Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

blabla inutiles - Page 4

  • De mon couple

    Je pense toujours que les autres ont l'air plus beaux, plus amoureux, plus complices, plus tout que nous..

    Je regarde toujours avec envie et admiration ces couples qui ne se disputent jamais, qui s'embrassent, se touchent...

    Je pense toujours qu'il n'est pas si amoureux et si fier de moi que cela...

     

    Mon amie disparue, qui connaissait très bien chéri, me disait toujours qu'il était fou de moi et extrêmement fier. Elle me remontait toujours le moral lorsque nous nous disputions.

     

    Samedi soir j'ai dîné avec sa soeur. Nous nous connaissions finalement assez peu mais la maladie et le deuil nous ont énormément rapprochées. J'admirais une fois de plus sa complicité avec son mari lorsqu'elle m'a dit exactement ce que sa soeur me disait: que nous avions l'air d'un couple amoureux, complices, attachés l'un à l'autre et que lorsqu'il parlait de moi il était super fier....

     

    (me nourrir de ça et arrêter de voir que les choses négatives)

     

    Et pourtant il y a souvent ma petite fille qui lorsqu'elle nous voit nous disputer (ou même discuter politique ou autre de façon agitée)(nous avons beaucoup d'idées diamétralement opposées et nous adorons en discuter), nous demande si nous allons divorcer.

    Cela la hante tellement que dans le Q&A que nous faisons tous les soirs (je vous le conseille c'est hyper intéressant de faire cela avec ses enfants), à la question "de quoi avez vous peur?", elle a répondu "que mes parents divorcent" :-(

     

    (finalement le regard des autres m'importent peu, seul celui de mes enfants est indispensable)

     

    Bref y'a encore du boulot....

    174604073.jpg

     

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a an, rien

    Il y a deux ans, le quotidien avec chéri était inexistant (ça n'a pas changé)

    Il y a trois ans, rien

    Il y a quatre ans, rien

    Il y a cinq ans, c'était la tempête

    Il y a six ans, je positivais

    Il y a sept ans, j'étais de mauvais poil

    Il y a huit ans, rien

     

     

     

     

  • Ce week-end

    Nous étions à la campagne et c'était le bonheur.

    Il a fait beau finalement (après que nous soyons arrivés sous le déluge) et nous étions seuls.

    Le bonheur...

    J'aime vivre à Paris mais vraiment cette campagne le week-end, c'est juste le paradis.

     

    Cela m'a permis de reprendre des forces.

    Et ce n'était pas de trop vu cette semaine.

    Une grosseur énorme sur la hanche de ma fille qui me stresse (échographie ce matin, je n'ai pas dormi de la nuit) (je croise les doigts pour que cela soit juste un hématome)

    Un mari qui rentre tard et que je ne vois jamais.

    Un petit garçon qui tousse et a de la fièvre (rien de grave, contrariant c'est tout)

     

    Oui la campagne est salutaire pour moi.

    Et puis le bonheur c'est aussi que depuis cette dispute, nous ne les voyons plus et c'est aussi du bonheur. Je ne sais pas si ils n'y vont plus  ou si ils ne viennent pas quand nous sommes là, mais moi ça me va...

    143070226.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a un an, je parlais de la chandeleur (et cette année je n'ai pas fait sauter les crêpes)

    Il y a deux ans, rien

    Il y a trois ans, je me disputais avec mon amie disparue

    Il y a quatre ans, je parlais de chéri

    Il y a cinq ans, je parlais de tout et de rien

    Il y six ans, rien

    Il y a sept ans, je changeais de nounou

    Il y a huit ans, rien

     

     

     

     

  • Et puis...

    Il y a aussi ces rêves qui tournent autour de ma famille et qui me bouffe mes nuits.

    Depuis quelques temps, je suis (encore) chez mes parents. Mes trois enfants sont là, mais ce sont mes soeurs et frère, et je les gère comme si c'était les miens.

    Sauf que je suis frustrée que cela ne soit pas mes enfants, et je ne supporte pas quand ma mère joue son rôle de mère...

     

    Putain c'est freaky non?

    Je ne sais pas comment l'interpréter!

    Sûrement encore à la recherche de cette putain de reconnaissance...

     

    122283123.jpg

     

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, rien

    Il y a trois ans, rien

    Il y a quatre ans, rien

    Il y a cinq ans, je parlais de mon dernier achat

    Il y a six ans, on avait bien fêter nos anniversaires

    Il y a sept ans, j'étais de retour avec ma Fleur

    Il y a huit ans, il avait neiger

     

     

     

  • Ne pas penser

    Malgré les photos idylliques que j'ai pu poster sur Instagram, j'ai quand même passé un week-end de merde.

    Chéri était là mais totalement absent. Nous étions deux entités dans une même maison.

     

    Les bienfaits de notre voyage en amoureux à la Toussaint me semblent loin.

    Il a un truc qui ne va pas, et je n'arrive pas à savoir quoi. Je lui pose mollement la question et je n'insiste pas.

    Pas envie d'affronter cela. Je préfère faire l'autruche.

    Et puis merde y'en a marre de toutes ces choses qui s'accumulent: apprendre le cancer du sein d'une amie (un pas cool en plus apparemment) (bon le cancer je sais c'est pas cool, mais y'en a des plus ou moins sympa) (me suis même dit que si elle aussi partait je n'aurais plus qu'une témoin sur les trois de mon mariage), gérer la froideur et le non intérêt de ma famille à l'annonce de notre voyage pendant Noël (ah ça on me fait bien sentir que c'est mal), ne pas pouvoir être présente pour elle qui aurait besoin de thé et de petits gâteaux et mes angoisses qui surgissent et disparaissent aussi vite.

     

    Alors je me concentre sur d'autres choses. La préparation de nos anniversaires, Noël et son calendrier de l'avent.

    J'achète des luminaires, des coussins, des bougies pour me cooconer, et préparer cet hiver qui débute.

     

    Je regarde ce voyage de Noël en famille comme objectif pour bien finir l'année.

     

    Je pense pas trop.

    A elle qui est absente depuis bientôt un an. A ses enfants que je ne vois presque plus et à son mari insaisissable.

    A ma famille qui m'en veut de ne pas être plus présente et au fait qu'ils aient sûrement raison.

    A lui qui est fatigué et triste en ce moment

    pop061.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a un an, je réinventais l'histoire d'amour de mes grands-parents

    Il y a deux ans, j'avais passé un bon week-end

    Il y a trois ans, j'étais une mauvaise mère

    Il y a quatre ans, je parlais de mon moment de décompression

    Il y a cinq ans, rien

    Il y a six ans, j'étais bien

    Il y a sept ans, rien

    Il y a huit ans, rien

     

     

     

     

     

  • Ma vie parfaite sur Instagram

    Samedi soir, j'ai revu une amie d'amie, que j'avais rencontré une première fois lors d'un dîner de filles. Nous avions bien accrochées et étions devenues "amies" sur Facebook.

    Depuis un an presque, elle me suis sur Instagram, mais nous nous étions jamais revues.

    Samedi soir, elle me disait donc qu'elle avait l'impression de me voir tous les jours (et aussi de mieux me connaître) grâce à mes photos.

    Elle me disait que mon univers et ma vie lui apportaient des petits bonheurs quotidiens et lui donnaient souvent du baume au coeur.

    Ah c'est sûr que ce n'est pas le cas ici avec mes plaintes permanentes....

    Nous avons beaucoup bavardé sur la vie Instagram qui n'est pas la réalité mais une réalité édulcorée de tous les tracas du quotidien.

    Oui je cuisine beaucoup, oui je pars le week-end à la campagne, oui mes enfants sont extraordinaires, mais oui je leur hurle dessus parce qu'ils écoutent rien, oui mon appart est pas toujours clean, et oui mes week-ends ne sont pas toujours idylliques.

    Mais dans cette conversation sous fond d'alcool et de musique à fond, elle m'a dit un truc qui m'a fait extrêmement plaisir:

    " Moi qui n'assume pas vraiment, le fait d'être mère journaliste freelance, qui bosse et en même temps voudrait s'occuper plus de ses enfants, mais n'ose pas s'arrêter parce que la société ne te mets pas en valeur.... Et ben toi on sent que tu assumes et que tu aimes ça!"

     

    Et elle a raison.

    J'adore être une mère au foyer. Je ne comprends pas d'ailleurs comment j'ai pu douter aimer cela.

    J'aime que mes enfants soient à l'école et avoir ses moments de calme où je m'occupe de la maison, mais aussi de moi.

    J'aime aller les chercher et les écouter. J'aime réfléchir sans précipitation à leurs dîners équilibrés du soir. J'aime ranger leurs chambres et les accueillir dans une environnement propre et zen.

    Je suis une Caroline Ingalls en puissance....

    Et oui le titre de ce blog est complètement obsolète.

     

    92909524.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, j'étais pas très en forme... Et ce qui n'a pas changé: pas vu mon père depuis 1an et demi, et mes frères n'ont cette année pas encore appelé pour l'anniversaire de mon ange (et après eux me disent que je suis pas famille)

    Il y a deux ans, j'avais vu la guerre est déclarée, et un an après je vivais un peu ce que eux avaient vécu

    Il y a trois ans, je voulais des fleurs

    Il y a quatre ans, je pensais que pour trouver mon équilibre, il fallait que je bosse (j'ai mis 4 ans à me rendre compte que non)

    Il y a cinq ans, je parlais de la pub et des enfants

    Il y a six ans, tout était pourri

    Il y a sept ans, je me suis mise à aimer les matins....

    Il y a 8 ans, j'allais bientôt ouvrir ce blog.... (suis la blogueuse la plus vieille ou quoi?)

     

     

     

  • Vacances j'oublie tout

    Jeudi soir en rentrant d'un dîner de filles très sympa, j'avais 20 ans.

    Discuter dans la rue, ne pas trouver de taxi, commencer à rentrer à pied, enlever ses talons car trop mal aux pieds... 20 ans.

    Le lendemain quand il a fallu se lever, se doucher, préparer les petits dejeuners et aller à l'école, j'en avais 90....

     

    On ne voit pas assez souvent ses amis.

    Je le sais et pourtant je ne me bouge pas plus que ça.

    Je suis fascinée par ceux qui sortent souvent, font quelque chose tous les week-ends, et du coup ont un cercle d'amis ultra élargi.

    Dimanche, il a fallu que je traine mon mari pour aller au Luxembourg rejoindre nos amis. Lui, cela lui allait de rester tranquille avec les enfants et de ne voir personne....

     

    Mais faut penser à l'avenir.

    Si un jour il me quitte, j'aurais que eux pour m'aider (la famille faut pas y compter)

     

    Je pars mercredi de Paris pour 2 mois. Je suis contente et triste à la fois.

    Triste de ne pouvoir partir faute d'argent rejoindre quelques jours une amie chez elle.

    Contente de profiter du jardin et de la piscine de la campagne.

    Contente de finir par les plages du sud ouest avant de commencer cette nouvelle année scolaire.

    Dégoutée que ma belle soeur refile ses mômes à ses parents, la semaine où nous y serons aussi.... (même pas elle nous a demandés si cela ne nous dérangeait pas) (juste tu nous gâches une partie de nos vacances, faut le savoir...)

     

    Bon c'est pas grave, j'aurais des trucs à vous raconter!

    (vacances, j'oublie tout)

     

    A dans 2 mois... Pour une nouvelle année!!!!!

     

    159627006.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    ******

    Il y a un an, je vous parlais de Tree of life (ce film juste incroyable)

    Il y a deux ans , je me demandais si c'était mieux avant

    Il y a trois ans, j'étais en vrac

    Il y a quatre ans, je parlais de la violence verbale

    Il y a cinq ans, je faisais une pause

    Il y a six ans, je vous parlais des relations avec ma grande

    Il y a sept ans, mon mari était jaloux

     

     

     

     

     

  • De la disparition de mon blog

    Une gentille lectrice m'écrivait hier que mes notes lui manquaient.

    C'est gentil, cela m'a touchée.

    J'écris vraiment vraiment moins.

    Au début mon prétexte était le manque de temps, puis le manque de choses à raconter, puis ma morosité (mais justement c'est quand on est triste que l'on écrit le plus non?)

    Je crois surtout que mes envies de partager sont allées ailleurs... Twitter, Instagram et un peu Facebook.

    Je poste beaucoup de photos sur mon Instagram perso. Des trucs de cuisine, ma vie parisienne, un peu de tout et de rien.

    Ici je veux être anonyme, alors c'est difficile de partager des photos....

     

    Et puis que dire?

    La fin de l'année est très proche. Et je me dis que j'ai encore cette chance de ne plus travailler et de partir deux mois loin de Paris avec mes enfants.

    J'appréhende un peu aussi. Ces moments de solitude, que paradoxalement j'aime aussi, ourse que je suis, la semaine avant le gros rush de chaque we où mon mari et des amis débarqueront.

    Je viens de finir un livre sur le deuil. Une femme qui a perdu brutalement son mari et explique cette année d'après où elle ne pense qu'à "ce qu'ils avaient fait il y a un an". Moi aussi j'y pense sans arrêt (contrairement à ce que je pensais dans ma note précédente)

    Et le 28 janvier 2014, quand cette année sera écoulée, à quoi je vais me raccrocher?

     

    Mais ça va. De petites contrariétés concernant l'organisation de notre séjour au bord de la mer, des enfants qui ont bien travaillé cette année, un mari présent mais fatigué et irritable.

     

    Et vous?

     

    145943706.jpg

     

     

     

     

     

    Pour ceux qui veulent mon Instagram perso, envoyez moi un email, si je vous connais pas, je vous le donnerai ;-)

    mummyactive@gmail.com

  • Bad personn

    Parfois je me dis que je devrais rentrer dans les ordres et m'isoler dans un couvent, ou alors gravir une montagne et y rester.

    Eviter surtout tout contact avec les hommes filles.

    Je suis une fille et pourtant je ne les comprend pas. Je dis toujours le mot de trop ou la petite phrase qui vexe, n'est pas comprise, est mal interprétée ou autre chose.

    Je déteste les conflits et les bassesses, et pourtant je me retrouve souvent au coeur d'une lutte car je déteste l'hypocrisie.

    Entre mes moments cauchemardesques avec un beau père qui me détestent de plus en plus, des échanges houleux avec une amie qui ne veut plus avoir affaire à moi mais qui n'arrive pas à lâcher et veut absolument que l'on se réconcilie, ma famille qui ne donne jamais de nouvelles si moi je ne le fais pas, mon père à qui je n'ai pas parlé depuis un an, ces amitiés virtuelles qui finissent mal parce que justement elles ne supportent pas ma franchise et ne se remettent pas en question, je me demande vraiment si je suis apte à vivre en société.

     

    Et puis il y a ma vieille amie qui ne me lâche pas. Qui m'appelle, m'écrit, me parle.

    Et puis il y en a une plus récente qui me confie des choses et qui n'a pas honte de le faire.

    Et les quelques autres, bienveillantes qui sont près de moi.

     

    Hier, je me suis dit que finalement peut être que j'étais utile. Que je n'étais pas cette méchante fille, cette image que d'autres me renvoient (et que même finalement ce sont peut être elles les méchantes)

    Hier ça m'a fait du bien de ressentir cela.

    200134371-001.jpg

     

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a un an, j'étais une imposture

    Il y a deux ans, rien

    Il y a trois ans, c'était pas la grande forme

    Il y a quatre ans, j'étais bien

    Il y a cinq ans, je me demandais si vous aviez toutes des maris parfaits (et pas moi)

    Il y a six ans, belle soeur et cie

    Il y a sept ans, les blogs disparaissaient... Moi je continue....

     

     

     

     

     

  • Cuisiner

    Je me demande souvent pourquoi je me suis mise à cuisiner autant.

    J'imagine que c'est par conviction. L'envie de manger sain, sans additif, sans rajout, sans je ne sais quoi qui te bousille la santé. J'ai de plus en plus de mal à aller au restaurant à cause de cela et parfois aussi chez les autres.

    J'imagine aussi que c'est parce que je culpabilise de ne pas travailler et que je veux justifier mon temps libre et mon nouveau rôle de femme au foyer.

    J'imagine que c'est aussi parce que j'ai le temps.

    Parce que bon finalement cuisiner c'est à la portée de tous, mais si vous faîtes tout maison comme moi, et ben ça prend un certain temps...

    Parfois si l'on regarde le temps passé à cuisiner et le temps passé à manger, on se demande si cela vaut le coup.... Et je ne vous parle même pas de l'absence de remerciement...

    La semaine, les enfants sont à la cantine. Moi j'ai des déjeuners extérieurs ou je finis les restes. Le soir, je fais uniquement végétarien. Alors le week-end, j'aime bien préparer des petits plats, des petits desserts et des petits goûters.

    Ce week-end, j'ai eu l'impression de ne faire que ça. Et j'ai détesté avoir zéro reconnaissance. Juste super frustrée.

     

    Parfois, j'ai envie de faire la grève.

     

    Cette semaine on m'a proposée de tester un nouveau service de restauration. Différent de ce que je connaissais car ici on ne vous propose pas de vous livrer un repas terminé mais de vous livrer le nécessaire (ingrédients et recettes) pour apprendre à cuisiner comme un chef.

    Je ne suis clairement pas dans la cible car j'aime bien maîtriser les produits que j'achète mais je trouve que c'est une belle alternative à du tout fait.

    Un bon moyen aussi de faire des choses différentes (J'ai adoré par exemple faire les raviolis au potimarron).

    logo.png

     

    Cook angels a été créé par deux jeunes femmes et j'aime ça :-)

    Sur le site il est précisé que les ingrédients sont sélectionnés parmi les meilleurs fournisseurs et j'avoue ne pas avoir été déçu par la qualité (bon c'est pas du bio mais elles vont peut être y venir)

    La livraison de mes repas ont été faites par un coursier (service haut de gamme) et malheureusement pour l'instant uniquement à Paris et région parisienne)

     

    J'aime beaucoup l'esprit et le design du site.

    cookangels.com

     

    Allez jetez un coup d'oeil, qui sait pour celles qui ne cuisinent pas vraiment, cela va vous ouvrir des horizons :-)

     

     

    ******

    Il y a un an, je n'étais qu'une façade bien décorée

    Il y a deux ans, rien

    Il y a trois ans, rien

    Il y a quatre ans, j'avais la haine

    Il y a cinq ans, c'était Pâques et y'avait aussi de la neige (comme quoi on oublie)

    Il y a six ans, je parlais aspirateur  (et depuis j'ai acheté un Dyson)

    Il y a sept ans, rien

     

     

     

     

  • Vacances

    Nous avions besoin de ces vacances après ce début d'année tumultueux.

    Bon la veille j'ai quand même été à l'enterrement du père d'une amie (67 ans), histoire de me rappeler que non non c'est pas fini...

    Semaine de ski paisible.

    Ski le matin avec chéri. Avec les filles l'après midi ou chill out avec mon ange à l'appartement.

    Je ne pense pas à grand chose.

    Je me déconnecte. Je fais de belles photos histoire de montrer sur facebook que tout va bien. Que ma vie est merveilleuse et qu'elle continue.

    Mais c'est vrai au fond. Ce que je vis, n'est que la vie. Les malheurs que d'autres subissent aussi. Moi j'ai cette chance de n'avoir que la tristesse d'une perte.

    (alors arrête de tourner en boucle là dessus et move on)

     

    La deuxième semaine pleine de neige aussi et heureusement un départ possible de Paris après 3 jours enfermés avec des enfants surexcités et moi qui ne les supporte pas.

    la campagne est un havre de paix. Un endroit où les enfants jouent et où moi je lis. Ils peuvent crier, se disputer, chanter, sauter... Ce n'est pas Paris, là bas tout est permis.

     

    Mi mars, on s'approche du printemps.

    (Vais je passer à autre chose et m'occuper mieux de mes proches?)

    NA008055.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a un an, cette peur insurmontable

    Il y a deux ans, c'était vide dans ma vie

    Il y a trois ans, le monde tourne mal

    Il y a quatre ans, mon ange est échographie

    Il y a cinq ans, ma fleur se réveillait tôt

    Il y a six ans, j'étais (et je suis toujours) un despote

    Il y a sept ans, j'étais au ski