Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

déception - Page 4

  • Et pourtant je suis pas en forme

    - C'est l'été

    - J'attends un deuxième enfant d'un mari qui m'aime et j'ai une puce adorable

    - Ma belle soeur a enfin accouché et j'ai de grands espoirs que mes beaux-parents me lâchent un peu

    - Je n'ai pris que 1kg depuis le début de ma grossesse

    ...

    Et pourtant je ne suis pas en forme....

     

  • Je tourne en rond

    Merci pour vos gentils commentaires. C'est très dure cette histoire.

    Hier nous avons échangé des emails. Elle m'en veut et je comprends mais j'avoue que je ne comprends pas ce déferlement de haine et de rage. Elle m'a raccrochée au nez au moment même où j'ai dit que je lui avais envoyé un texto. Sans me laisser le temps de finir. Depuis nous n'avons échangé que par écrit (texto et email). C'est dur car je ne peux pas exprimer la moitié de ce que je ressens.

    J'ai mal car elle me manque déjà.

    J'ai mal parce que je sais que plus jamais elle ne me fera confiance et que nos confidences sont finies.

    J'ai mal parce que sa réaction ne m'a pas plu et que j'ai du mal accepté cette non communication venant d'elle.

    J'ai mal car je sais que le temps ni fera rien. Elle ne me fera plus confiance et quelquechose s'est brisé en moi au regard de ses réactions.

    J'ai aussi mal que si une histoire d'amour se finissait.

     

  • La seconde où tout a basculé

    Vous avez remarqué que parfois une situation peut basculer en 1 seconde? Que l'on regrette cette seconde et que l'on ferait tout pour revenir en arrière? Mais que cette seconde a été fatale et que l'on ne peut rien y faire?

    J'ai déconné hier et je le regrette amèrement.

    Cette amie qui est triste, qui passe tous les soirs chez moi et que je vois continuer à sombrer.

    J'ai voulu comprendre hier, j'aurais du m'occuper de mes oignons. J'ai envoyé un texto à ce mec. Celui qui l'a fait pleurer. Pour lui parler, pas pour arranger. Juste comprendre pour mieux aider mon amie.

    J'aurais pas du. Dans la seconde où je lui ai dit, elle m'a raccrochée au nez. Impossible de l'avoir au téléphone. On a échangé des textos incendières ( de son coté). Elle est dure, elle ne me laisse aucune chance, elle essaye pas de comprendre.

    Je voudrais revenir en arrière, sur cette seconde où j'ai pas su tenir ma langue, où j'ai préféré lui dire pour plus de transparence.

    J'ai les boules. Et je ne sais pas quoi faire car elle ne veut plus me parler.

  • Life is hard sometimes

    Déjeuner ce midi avec mon ex. Il va mal. Il divorce, laisse deux enfants, 1 appart et son rêve de stabilité très loin de lui. En plus sa femme est une connasse et se tape son meilleur ami. Oui je sais c'est digne d'une série TV et pourtant cela arrive! Il m'a fait de la peine car c'est quelqu'un que j'aime beaucoup. Et moi qui lui renvoie mon bonheur la gueule!

    Sur le chemin du retour, j'ai pensé à notre histoire. Cette histoire qui m'a fait souffrir pendant et aprés. Pendant à cause de son snobisme, aprés à cause de son indécision et ses come backs.

    Mais mon dieu, ce que je suis heureuse maintenant...

  • J'ai plus envie de m'enthousiasmer

     

    Hier soir, apéro avec une amie (très proche) qui me disait avoir pleins de trucs à me raconter.

    Je me débrouille pour sortir (très) tôt et elle débarque à la maison, le sourire aux lèvres.

    Elle est célibataire depuis 2 mois mais enchaîne les histoires depuis quelques années. C'est pas ce que vous croyez. C'est quelqu'un de bien qui voudrait trouver LE mec. Alors plutôt que de rester à l'attendre, elle cherche.

    Et elle a raison. Sauf que chaque nouvelle histoire qui finit est aussi une déception pour nous. On s'habitue à cette nouvelle personne, on se met à l'apprécier, on se dit que peut être elle a enfin trouvé, et cette personne disparaît. On est donc triste pour elle mais aussi pour nous car ce mec on le trouvait quand même cool...

    Bref, hier lorsqu'elle me racontait cette nouvelle rencontre, pas encore concrétisée mais prometeuse, je me suis arrêtée à un 'c'est bien' et je suis passée à autre chose.

    J'ai senti qu'elle était déçue. Avant on aurait converser pendant des heures sur les attitudes à adopter, les signes à décripter... Et là rien.

    J'avais plus envie de m'enthousiasmer....

     

  • De l'infidélité... au bureau

    Classique, très classique...

    Où se situe cette limite?

    Pas envie de rentrer dans les détails, car finalement il ne s'est vraiment rien passé. Mais lorsque la personne passe son temps avec toi, lorsque les regards sont souvent soutenus, lorsque en rentrant d'un séminaire on saute sur son portable au moindre son de sonneries ou textos et que c'est justement cette personne, lorsque l'on pense à elle en étant avec son chéri...

    Je ne veux pas de cela. Je ne veux pas rentrer dans ce jeu.

    Il a une amie, il connaît mon mari.

    J'arrête d'y penser, je ne laisse pas ses pensées s'infiltrer. Je suis avec chéri et l'herbe n'est pas plus verte ailleurs

  • Il a essayé de m'appeller toute la journée

     

    J'ai pas répondu. Je me demande comment va se passer la soirée ce soir....

     

  • Bilan du we...

    Comme dirais Laurette, je ne suis pas rancunière...

    Je rajouterais à cela que je suis vraiment très sympa, voir complètement aveugle...

    Pas très en forme donc. C'est bête car cela faisait plusieurs semaines que nous étions sur un bon mood tous les deux.

    L'épisode de vendredi m'avait un peu refroidie mais je voulais commencer ce we sur de bonnes bases.

    Vendredi soir, au téléphone avec mon frère pour essayer d'organiser un noël avec mon père. Chéri gueule derrière moi pour me dire qu'il ne compte pas y aller le 23 au soir car timing trop serré. C'est exactement ce que je suis en train d'expliquer à mon frère mais lui il est sur son idée alors il continue de gueuler... Je raccroche et gueule à mon tour pour lui dire que plutôt que d'hurler lorsque je suis au téléphone, il ferait mieux de me faire confiance, blabla bla bla. Lui cela ne lui plait pas trop. Apparemment j'ai des airs d'institutrice lorsque je lui parle et ça il n'aime pas! Et puis j'ai aussi le droit à "ton frère ne m'apprécie pas....". Un vrai calimero. Moi trop bonne, trop conne, je prends le partie de calmer le jeu pour passer une bonne soirée tout en lui signalant que le brouhaha derrière moi lorsque je suis au téléphone, n'arrange en aucun cas sa côte de popularité... Diner calme, NCIS à la TV et dodo.

    Comme chéri me fait une petite réflexion sur le fait que nous n'avons pas vu grand monde depuis un certain temps (c'est vrai que nous sommes en pleine hibernation), je décide de booker une baby sitter pour le soir. Et je lui laisse le soin d'organiser cette petite soirée.

    Samedi dans la journée cela recommence à chauffer. On s'engueule pour des conneries. Mais la tension redescend car faut faire les courses de Noël et chacun le fait de son coté pour les familles respectives. Chéri ne sait toujours pas ce que l'on va faire le soir... Il passe des coups de fil, mais personne ne semble disposer à sortir... Finalement on décide d'annuler le baby sitting et il me prépare à dîner. C'est cool. Soirée sans souci

    Dimanche matin, nous sommes encore sous tension. La moindre petite remarque est mal prise. C'est pas gagné pour la fin du we... Déjeuner chez sa soeur. Notre puce est fatiguée, pleure, ne veut pas dormir dans un grand lit, fais des bêtises... Chéri devient désagréable, me balance des reflexions à deux balles pendant le déjeuner, et finalement parce que je lui demande de ne pas donner du gateau à notre puce (tiramitsu aprés une gastro c'est pas top) commence à me hurler dessus en me disant que je le faisais vraiment chier. Point. Je quitte la table. Dis à tout le monde que je rentre coucher la puce et pars les larmes aux yeux.

    2h aprés il ose se pointer avec un bouquet de fleurs. Je ne dis rien, m'habille et lui dit que je vais prendre l'air. Je reviens 2h après toujours pas calmer. Avec cette boule qui ne pars pas, celle qui me dit que je me suis faite humilier en public et que personne n'a bronchée.

    Je ne lui ai pas adressé la parole de la soirée.

    Ce matin non plus. J'ai eu le droit à un pauvre email d'excuses . Je lui ai répondu qu'il fallait qu'il me laisse tranquille pour que je puisse digérer tout cela.

    J'en ai marre. Je n'aime pas le conflit. Cette situation me souale.

  • La violence verbale est elle moins forte que la violence physique?

    C'est une question que je me pose régulièrement par rapport à mon couple et encore plus lorsque j'ai le droit à des scènes comme ce matin.

    Dispute ce matin pour une connerie. Et puis surtout parce que c'est le matin et que le matin c'est dur pour tout le monde. Rien de grave sauf que Chéri monte tout de suite de ton et j'ai le droit à des "t'es qu'une pauvre conne/ connasse ou autre"...

    C'est violent. Surtout le matin. Surtout devant ma famille (une fois, ce qui explique que ma famille est un peu de mal avec lui). Surtout devant notre puce.

    Aprés j'ai toujours droit à des excuses. Classique non?

    C'est pour cela que je me pose la question de la limite. Où elle est sa limite?

  • Ce que j'apréhende ce we...

    Déjeuner avec mon père dimanche.

    Chez lui (je n'y suis jamais allée) avec sa compagne (que j'ai vu une fois en 5 ans).

    J'apréhende car on a pas grand chose à se dire

    Heureusement Chéri et ma puce seront là... J'espère que cela va détendre l'atmosphère