauf que non ils rentrent le 1er septembre.

    Jusqu'au bout :-)

    Bref espérons que cet été soit ensoleillé et me permette de nager tous les jours et de prendre soin de moi.

    Bon été à tous
    Prenons des forces pour la rentrée


    ( et pffff que cette année est passée vite) ( super vite)

  • Les week-end passent et ne se ressemblent pas

    Après le week-end cauchemardesque mais ensoleillé de la semaine dernière, nous avons eu un week-end pluvieux mais calme.

    Pourtant c'était pas gagné. Week-end chargé avec le spectacle de fin d'année, la fête de l'école et un dîner chez des amis.
    Il avait tenté de s'excuser mardi matin, et comme je n'étais pas prête à entendre cela, je lui ai répondu que la colère passerait ( elle passe toujours) mais la tristesse et la déception non.

    La colère est passée une semaine après. La tristesse est toujours là. La déception c'est de toute façon que je sais qu'il ne changera pas. Il ne sait pas faire semblant. Si il est de mauvais poil ou si ça le saoule il le montre.

    Malgré tout ce moment pluvieux m'a fait du bien. Du repos dans cette semaine tendue où mes nerfs étaient à vif.
    Le voir s'éclater en tenant un stand à la fête de l'école, ce dîner très sympa où il est adorable et ce dimanche tranquille et zen avec lui, m'ont fait du bien.

    Me disent que c'est dur mais dans ces moments là ça vaut le coup.

  • Être trop aimée me fait peur

    La situation de ce week-end me fait réfléchir évidemment.... Sur mes choix de vie...
    Je ne remet rien en question, j'ai toujours su qu'il était comme cela, je ne me découvre pas, je me demande juste ce qui m'a amenée vers lui.

    Le seul mec qui était doux et attentionné, je l'ai quitté. Les autres avant chéri étaient comme lui. Des histoires compliquées où se mêlaient amour fou et tension de malade.

    Si je fais de la psychologie à deux balles, je dirais que de toute façon j'ai jamais aimé que l'on s'occupe trop de moi.
    Petite on ne prenait pas soin de moi. 2ème d'une fratrie de quatre. Seule fille parmi 3 garçons que ma mère adoraient. Je n'ai pas eu l'impression de manquer d'amour vu que je ne savais pas ce que c'était. Je l'ai compris plus tard c'est tout.

    Avec mes enfants je suis débordante d'amour je crois.
    Avec chéri, je suis pas démonstrative mais je m'occupe de lui.

    Du coup j'imagine que c'est pas anodin de quitter les hommes qui prennent soin de moi et de rester avec ceux qui eux ont besoin que je prenne soin d'eux. Ça je sais faire.

    Être trop aimée me fait peur, j'ai toujours l'impression de ne pas le mériter.

    Comme quand on me dit que je ne mérite pas ça. C'est faux, qui fait son lit, dors. Je l'ai choisi. Comme je choisis aujourd'hui de ne pas partir.